Home»Correspondants»Hommage à Monsieur Essahlaoui Mohammed

Hommage à Monsieur Essahlaoui Mohammed

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Zaid tayeb

Je rends un hommage particulier à Monsieur Essahlaoui Mohammed, notre écrivain assidu dont pas une page du site OUJDACITY ne peut se tourner sans qu’il soit présent par l’un de ses écrits. Il est toujours là, en auteur et en lecteur, en commentateur également. Ses écrits se caractérisent par la force du verbe et la solidité du moule syntaxique,  par la justesse et la profondeur du jugement ; généralement il pioche sur des terrains vierges, non encore explorés, loin de l’agitation quotidienne et de ses remous. Chez lui, le mot prend sa place dans la phrase dans une rectitude et une rigueur de géomètre, les yeux rivés sur le viseur de son théodolite prenant les mesures des plans ou posant les jalons, les bornes ou les piquets. Au millimètre près. Ainsi en est-il des écrits de Monsieur Essahlaoi, car avec lui il est inutile de chercher à découvrir des fissures ou des lézardes, des ébréchures ou des écaillures. Le produit est livré fini, conforme aux normes académiques. Lisez sans vous soucier de ce qui pourrait manquer car rien ne manque : tout est là, mais prenez le temps de lire et un peu de recul car il se peut que vous ayez besoin d’autre chose qui manque à votre champ de référence personnel.

Je rends un hommage particulier à Monsieur Essahlaoui Mohammed pour avoir été mon premier inspecteur et celui qui m’a le premier évalué en tant que débutant dans la profession : c’était en 1975. Instituteur suppléant, ‘’chargé de cours’’ dans le langage de l’époque, j’ai été savamment boosté par Monsieur Essahlaoui- le mot n’avait sûrement pas l’acception actuelle- tout comme toutes les nouvelles recrues fraichement parachutées dans le métier d’enseigner. Un blanc bec à duvet en guise de plumes. Il savait que derrière ce point à peine lumineux qui émanait de ce blan bec à duvet en guise de plumes, se cachait une lumière et que cette petite étincelle que j’avais dans les yeux couvait un feu. Il a soufflé sur l’étincelle qui a fait partir un feu et a libéré le point lumineux devenu lumière. Nous voici tous deux écrivant, chacun à sa manière mais avec le même outil, sur un site qui nous réunit, le maître et l’élève.

Je rends un hommage particulier à mon premier maître à penser en matière de pédagogie et de didactique. J’avais déjà la tête pleine des œuvres de Balzac, de Zola et de Hugo, de Baudelaire, de Vigny et de Musset, de Voltaire, de Rousseau, de Diderot et de Montesquieu,  Je connaissais également le Capital et le Manifeste, l’Origine de la famille de l’Etat et de la propriété privée. Je connaissais aussi Lénine pour lui avoir lu une grande partie de ses œuvres complètes, mais je ne savais rien sur la pédagogie et sur la didactique : j’étais donc l’albatros maladroit de Baudelaire, exposé à la raillerie des matelots et des mousses, moi qui me croyais planant dans les airs et imbu de Zarathoustra. Il avait fallu m’apprendre à voler moi qui me croyais le prince des cieux. C’est Monsieur Essahlaoui qui m’a appris cela et je lui dois cela le restant de mes jours.

Je rends un hommage particulier à Monsieur Essahlaoui Mohammed qui alimente le site OUJDACITY de ses écrits et de ses critiques. Je le vois derrière son clavier, pareil à un sculpteur transformant la pierre vile en œuvre d’art ; je le vois derrière son clavier pareil à un joailler ajustant son trébuchet pour y peser au milligramme près ce qui est le plus précieux aux cœurs de femmes ; je le vois derrière son clavier enfilant les mots pour en faire des chapelets que l’ascète égrène dans ses moments de communion ; Je le vois …et je me revois à mes débuts dans la carrière qui a fait de moi ce que je suis.

Et je lui rends un hommage particulier.

