Home»National»LES BTSA DE LA MFR VALRANCE DE FRANCE A LA DECOUVERTE DU PARC ECOLOGIQUE DE KSER TIMNAY DE MIDELT.

LES BTSA DE LA MFR VALRANCE DE FRANCE A LA DECOUVERTE DU PARC ECOLOGIQUE DE KSER TIMNAY DE MIDELT.

2
Shares
PinterestGoogle+
 

Mohammed Drihem
Apres la découverte de la Vallée d’Aoufouss et de sa belle palmeraie suivie de l’Oasis de Hassi Labied et son mode d’irrigation via les «Khettarats», du beau coucher de Soleil qui était bien au rendez-vous sur les Dunes de Marzouga et après les deux journées d’animation en matière d’éducation relative à l’environnement bien réussies par les étudiants de l’Ecole des Métiers de la Nature de la MFR Valrance de Saint-Sernin-sur-Rance (France) à l’Ecole « Le Nomade » d’Erfoud ; le Groupe d’étudiants en BTS de Saint-Sernin-Sur-Rance s’est rendu mardi dans la Ville de Midelt pour un séjours de deux journées.
Au programme de leurs périple à Midelt ; les étudiants (tes) de l’école des Métiers de la Nature de la MFRValrance : Une communication sur le parc national du Haut Atlas oriental faite mercredi 14 février 2024 matin par le Abdelaziz El Mouden Directeur du parc qui a exposé et présenté les richesses écologiques et biologiques du parc national en question et les différentes actions entreprises pour assurer sa préservation.
Aussi ; les stagiaires français (ses) on visité le Lac d’Aguelmam Sidi Ali où ils ont effectué quelques observations d’oiseaux d’eau et visité la nouvelle plantation d’arbres de cèdre de l’Atlas et de chêne vert dont le coup d’envoi a été donné par le DG de l’ANEF Abderrahim Houmy le 1ère Février dernier lors de la célébration de la Journée mondiales des Zones Humides dans le cadre du programme de reboisement et de protection du Bassin versant du Lac d’Aguelmam Sidi Ali.
A Midelt et plus particulièrement au niveau du Parc Ecologique Tarik, les étudiants de l’Ecole des Métiers de la Nature se sont lancé dans les Différents circuits pédagogiques du site à la découverte des richesses écologiques, Biologiques et géologiques dont regorge le Parc Tarik.
Par la même occasion, ces étudiants ont pu juger à leurs justes valeurs les efforts déployés par leurs prédécesseurs et lauréats de l’Ecole des métiers de la nature de la MFR Valrance – Promotions 2017, 2018 et 2019 – lors des chantiers d’aménagement auxquels ils ont pris part ces années là.
Lors de cette randonnée pédestre organisée jeudi matin sous la conduite de leur formateur ; précurseur de ce programme de coopération franco-marocaine Youssef Chebli ; les étudiants français se sont arrêtés au bord de l’étang du pare Tariq qui a été creusé en 2008 afin de constituer une réserve d’eau pour l’irrigation des cultures. C’est une retenue qu’on peut qualifier de collinaire alimentée par les précipitations et les eaux de ruissellement. La profondeur maximale de cet étang est de 13 mètres.
Dans cet étang, on peut observer différentes espèces aquatiques telles que, des poissons (Barbeau, Truite, Black-bass…): des amphibiens (grenouille verte d’Afrique du Nord, crapaud vert…) et des insectes aquatiques (Dytiques)… Ce qui représente un échantillon de la biodiversité qu’on peut retrouver dans la rivière « Ansegmir » considérée comme principal affluent du fleuve Moulouya et qui ⁸borde le parc Tarik.
Sur me même circuit de randonnée, les jeunes étudiants ont découvert un tumuluss qui est un amas de pierres brutes qu’on a élevé au-dessus des tombeaux et dont l’ampleur de ceux ci prouvait le rang plus ou moins élevé des défunts.
A souligner au passage qu’un tumulus est fait de terre et de pierres, un tertre est fait rien qu’avec de la terre et qu’un cairn est fait uniquement de pierres.
Datant de l’ère du néolithique ; les tumuli (pluriel tumuluss) sont des nécropoles qui font partie des plus anciens monuments de l’Humanité et qui possèdent une valeur patrimoniale et archéologique au Maroc et ailleurs Malgré qu’ils soient nombreux dans le paysage, notamment au sud du pays ils font très peu objet de fouilles archéologiques.
Les Hommes y étaient généralement enterrés accroupis avec leurs objets personnels (bijoux, arme, poterie, outils de travail à bases de pierres taillées : couteaux racloirs, amulettes, etc..)
De même, les étudiants de la MFR Valrance ont pu découvrir la culture et l’artisanat de la région lors de cette randonnée dans ce parc où on apprend que les éléments minéraux ont également été utilisés localemment depuis le néolithique pour fabrique des poteries, des couteaux, des racloirs, des bijoux et des objets
d’ornements à partir de roches taillées. On retrouve plusieurs restes de ces objets dans les tumuli présents Sur le site.
Aussi, depuis les temps anciens aussi, la nature offrait les matériaux pour confectionner des objets usuels tels que les paniers, nattes, sandales, et couffins entre autres. Ainsi était née la vannerie: tissage végétal, notamment avec 1’alpha, le jonc et le palmier nain (Doum).
Les plantes aromatiques et médicinales sont très présentes dans la région dont le romarin, sauge, lavande, safran… et leur utilisation très courante au Maroc pour des usages médicinal, tinctorial et aromatique..

 

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.