Home»Débats»Les pays maghrébins sont-ils prêts à accueillir leurs ressortissants expulsés de France?

Les pays maghrébins sont-ils prêts à accueillir leurs ressortissants expulsés de France?

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Yahya Torbi


L’immigration arabo-africano-asiatique, musulmane notamment, qu’elle soit légale, ou illégale ou clandestine, est devenue un véritable fléau en Europe, mais surtout en France qui compte parmi les pays les plus envahis par des immigrés, des réfugiés et des demandeurs d’asile tous azimuts; à tel point que l’on est en train d’assister à la concrétisation de la théorie du  » Grand Remplacement « , avancée par l’ecrivain et sociologue Renaud Camus; sachant que des quartiers entiers des grandes métropoles ont été vidés de leurs habitants français, après que ces derniers les avaient fuis; pour qu’émergent à la place des quartiers majoritairement habités par des communautés arabes, turques, africaines, chinoises,…, et que la dissolution et la dégradation des familles et mariages français ( deux couples sur trois divorcent ), ainsi que la baisse remarquable du taux de natalité française par rapport à l’augmentation des naissances étrangères, maghrébines et africaines surtout, dûes à la polygamie, accélèrent le  » Remplacement  » et la disparition du peuple français de souche. Autrement dit, tous les peuples du tiers-monde ou presque veulent vivre en France; d’où l’ensauvagement du pays. Donc, face à cette invasion migratoire, qui menace l’unité et la sécurité nationale et sociale françaises, et vis-à-vis de laquelle les gouvernements qui se sont succédé sont impuissants, des partis politiques, notamment d’extrême droite, ont décidé de prendre les choses en main. Et depuis, ils mobilisent inlassablement l’opinion européenne et française et s’engagent à s’attaquer au mal à la racine, pour sauver la France, en lui rendant sa grandeur et surtout son identité historique. C’est pour cela que tous les candidats ont fait de la politique migratoire le cheval de bataille de leurs campagnes électorales et présidentielles, et que des textes de loi et des référendums sur l’immigration sont d’ores et déjà élaborés et prêts à être votés par les Français.
Vu la décadence culturelle, identitaire et le déclin économique et sécuritaire, vers lesquels va la France, à cause notamment des immigrations extra-europeennes incontrôlées, les Français sont de plus en plus nombreux à soutenir les candidats d’extrême droite et à partager leur vision de l’avenir de leur pays; ce qui, par conséquent, rend ces derniers déterminés, plus que jamais, à mettre fin à l’immigration et à contrôler drastiquement les frontières de l’Hexagone.
Ainsi, la première décision prise, pour la survie de la France, par E. Zemmour ou sa concurrente M. Le Pen, une fois arrivés au Pouvoir; après avoir été élus président ou présidente de la République, c’est l’expulsion des immigrés clandestins, des sans papiers, et surtout les délinquants récidivistes, qui non seulement terrorisent les Français au quotidien, mais qui coûtent des milliers voire des millions d’euros à l’État français; des sommes d’argent considérables qui auraient dû être injectées dans les maigres budgets des citoyens français qui vivent au seuil de pauvreté. Aussi l’immigration, qui rapporte gros aux pays d’origine, nuit-elle à la politique sociale et financière en France.
Depuis que l’Union européenne a ouvert ses frontières aux immigrations extra-europèennes, des immigrés arabes et africains, ainsi que des réfugiés proche et moyen-oriontaux ont envahi la France, dont les algériens et les marocains constituent la majorité. Et, dès lors que la plupart des jeunes maghrébins n’ont pas choisi d’immigrer, ou de vivre ou d’être nés en France, ils ont du mal à s’intégrer dans la population française, encore moins à s’assimiler à sa culture et à ses coutumes et traditions, c’est pourquoi, ils sont prédisposés à basculer précocement dans la délinquance. En effet, selon l’INSEE et le ministère de la justice, les détenus d’origine maghrébine constituent environ 33% de la population carcérale étrangère en France; les algériens viennent en tête de liste, suivis des marocains et des tunisiens, sans compter ceux qui sont en attente du jugement et ceux qui sont recherchés par la police, ainsi que les sans-papiers ou ceux qui renient leurs nationalités.
Tous ou presque tous les attentats terroristes qui ont ensanglanté la France, depuis ces dernières décennies, ont été commis par des criminels originaires du Maghreb. A cela s’ajoute la délinquance des banlieues, où le trafic de drogue fait rage, et dont les dealers s’attaquent aux policiers, tandis que les jeunes délinquants vont commettre des vols et des cambriolages dans les villes centres. Heureusement que rares sont ceux qui ont été formés au sein des groupes terroristes en Syrie, en Iraq et en Afghanistan.
Alors, que se passera-t-il si la France décide, un jour, de renvoyer ces délinquants chez eux, dans leurs pays d’origine?
Le Maroc à toujours su gérer les vagues d’immigration qu’il a connues à travers l’histoire: en commençant par les juifs expulsés d’Espagne par les Rois catholiques au VIème siècle, qu’il a non seulement protégés contre les camps nazis, mais qui a aussi fait d’eux des Marocains à part entière, en passant par l’accueil des 45 mille familles marocaines expulsées d’Algérie, d’une manière inhumaine et arbitraire, en 1975 par le Président H. Boumediène, et que le Maroc à aussi accueillies avec fierté, et qu’il a réintégrées avec brio dans la société, jusqu’aux milliers d’immigrés africains, subsahariens, qui sont entrés illégalement au Maroc, mais dont il a régularisé la situation, et qu’il a aidés à intégrer le marché du travail. En outre, les autorités marocaines ont donné leur accord quant à la récupération des mineurs non accompagnés, qui sont en detresse dans des pays européens.
En revanche, l’Algérie et la Tunisie sont moins préparées à prendre en charge la  » remigration  » de leurs ressortissants qui seraient renvoyés par le prochain gouvernement français, surtout l’Algérie, qui est déjà fragilisée par la détérioration du pouvoir d’achat, la pénurie alimentaire, le chomage, l’insécurité sociale, les manifestations populaires, la pandémie covid-19, … verrait le taux de délinquance et de criminalité monter en flèche, sachant que les délinquants d’origine algérienne, en France, ont commis toutes sortes de crimes: trafic de drogue, vol à main armés, meurtres, agressions sexuelles, kidnappings, escroqueries… D’autre part, le prix du kg de pommes de terre, qui est actuellement à 150 DA, atteindrait les 250 ou 300 DA, avec l’arrivée de ces hors-la-loi dangereux.
Certes, l’expulsion manu militari des immigrés clandestins et des délinquants du territoire français aura des répercussions sur les relations diplomatiques entre la France et ses anciennes colonies d’Afrique du Nord, mais la France a tout à fait raison de défendre son peuple, sa culture et sa civilisation et son identité historiques. Ceci étant dit, les gouvernements maghrébins devraient faire preuve de compréhension, et surtout savoir que  » Mère France  » ou  » Mama Farança  » ne veut plus adopter d’enfant venu d’Afrique ou du Maghreb, même ceux et celles qui ont toujours été persécutés à cause de la couleur de leur peau.
Encore 3 mois avant que commence le compte à rebours de l’élection présidentielle, le 10 avril 2022, et, dans l’attente de ce que vont révéler les urnes et les bulletins de vote, cette décision devrait servir de leçon aux pays concernés, qui seraient appelés à refaire leur politique extérieure, en matière d’immigration et du droit d’asile; ce qui mettra la diplomatie franco-maghrébine à une rude épreuve.
Yahya TORBI

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.