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

6 Comments

  1. محمد السباعي
    27/02/2013 at 18:20

    التفاتة طيبة من أخيبا الطيب زايد . الأستاذ القدير محمد السهلاوي أهل لكل خير ولكل تكريم. من منا نحن أساتذة الفرنسية لم يستفد من نصائح وتوجيهات السي السهلاوي. إنه بحق أحد رواد التعليم بالجهة الشرقي. لمست فيه عمق التحليل والنظرة الثاقبة للأمور ، وميوله للدعابة والتواضع والبساطة . بارك الله فيه وجزاه الله عنا أحسن الجزاء

  2. citoyenne
    27/02/2013 at 21:17

    Merci Mr, taibi pour cet article..Je suis une lectrice fidèle de Mr Essahlaoui. Je ne le connais pas personnellement, je l’ai connu atravers ses précieux articles…Alors bonne continuation Mr ESSAHLAOUI… et à vous également Mr Taibi

  3. Simple lecteur
    28/02/2013 at 15:38

    C’est toujours très valorisant de rendre hommage à une personne qu’on apprécie, qu’on admire ou qu’on respecte. Merci M. TAIBI.
    Quand je lis M. ESSAHLAOUI, je me régale:le fond, la forme, l’humour, l’ironie, le courage dans les propose, l’action, le verbe… m’interdisent de m’ennuyer dans ces lectures. Continuez comme ça et nous régaler.

  4. عبدالله
    28/02/2013 at 23:27

    كنا نحن أساتذة اللغة العربية ، نغبط أساتذة اللغة الفرنسية عندما يتحدثون لنا عن زيارة السيد السهلاوي لهم، و كانوا يقولون لنا انه عند ولوجه القسم، كان يوحي للأستاذ انه ضيف او زائر جاء ليستفيد و ليس للتفتيش.قيل لنا انه لم يبد ملاحظات استفزازية للأستاذ ، بل يجعل المناقشة الهادئة تنساب هادئة محملة بملاحظات عميقة لكنها خفية، لاتظهر
    نتائجها إلا في الدروس القادمة التي يقدمها الأستاذ
    طوبى لك يا سيدي بهاته الشهادة من استاذ مخلص و بشهادة الكثيرين من امثاله، فقد علمتنا بخصالك قبل درايتك بالتربية، ما نحن محتاجون إليه ،كما علمتنا ان التفتيش هو كسب ثقة الاساتذة و التعاون معهم للسير نحو الأفضل ،و ليس كتابة التقارير العنيفة و اصطياد مواطن الخلل في الأستاذ.

  5. khlifa
    02/03/2013 at 03:07

    Mr Essahlaoui est un grand ami à moi.Il a été toujours à mes côtés m’accompagnant dans ma carrière d’enseignant, au cpr d’Oujda ,à Figuig ,àJérada Il était connu pour son sens de l’humour,sa maîtrise de la langue française et son franc-parler et par-dessus tout sa simplicité et sa modestie.Je lui rends hommage également .Il nous manque beaucoup ,beaucoup.Nous avons beaucoup à apprendre de lui.Il ne fait qu’écrire ,qu’écrire…J’espère qu’un jour ,de ses réflexions sur la pédagogie et l’école de la vie,il fera un livre dont s’inspireront les générations futures.Non ,vous nous manquez Essahlaoui!et beaucoup!;il faut qu’un jour nous te rendions visite. Je t’en suis reconnaissant!

  6. meziane ahmida
    02/03/2013 at 18:09

    Emouvant ! c’est le sentiment que j’ai ressenti à la lecture de cet article. Emouvant et riche d’enseignements. Des enseignements que devront méditer tous ceux et celles qui n’ont pas le réflexe , l’humilité voire le courage de témoigner gratitude et reconnaissance à leurs maîtres, à ceux sui leur ont permis, à la grâce de Dieu, d’acquérir le savoir, le savoir-faire et le savoir être , à ceux et à celles qui leur ont servi de catalyseur à l’extériorisation et à la mobilisation de leur intelligence et leurs compétences.
    A mon tour donc de rendre au hommage à Mr Zaid pour l’hommage ( je répète sciemment le terme) qu’il a magistralement rendu à son maître ( c’est ainsi qu’il l’a qualifié), sans gène et sans complexe, sans obséquiosité et sans excès de flatterie, et au final avec tact.
    Avec le même tact, Mr Zaid nous a fait découvrir – c’est du moins mon cas – une partie de son cursus, riche de lectures et de culture littéraire dont le substrat transparaît dans les productions qu’il nous livre.
    Je suis certain que Mr Essahlaoui aura grandement apprécié – d’autant qu’il mérite ce geste- tout comme ceux et celles qui connaissent la noblesse et la grandeur de la gratitude, devenue, hélas, denrée rare de nos jours.
    MEZIANE AHMIDA

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.