Home»Débats»Si j’étais chien, je grognerais, retrousserais mes babines et montrerais mes crocs

Si j’étais chien, je grognerais, retrousserais mes babines et montrerais mes crocs

0
Shares
PinterestGoogle+
 

tayeb zaid

Je me dis, dans des moments de méditation sur le genre humain qu’il aurait été plus préférable pour moi d’être du côté du chien que de celui de l’homme. Et comment pourrais-je me réclamer des humains quand des humains assistent en spectateurs, en complices ou en incitateurs à un génocide se perpétrer contre d’autres humains ? L’une des règles de l’homme pour l’homme est de lui porter secours quand la vie de l’un ou l’autre est en danger.

Or, le cas des massacres à l’échelle d’épuration ethnique d’êtres humains de la Bande de Gaza est loin de laisser indifférents les hommes qui ont un cœur humain, une âme humaine, une raison humaine. Les scènes de massacres et de ravages systématiques qui se pratiquent contre des enfants, des femmes, des personnes âgées, des malades, des hôpitaux, des écoles, des bâtiments habités, des infrastructures routières, peuvent se lire comme un coup d’éponge pour effacer de la face de la terre des populations humaines et leur habitat de façon à ne plus en laisser trace, sous le regard de la communauté internationale qui laisse faire par son silence ou fait faire par les armes qu’elle livre à l’agresseur. C’est un acte de destruction massive contre une population séquestrée depuis bien longtemps sur un territoire de la taille d’un mouchoir de poche: L’utilisation de toutes les armes de destruction larguées depuis le ciel ou envoyées depuis la terre et la mer par un état artificiel contre des populations civiles composées essentiellement d’enfants, de femmes, de vieillards est un acte barbare jamais perpétré et jamais resté impuni.

Toutes les nations dites policées s’étaient coalisées pour mettre fin aux atrocités d’Hitler dont les troupes avaient envahi une bonne partie de l’Europe, puis contre l’Irak qu’on a accusé à tort de détenir des armes de destruction massive, puis contre la Lybie pour soi-disant libérer le peuple de la tyrannie d’Al Kadhafi, puis contre la Serbie pour la remettre sur le droit chemin, puis contre l’Afghanistan qui serait le berceau du terrorisme, puis, puis, et puis…Dans tous les cas, à l’exception du premier, les Musulmans étaient les sujets d’une extermination systématique, massive, à échelle d’épuration ethnique. Et elles sont à l’heure qu’il est à Gaza où elles accomplissent leur sale besogne.

 

Notre malheur à nous, c’est que nous prenons nos ennemis pour nos amis. Ainsi donc, nous nous faisons avoir toutes les fois que cela nous est demandé. Nous avons pris l’habitude de fermer les yeux sur les exécutions des populations de Gaza, mais également de fermer les oreilles pour ne pas entendre leurs gémissements, leurs plaintes, leurs appels à l’aide, et la bouche pour ne pas prononcer de propos qui risquent de fâcher les assassins et leurs complices qui les couvrent et les arment. Rien de mieux que se boucher les oreilles, se coudre les paupières et les lèvres pour laisser faire de manière propre, presque chirurgicale. Loin des yeux, loin du cœur ! Quand la vie s’arrête pour certaines, elle continue chez d’autres !

Si un chien venait à voir un malfaiteur s’attaquer à un pauvre hère, il aurait grogné, retroussé ses babines, montré ses crocs pour défendre le second contre le premier. Mais les hommes sont tombés plus bas que les chiens. Si les responsables des pays qui forment croissant de lune autour de la Palestine venaient à montrer leur mécontentement contre Israël, ce dernier se serait gardé d’attaquer Gaza avec toutes ses armées. Il aurait gardé un peu de son armée au sud Liban, un autre au Golan, un autre le long des frontières jordaniennes, un autre au Sinaï. Ainsi donc, et sans entrer en guerre contre l’ennemi, ils l’auraient contraint à déployer une bonne partie de son arsenal militaire le long des frontières qu’il partage avec les pays arabes. Or, comme ces pays ne montrent pas leurs crocs, ne retroussent pas leurs babines, ne grognent pas, Israël se permet de déployer toutes ses armées contre la Bande de Gaza, contre Hamas, rasant la première de la carte et le second de l’existence ! Si cela se pouvait !

Zaid Tayeb

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.