Home»International»HUMANISATION MEDICALE : Hôpitaux, des pratiques peu regardantes

HUMANISATION MEDICALE : Hôpitaux, des pratiques peu regardantes

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Humanisation de la pratique médicale  : Hôpitaux publics : des  pratiques peu regardantes

Écrit par Ouardirhi Abdelaziz

«Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain où la recherche de la gloire. Admis (se) dans l’intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confies.

Je ferai tout pour soulager les souffrances». Serment d’Hippocrate

Quiconque lira ce serment, ne pourra que souscrire à son contenu noble, s’inscrire dans la générosité que renferme chaque mot  et s’approprier chaque phrase tant  il est vrai que celle-ci ne dégage que de la bonté et  de la bienveillance.
Le serment d’Hippocrate que tout médecin se doit de prêter  est  l’exemple de la grandeur, de la noblesse du cœur, de l’amour pour l’autre et de l’altruisme que tout praticien se doit de respecter  pour exercer  le noble art qu’est la médecine c’est en tout cas la doctrine.

Mais dans la réalité il en va souvent autrement.

Je ne vous apprend rien en disant ça, des médecins corrompus, il y en a, ils ne sont heureusement pas nombreux, mais ils en existent quand même  et ce n’est là un secret pour personne. La corruption, ils adorent, ils ne peuvent pas s’en passer, c’est aussi simple que ca, surtout quand ils se font beaucoup de blé sur le dos de la misère de petites gens qui arrivent à peine à subsister.

Ces corrompus on les trouve partout. Mais c’est au niveau des services chauds où il y en a le plus, j’en connais quelques uns d’ailleurs, ils sont passés maitre dans l’art d’établir des certificats dits médicaux  avec des incapacités physiques qui peuvent aller au-delà de 21 jours. Tout est bien entendu fonction du prix, je veux dire de la corruption.

Ces individus qui agissent sans aucun état d’âme, nuisent à l’image de marque des hôpitaux, par leur comportement antisocial, ils contribuent à créer un climat délétère, un manque de confiance de la population. Le serment d’Hippocrate en prend un sale coup  à telle enseigne qu’il devient l’espace d’un temps le serment d’hypocrite.
Le  secteur privé aussi

Nous avons tous en mémoire le rapport de la commission  du ministère de la santé composée d’inspecteurs agréés chargés d’enquêter sur les cas de violation de la loi en vigueur au niveau des cliniques privées. Ladite commission, s’intéresse au moindre détail, procède à toutes les vérifications et contrôles prévus avant de formuler son avis et en référer au ministère pour éventuellement prendre les mesures qui s’imposent

Sur les 360 cliniques privées réparties sur l’ensemble du territoire, plus de 50 cliniques ont été inspectées conformément aux dispositions des articles 21 et 26 de la loi relative à l’exercice de la profession de médecine et de l’article 17 du décret d’application de cette loi. Ce rapport a eu  le mérite de mettre noir sur blanc, les pratiques honteuses et malhonnêtes qui ont cour dans la plupart des cliniques privées. Le constat accablant qui est fait aujourd’hui à la suite de nombreuses commissions d’enquêtes, a mis à nu des procédés peu orthodoxes et quasi généralisés qui ont porté depuis longtemps, un coup très dur à cette corporation au niveau de son image.
Dirigisme outrancier

Il faut dire que le fameux rapport réalisé par des inspecteurs agréés du ministère de la santé, n’est que la partie visible de l’iceberg. L’histoire des anomalies relevées au niveau de certaines cliniques est très ancienne, d’ailleurs les journaux se sont fait l’écho de tous ces dérapages en leurs temps. Il a été découvert des équipements obsolètes qui ne fonctionnent pas normalement, faussant ainsi les résultats des opérations enclenchées et les locaux ont été jugés non conformes puisque ne remplissant pas les conditions exigées pour le traitement et le suivi des patients.

Scandales, procès contre des cliniques très réputées dans les grandes villes (Casablanca – Fès  …) pour négligences graves conduisant au décès des patients, abus en tous genres, prix prohibitifs sans le service requis et surfacturé, sous-équipements et sous-qualification du personnel, équipements obsolètes qui ne fonctionnent pas normalement, locaux jugés non conformes puisque ne remplissant pas les conditions exigées pour le traitement et le suivi des patients.

Un seul dénominateur commun à toutes ces cliniques ou presque : la cupidité et l’avidité du gain rapide sans considération  pour le malade l’appât du gain a tout corrompu et l’on voit la personne humaine comme étant une source d’enrichissement. Ce qui se passe dans  certaines cliniques privées – n’en déplaise à certains – portes un sérieux coup à la noble profession de médecin et assimile ce corps à une sorte d’entreprise à but lucratif. Alors que certains arrêtent de nous raconter le contraire, car ils deviennent tout simplement ridicules.

Le TPA, tout le monde connaît, tous dénoncent cette pratique, tous n’en veulent plus.

Et pourtant  comme dirait  le grand Charles Aznavour, le TPA  est toujours là  et il continuera d’être là, de faire les beaux jours  et les caisses pleines de certaines cliniques privées.

