Home»Correspondants»Discours de Mme Miriem BENSALAH CHAQROUN présidente CGEM Assemblée générale ordinaire élective mercredi 16 mai 2012

Discours de Mme Miriem BENSALAH CHAQROUN présidente CGEM Assemblée générale ordinaire élective mercredi 16 mai 2012

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Discours de
Mme Miriem BENSALAH CHAQROUN
Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM)
Assemblée générale ordinaire élective
mercredi 16 mai 2012

Chers Amis, Chers Membres de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc,

Mes premiers mots sont pour vous, Chères consoeurs, Chers confrères pour vous dire ma fierté et mon émotion d’être ici, aujourd’hui.
Je voudrais remercier mes pairs de m’avoir convaincue de me présenter et de m’avoir témoigné si franchement leur soutien. Je voudrais les remercier de nous faire confiance et de nous avoir élus, Salah eddine KADMIRI et moi-même pour défendre leurs idées, leurs convictions et les nôtres pendant cette mandature qui s’annonce complexe et inédite.
COMPLEXE, car elle prend naissance dans un contexte économique national et international de crises diverses et multiples.
INEDITE car, pour la première fois notre confédération sera présidée par une Femme.
Je saisis cette opportunité pour remercier toutes les militantes qui ont si longtemps œuvré pour que les femmes marocaines soient non seulement de merveilleuses femmes au foyer mais également des magistrates, des parlementaires, des doyennes de facultés, des hauts fonctionnaires,  en résumé, des acteurs du développement à part entière.
Mesdames et Messieurs, vous qui nous avez accompagnés, écoutés, soutenus et encouragés, nous avons inscrit notre campagne sur la nécessité de Réhabiliter l’Acte d’Entreprendre.
Réhabiliter l’acte d’entreprendre c’est donner à chacun le droit d’user de ses talents, de ses compétences et de les partager.
Réhabiliter l’acte d’entreprendre, c’est libérer l’initiative privée, car seule l’audace précède la performance économique et la prospérité, sans lesquelles il ne peut y avoir de solidarité  et de progrès social.
Réhabiliter l’acte d’entreprendre, car l’entreprise n’est pas qu’une histoire de profit. Nous avons  vu, durant cette campagne passionnante et intense, à travers les villes et les régions que nous avons parcourues,  des hommes et des femmes qui ont pris des risques en  hypothéquant jusqu’à leurs biens personnels pour donner vie à leur projet.
Réhabiliter l’acte d’entreprendre c’est promouvoir l’investissement privé notamment auprès des jeunes, qui sont la richesse et l’avenir de nos entreprises et de notre pays.
Mes chers amis, réhabiliter l’entreprenariat n’est pas qu’un simple  slogan de campagne ou une hymne au changement, c’est un engagement.

Mais  qu’offrons- nous?
A notre confédération, nous offrons d’être son porte-voix en échange de l’engagement de ses membres de défendre vigoureusement les emplois et la valeur ajoutée qu’ils créent tous les jours.

Au Gouvernement et aux pouvoirs publics nous proposerons d’être au rendez vous du patriotisme économique, d’être loyaux, mais en leur promettant d’être de fermes et déterminés partenaires….
Au Gouvernement  nous demanderons de nous écouter au lieu seulement de nous entendre. Nous porterons cette conviction que sans la force des  entrepreneurs que nous sommes  il ne peut y avoir de développement. Ce partenariat économique avec l’Etat, nous le voulons gagnant- gagnant.

Aux Syndicats, nous proposerons la paix des braves. Celle qui permettra au terme « partenaire social » de prendre tout son sens, en insistant sur un dialogue social renouvelé, direct et franc…. et réglementé pour le bien et l’engagement de tous.
Que les syndicats cessent de croire qu’il y a de la ruse dans nos postures .  Combattons ensemble, main dans la main, à la fois la délinquance patronale qui fait que certains patrons ne respectent pas leurs obligations sociales et fiscales, mais  aussi la délinquance syndicale lorsque certaines centrales ne maîtrisent pas leurs bases et entravent la liberté de travail au nom de la liberté Reconnue de cesser le travail.
Il ne peut y avoir de syndicats forts sans un patronat fort.

ET NOUS AURONS UNE CGEM FORTE.

Bien entendu, il y aura parfois des compromis, mais jamais je ne me prêterais à la compromission.
Nous voulons faire de la CGEM un patronat dynamique et participatif, véritable acteur dans la conception et  la mise en œuvre des politiques de développement économique du pays.
La conjoncture que nous traversons est difficile, mais doit-on l’accepter sans combattre? Non ! Nous devons être offensifs.  Dans ce nouvel esprit de consultation constitutionnelle, nous voulons impliquer la CGEM dans l’élaboration, le pilotage et le déploiement  de programmes sectoriels comme le pacte national pour l’émergence industrielle, destiné à renforcer notre industrie que nous avons, malheureusement, trop longtemps négligée.
Il  nous faut par ailleurs être un élément actif de la régionalisation économique, du renforcement de la compétitivité, d’une meilleure fiscalité, et de la  formation de notre capital humain en adaptant celle-ci aux besoins du marché.
La CGEM devrait agir encore plus pour les PME et s’ouvrir également davantage sur celles-ci.
Favorisons les synergies entre les PME et les grands groupes pour le bien de tous! Il s’agit de faire émerger au plus vite, une génération nouvelle d’hommes et de femmes prêts à s’engager, avec passion et conviction, dans nos PME et PMI, qui constituent la colonne vertébrale de notre vision.

Mesdames et Messieurs,
Nous resterons vigilants et nous veillerons à l’application de toutes ces mesures à travers une concertation permanente avec l’ensemble des adhérents et des partenaires institutionnels.
Nous avons la responsabilité historique de soutenir et de pérenniser les avancées extraordinaires que connaît notre pays.
Nous mobiliserons tous les moyens pour un changement nécessaire et porteur de progrès pour les entreprises marocaines. Un changement qui consiste à conjuguer l’économique au social et qui préfigure un modèle marocain : un modèle basé sur des particularités nationales, au service d’une vision durable et pérenne.

Mesdames et Messieurs,
Pour conclure, nous vous remercions, Salah eddine Kadmiri et moi-même de nous avoir apporté vos suffrages en ces temps difficiles, et nous savons que votre forte mobilisation est le reflet du courage et de l’engagement dont vous faites preuve chaque jour.

Alors…ENTREPRENONS   ENSEMBLE  CES CHANGEMENTS…

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.