Home»Débats»Moi… et la Palestine

Moi… et la Palestine

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Par Abdelhak Riki

« Nous à Gaza, nous allons bien, rassurez-nous à votre sujet.

Nous sommes en guerre, comment ça va de votre côté ?

Nos martyrs sont sous les décombres,

Nos enfants habitent sous des tentes, ils vous demandent : où êtes-vous ?

La mer est derrière nous, mais nous combattons, notre ennemi est devant nous et nous continuons de combattre […] »

L’artiste libanais Khaled El Haber

 

J’aurais pu me contenter des mots de l’artiste libanais Khaled El Haber, mais permettez-moi de vous raconter des choses qui me semblent importantes. Tout d’abord, les reproches de certains amis en raison de mon absence d’écrits sur ce qui se passe à Gaza et en Palestine, le sujet le plus important dans le monde depuis le 07 octobre 2023.

J’avais écrit un article le 10 octobre 2023 intitulé « Nous et la Palestine ». Je sais que ce n’est pas suffisant, et malgré mon âge et ma santé, je réalise que des hommes et des femmes plus âgés que moi marchent dans les rues et les villes marocaines en soutien à Gaza et à la Palestine, demandant la rupture des relations avec Israël. Je les salue d’ici et implore Dieu de les soutenir contre leurs ennemis.

La deuxième chose concerne la source d’information sur la guerre à Gaza et en Palestine. Je ne vous le cache pas, j’étais accro à « France Inter » et je le suis toujours, mais il semble que le lobby sioniste a réussi à s’emparer de la plupart des médias, des journaux aux chaînes de télévision et de radio. Grâce à la résistance à Gaza, le monde est désormais divisé en deux camps, ceux qui soutiennent la guerre israélienne et ceux qui s’y opposent. Cette fois-ci, il n’y a plus d’Arabes et de musulmans, mais ce sont les intérêts qui déterminent la position.

En d’autres termes, il y a un véritable conflit de classe qui détermine la position. Comme en France, ce pays qui se vantait des droits de l’homme est devenu un domaine israélien. Je salue certaines voix soutenant la Palestine dans ce pays malgré la répression, et je présente mes salutations du fond du cœur à tous ceux qui soutiennent le peuple palestinien.

Un salut particulier à Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise), qui est né à Tanger, et Anass Kazib (Révolution permanente), français d’origine marocaine, ainsi qu’à Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière). En plus de certains catholiques, dont l’avocat de la famille de Mehdi Ben Barka, Maître Maurice Buttin, qui est né à Meknès et a maintenant plus de 95 ans, et d’autres islamistes et de la gauche, ainsi que des citoyens ordinaires, français, marocains et arabes.

La question est : où puis-je puiser mes informations face à l’attaque médiatique de l’Europe et de l’Amérique ? Je suis retourné à « Al Jazeera » qatarienne, et je suis devenu, comme tous les Marocains, intéressé par l’analyste militaire le général Fayez Al-Duwairi. La plupart des Marocains connaissent désormais les stratégies et les tactiques militaires, ainsi que le nom et le type de chars comme « Merkava », les transporteurs de troupes blindés « Eitan », le blindé « Namer » et le bulldozer « D9R ». Ils connaissent également les différentes méthodes utilisées par les résistants, du « RPG » pour lancer les obus « Al-Yassine », aux réseaux de tunnels s’étendant sur des dizaines de kilomètres, en passant par les drones et de nombreuses armes. Ce qui est frappant, c’est que la plupart de ces armes sont fabriquées dans les tunnels avec une grande expertise des jeunes.

Je n’ai pas répondu complètement à la question de l’endroit où je tire mes informations. J’ai mentionné « Al Jazeera » et la gauche française soutenant la Palestine, mais surtout Abdelbari Atwan, l’ancien rédacteur en chef du journal « Al-Quds Al-Arabi », ainsi que le grand théoricien Wadah Khanfar, l’ancien directeur d’Al Jazeera, ainsi que Saber Mashhour, et de nombreux Marocains à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Mais j’essaie toujours de m’appuyer sur mon expérience personnelle dans l’analyse des données et faits rapportés par les uns et les autres. Il y a de nombreux sites, et chacun a la liberté de suivre qui il veut, mais j’appelle particulièrement les jeunes à utiliser leur esprit, à ne pas distribuer de « fausses nouvelles – fake news ». L’arme médiatique est redoutable et dangereuse.

En ce qui concerne un autre point, j’apprécie grandement le leadership militaire du Hamas et j’admire leur stratégie de négociation, en particulier leur demande de libération de tous les prisonniers palestiniens, y compris le leader du Fatah Marwan Barghouti, le chef du Front populaire de libération de la Palestine Ahmad Saadat, et l’un des leaders du mouvement Hamas Abdullah Al-Barghouti.

Je ne cache pas que je suis un partisan du « Bloc historique » entre les islamistes et la gauche, et que tous les pays arabes devraient accorder aux islamistes et à la gauche leurs droits à l’organisation, à la liberté d’expression, et au respect des résultats des élections. Ce que je sais, c’est que la prison rapproche les points de vue entre les différents courants palestiniens, et je souhaite la libération de tous les prisonniers palestiniens, et que la coordination continue en dehors de la prison.

Un autre point, j’ai été heureux d’entendre que la résistance à Gaza et en Palestine ne se soucie pas des ragots occidentaux, mais cherche uniquement à libérer la terre palestinienne. Je m’arrête là, et il y a d’autres idées sur la question palestinienne que ma mémoire ne me permet pas de soulever maintenant.

Comme l’a dit l’artiste libanais « Khaled El Haber » dans sa chanson sur Gaza déjà en 2008 :

« Nous à Gaza, nous allons bien, rassurez-nous à votre sujet

Nous sommes en guerre, comment ça va de votre côté ?

Nos martyrs sont sous les décombres,

Nos enfants habitent sous des tentes, ils vous demandent : où êtes-vous ?

La mer est derrière nous, mais nous combattons, notre ennemi est devant nous et nous continuons de combattre

Nous avons suffisamment d’armes et de nourriture, et des promesses de paix, nous vous remercions de votre soutien.

Nous à Gaza, nous allons bien, rassurez-nous à votre sujet.

Nos âmes, nos blessures, nos maisons, notre ciel, nos visages, notre sang, nos yeux, nos linceuls nous protègent de votre paix, de vos promesses, de vos paroles.

Nous à Gaza, nous allons bien, rassurez-nous à votre sujet. »

Enfin, je tiens à dire que je suis un grand optimiste, mais je remercie Dieu de me permettre de vivre pour voir le 07 octobre 2023, qui a effacé de ma mémoire la défaite de juin 1967 et le partage de la Palestine en 1948. J’étais convaincu que les jeunes Palestiniens, arabes et marocains posséderaient un jour la technologie, l’ordinateur et l’internet.

Par Abdelhak Riki

Rabat, le samedi 23 décembre 2023

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.