Bien des malades sont dans un premier temps vus en consultation au niveau de tel ou tel hôpital. Normalement leur prise en charge devrait suivre le cheminement normal afin qu’ils puissent bénéficier d’une prise en charge.
Il se trouve que certains rendez-vous sont lointains.

Le patient, sa famille  ne peuvent supporter ces attentes qui sont synonymes de douleurs, d’aggravation de l’état de santé avec au bout l’irréparable qui peut arriver.
A ce moment comme par magie, il se trouvera toujours quelqu’un qui vous viendra en aide, pour vous conseiller d’aller voir le grand magicien, je veux dire le grand  médecin à telle clinique où vous serez  reçu le jour même.

Quand le malade se présente à ladite clinique, on le soumet sans crier gare à une panoplie d’analyses, de radiographies, d’échographies, de scanners et autres, payés rubis sur l’ongle avant de le «conditionner» à une intervention chirurgicale qu’on dit vitale pour son rétablissement.

Confiant, le malade s’y soumet, paye encore ce qu’il faut, croyant que l’opération qu’il va subir le soulagera définitivement et allongera ses jours. Il passera au maximum 2 à 3 jours dans la clinique avant que le médecin ne passe pour ordonner sa sortie et lui faire suivre un traitement post-opératoire externe sans se soucier le moins du monde des complications qui peuvent survenir. Alors que, normalement, le patient opéré doit être complètement pris en charge et suivi de près à la clinique puisqu’il en a payé le prix fort.
Non-assistance à personne en danger

Etre pris en charge au niveau d’une clinique privée, n’est pas donné à tout le monde. Ici, il faut montrer patte blanche pour prétendre y accéder. On est loin de l’hôpital public qui est ouvert à tous, de jour comme de nuit.  Au niveau de la clinique privée, on prend d’abord soins de s’assurer que vous avez de quoi payer avant  de décider  de l’attitude thérapeutique Preuve en est ces obligations dont doit s’acquitter par avance le patient. C’est le chèque certifié à l’entrée ou bien le paiement en monnaie sonnante et trébuchante. Dans le cas contraire, le personnel de la clinique ne se gênera pas de remettre dans l’ambulance qui l’a amené ou à sa famille quelque soit l’urgence de son cas de santé.

Où est donc le serment d’Hippocrate ?

Où sont passées toutes les nobles intentions ? Où sont les missions que doit remplir un médecin ?

Dans ce cas d’espèce, bien des établissements devraient être fermés dans le cadre de la loi et devant la justice pour non-assistance à personne en danger.
Cela me renvoi à la fameuse affaire, très médiatisée, de ce juge pris d’un malaise cardiaque et qui a rendu l’âme au niveau de la ligue de cardiologie à Rabat , faute d’avoir pu accéder aux soins, n’ayant pas de chèque de garantie à donner.
Pour terminer  j’ajouterai tout simplement que les tarifs pratiqués actuellement au niveau des différentes cliniques privées sont fantaisistes.  Chaque  clinique  vous facturera  par exemple une cholécystectomie (ablation de la  vésicule) ou une appendicectomie ou autres un prix qui diffère totalement des autres cliniques.

Dans cette histoire de différences des prix, les arguments avancés par les uns et par les autres  sont souvent inacceptables  et n’ont rien à voir avec la noble pratique médicale. Seul compte  le pognon, plus vous en donnerez, plus on vous respectera  et plus vous aurez droit à  des égards  quant au serment d’Hippocrate, il pourra toujours attendre.

COPIE DR IDRISSI MY AHMED AVEC  MES COMPLIMENTS A L’AUTEUR

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

1 Comment

  1. mohammed taourirt
    01/04/2011 at 12:08

    mes compliments ausi au docteur my ahmed ,qui a eu le courage d’aborder un sujet qui concerne son metier et d avoir une dimension d’ auto critique que la plupart d autres medecins n ont pas.
    la médecine est l’ame du peuple et les pratiquants de cette discipline noble et qui a vu le jour dés l aube de l’humanité doivent etre un exemple .
    un malade a le plus besoin d’affection que de soins.il met sa vie entre les mains du médecin.malheureusement la plupart des médecins le considérent comme une source de gain sans se préocuper de ses problémes finaciers et sociaux.
    l’insuffisance de l infrastructure des hopitaux et la favorisation d ‘un systéme corrompu en plus de l’inaptitude professionnelle convergent vers une et une seule conséquence majeure :le déclin du secteur sanitaire dans le pays.
    mais il existe des medecins a la hauteur que nous saluons tels que dr zine el abidine bensaid qui est une personne connue pour son devoument et sa seriosité.
    nous sommes fiers des medecins « humains » dans leur paratique et qui ont compris le serment d’hippocrate ;mais ceux qui n ont qu un but materialiste doivent avoir honte d ‘eux meme et doivent penser a dieu et avoir pitié des pauvres gens qui parfois sont accablé a la fois de misére et de maladie et qui sont délaissés a leurs souffrances pour la simple cause « la pauvereté ».

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.