Home»Enseignement»Discours rapporté ou discours rapportés ?

Discours rapporté ou discours rapportés ?

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Zaid Tayeb


Que vaut-il mieux dire, discours ou style, discours rapporté (au singulier) ou discours rapportés (au pluriel) ? Nous savons que le discours est une forme de narration qui s’oppose au récit. Chaque mode utilise un système temporel qui le distingue et qui sert à le placer sur l’axe des temps en fonction qu’il est ancré ou non ancré dans la situation d’énonciation. Or, le mot discours est également utilisé pour désigner la parole d’un personnage de roman et son mode d’intégration à l’énoncé du narrateur. L’emploi du mot discours pour désigner à la fois un mode de narration d’une part et de l’autre la parole du personnage de roman et son mode d’intégration, crée chez l’usager de la langue française une situation d’ambigüité et de heurts terminologiques. Il serait plus juste, me semble-t-il d’employer plutôt le mot style que le mot discours car il s’apparente beaucoup plus à une manière particulière d’écrire qu’à un fait de syntaxe.
D’un autre côté, il me semble également que le discours rapporté au singulier, s’oppose aux discours rapportés, au pluriel. Le singulier inclut le discours direct et indirect et laisse de côté les autres types comme le discours indirect libre, le discours direct libre et le discours narrativisé. Les discours rapportés couvrent tous les types existants.
Seulement, parler de discours rapporté de manière isolée, c’est l’expatrier de son environnement où il est habituellement logé. On ne pourrait donc pas évoquer le discours rapporté sans discours rapportant, ni de discours intégré sans intégrant, ni, non plus, de discours porté sans porteur. C’est un couple, un duo, une paire. L’un ne peut pas aller sans l’autre.
Si le discours rapporté est celui du personnage, le discours rapportant est celui du narrateur. Seulement, on peut nous demander de quelle manière le discours rapporté est intégré au discours rapportant, ou le discours du personnage au discours du narrateur. Je vais essayer d’illustrer mes propos par quelques exemples empruntés à des auteurs.
A-Discours direct ou discours rapporté de manière directe.
Le discours direct ou discours rapporté de manière directe est la parole du personnage. Sa particularité est qu’il est transcrit comme il a été formulé par le personnage : parler paysan, bourgeois, grossier, poli, élevé, bas, relâché, …Deux choses peuvent nous interpeller et auxquelles nous devons répondre, à savoir le mode et les moyens d’intégration.
Mode d’intégration : le discours direct1 est intégré tel quel au discours2 du narrateur.
Moyens d’intégration : les moyens d’intégration sont liés à l’emplacement des éléments de l’énoncé du narrateur par rapport au discours direct : tiret, guillemets, deux points, inversion du sujet et du verbe
La lumière baissa une seconde, ma mère moucha la bougie avec une paire de ciseaux rouillés. Elle en profita pour déclarer :’’Les bougies deviennent de moindre qualité, il en faut une tous les jours et la pièce paraît lugubre avec toutes ces ombres qui s’amassent dans les angles’’3
B-Discours indirect ou discours rapporté intégré de manière partielle à l’énoncé du narrateur.
Le narrateur intègre le discours du personnage à son énoncé en effectuant certaines modifications. Toutefois, les frontières entre l’un et l’autre demeure présente.
Mode d’intégration : intégration partielle du discours direct à l’énoncé du narrateur.
Moyens d’intégration : Ils sont nombreux et variés en fonction des types de phrases rapportés et intégrés à l’énoncé du narrateur.
Le type déclaratif est intégré par :que
Le type impératif par : de+infinitif
Le type interrogatif par : si ; ce que ; ce qui ; mots interrogatifs du genre : pourquoi, comment, où ; quel ; dans combien de temps…
La lumière baissa une seconde, ma mère moucha la bougie avec une paire de ciseaux rouillés. Elle en profita pour déclarer que les bougies devenaient de moindre qualité, qu’il en fallait une tous les jours et que la pièce paraissait lugubre avec toutes ces ombres qui s’amassaient dans les angles.4
C-Discours indirect libre ou discours : c’est un discours à cheval entre le discours du personnage et l’énoncé du narrateur. Mais il est plus proche de celui du narrateur que de celui du personnage.
1-Discours direct :
