Home»Enseignement»L’antériorité et la postériorité : l’embrouille de la grammaire française

L’antériorité et la postériorité : l’embrouille de la grammaire française

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Zaid tayeb


Remarque : comme je l’ai mentionné quelque part, en in autre lieu de partage, l’affirmation ‘’là où est le subordonnant, là est la subordonnée’’ peut servir de point de repère pour les usagers de la langue française. Toute phrase complexe est composée de deux propositions : principale et subordonnée, thème et rhème. En conséquence, c’est la subordonnée qui, en tant qu’elle porte le subordonnant, donne son nom à la phrase complexe. Ainsi donc, on a : la subordonnée relative, la subordonnée complétive, la subordonnée de cause, la subordonnée de conséquence, la subordonnée de but, la subordonnée de temps. Mais quand on en arrive à l’antériorité et la postériorité, qui sont des composantes de la subordonnée de temps, curieusement, la grammaire française inverse les choses en précisant que l’antériorité ou la postériorité dont il est question dans ces deux cas est celle de la principale par rapport à la subordonnée.
Pour presque toutes les grammaires que j’ai consultées, la chose est ainsi considérée, ainsi développée et ainsi enseignée aux apprenants. Il me semble que cette exception, peu justifiée et par conséquent peu défendable n’a pas sa raison d’être dans un univers linguistique où la phrase complexe est considérée à la lumière de la subordonnée. Cette bizarrerie constitue une grave atteinte à l’intégrité de la subordination dans son homogénéité et à la subordonnée dans son unité.
a-Je vais rentrer le linge/ avant qu’il pleuve.
1-Prop. Principale / 2-Prop.sub. de temps
b- Après que la cloche aura sonné/ sonne nous sortirons.
2-Prop. sub. de temps/ 1-Prop. principale
Selon la grammaire française, la première phrase est une antériorité alors que la seconde une postériorité. Ce qui n’est pas faux mais absurde, car il faut considérer la phrase complexe par la subordonnée non par la principale pour deux raisons : la première est que toutes les phrases complexes s’appellent des subordonnées et par conséquent pourquoi pas l’antériorité et la postériorité ? La seconde est que la subordonnée est le rhème, le prédicat, l’information qui vient se greffer sur la principale, sur le thème. Partant du fait que ‘’Là où est le subordonnant, là est la subordonnée’’, la phrase (a) est une postériorité et (b) une antériorité. Pour mieux éclairer le lecteur, je vais prendre deux autres cas similaires sur le plan de la syntaxe mais différentes dans le traitement.
1-Notre équipe a été battue / parce qu’elle manquait d’entraînement (Subordonnée de cause)
Prop ;princ. / Prop . Sub. De cause
2-Le brouillard est si dense/ qu’on voyait à peine la route.(subordonnée de conséquence)
Prop.princ. / Prop.sub ; de conséquence
Si l’on applique à ces deux phrases le même traitement que celui que la grammaire française applique à l’antériorité et la postériorité, la première phrase serait considérée comme une conséquence et la seconde comme une cause. Ce qui est en partie vraie et pour celles-ci et pour celles-là : dans la cause il y a la conséquence comme dans la conséquence, il y a la cause et dans l’antériorité il y la postériorité comme dans la postériorité il y a l’antériorité. Ce qui vaut pour les unes vaut également pour les autres. A la différence que la cause et la conséquence se font designer par le subordonnant qui enchâsse la subordonnée à la principale alors que l’antériorité et la postériorité sont celle de la principale.
Je crois que le grief que l’on doit adresser à la grammaire française lui vient du contre-sens qu’elle essaie maladroitement d’éviter en prenant l’antériorité et la postériorité par la principale et non comme il se doit par la subordonnée. En voulant contourner les risques liés à la sémantique, la grammaire française tombe dans une maladresse. En effet, les subordonnants qui introduisent la subordonnée peuvent fort bien induire l’apprenant en erreur : pour certains d’entre eux ‘’avant’’ exprime l’antériorité alors que ‘’après’’ la postériorité. Mais dans les faits, la subordonnée introduite par ‘’avant que’’ exprime la postériorité et celle introduite par ‘’après que’’ l’antériorité.
En conclusion, il me semble plus rationnel d’aligner l’antériorité et la postériorité sur les autres subordonnées et qu’il est temps de leur faire subir le même traitement.
Zaid tayeb

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.