Ce soir, ma mère aura aux poignets des bracelets soleil et lune. Rahma sera verte de jalousie. Pendant plusieurs jours, je l’entendrai dire sans gaîté :‘’Je n’ai plus de chance, j’ai épousé un malheureux fabricant de charrues ; il est à peine capable de m’offrir une corde pour sortir l’eau du puits. Ah ! Allah a bien mal départagé les humains. A celle-ci la souffrance et la misère, à d’autres la prospérité, la bonne nourriture, les bijoux d’or et d’argent. Mon Dieu ! Quand finira ma peine ?’’5
2- Transposition du discours direct au discours indirect libre :
Ce soir, ma mère aura aux poignets des bracelets soleil et lune. Rahma sera verte de jalousie. Pendant plusieurs jours, je l’entendrai geindre et gémir. [Elle n’a plus de chance, elle a épousé un malheureux fabricant de charrues ; il est à peine capable de lui offrir une corde pour sortir l’eau du puits. Ah ! Allah a bien mal départagé les humains. A celle-ci les souffrances et la misère, à d’autres la prospérité, la bonne nourriture, les bijoux d’or et d’argent. Mon Dieu ! Quand finira sa peine ?]5
Mode d’intégration : Le discours indirect libre doit nécessairement s’appuyer sur l’énoncé du narrateur auquel il sert de support. Toutefois, entre l’un et l’autre, il n’y a pas de marqueurs de transition linguistique mais seulement phonatoire à l’oral.
Moyens d’intégration :- les temps verbaux et les anaphores grammaticales du discours indirect libre sont de la même nature que ceux de l’énoncé du narrateur. Les anaphores grammaticales sont celles de la troisième personne du singulier et du pluriel.
D-Discours direct libre : Comme le discours indirect libre, il se situe entre le discours du personnage et celui du narrateur. A l’inverse, il est plus proche de celui du personnage que de celui du narrateur.
Ma mère courroucée commença à maudire le dellal, à invoquer tous les saints qu’elle connaissait afin qu’ils lui infligent le dur châtiment qu’il mérite.[ C’était une honte de se conduire ainsi avec les honnêtes gens ! Que devait-il combiner pendant cette longue absence ? Nous prenait-il pour des campagnards ignorants ? Nous sauront démasquer la vérité. Nous paierons le prix équitable et nous ne nous laisserons pas rouler par ce mécréant]. Mais le mécréant était toujours invisible.6
Mode d’intégration : Comme le discours indirect libre, il doit s’appuyer sur l’énoncé du narrateur auquel il sert il sert de support et qui lui donne du relief. Cependant, entre l’un et l’autre, il n’y a pas de marqueurs de transition linguistique, mais seulement phonatoires à l’oral.
Moyens d’intégration : Les temps verbaux et les anaphores grammaticales du discours direct libre sont de la même espèce que ceux du discours du personnage. Les anaphores grammaticales sont celles de la première et de la deuxième personne du singulier et du pluriel.
E-Discours narrativisé. Le discours narrativisé est celui du narrateur. En effet, le narrateur s’empare du discours de son personnage pour le faire sien. Le personnage se trouve écarté de manière totale de l’univers narratif dans lequel, normalement, il a droit d’existence et par conséquent de contribution à l’édification de la narration.
Mode d’intégration : l’intégration du discours du personnage au discours du narrateur est totale.
Moyens d’intégration : comme l’intégration est totale, il n’y aurait aucun indice qui puisse rappeler la présence du personnage.
-Discours direct : ‘’Viens’’, lui demanda-t-il. (Avec un mode d’intégration tel quel.)
-Discours indirect : Il lui demanda de venir. (Avec un mode d’intégration partiel.)
-Discours narrativisé : Il l’appela. (Avec un mode d’intégration total.)
Comme on a pu le constater, la langue française dispose de cinq types de discours. Mais les moins utilisés sont les discours indirect et direct libres. Ils constituent des écarts par rapport aux autres types qui sont le direct, l’indirect et le narrativisé.
1 et 2 : pour des besoins de communication, j’utilise le mot énoncé du narrateur à la place du mot discours
3- texte modifié (cf 4)
4-Texte authentique : La Boîte à Merveilles, page44. Edition librairie des écoles. Casablanca
5- idem. page 160 / texte authentique
6- idem . Page 164 : Passage entre [ ] : discours direct libre
Zaid Tayeb

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

1 Comment

  1. Zhor
    30/12/2023 at 01:27

    Bonsoir

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.