Home»Correspondants»Journée mondiale du sida 2015 : « Mettre fin à l’épidémie de sida dans le cadre des objectifs de développement durable »

Journée mondiale du sida 2015 : « Mettre fin à l’épidémie de sida dans le cadre des objectifs de développement durable »

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Royaume du Maroc
Journée mondiale du sida 2015 :
« Mettre fin à l’épidémie de sida dans le cadre des objectifs de développement durable »
Note sur les réalisations et perspectives du Plan Stratégique National de lutte contre le sida

1.    SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE DU VIH/SIDA AU MAROC

·    Faible séroprévalence du VIH dans la population générale (0,14%).

·    L’épidémie reste concentrée au sein des populations clés plus exposées aux risques d’infection VIH (professionnelles du sexe, hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, usagers de drogues injectables) avec une prévalence supérieure à 5% dans certaines villes.

·    Le nombre de personnes vivant avec le VIH est estimé à 29.000 en fin 2014. Parmi elles 19.000 (65%) ne connaîtraient pas leur statut sérologique.

·    Le nombre total cumulatif de cas de VIH/sida notifiés s’élevait à 10.526 en juin 2015. Trois Régions concentrent 50% des cas notifiés du VIH (Sous Massa Draa, Marrakech Tensift Al Haouz, Grand Casablanca)

·    Parmi les cas notifiés au cours de la période 2009-2014,
o    le mode de transmission hétérosexuel représente 85,1% , le mode homosexuel 3%, le mode périnatal 3,6% et   l’usage de drogue injectables 1,9%
o    la proportion des 15 à 24 ans est de 8% et celle des 25 et 44 ans de 65%.

2.    PROGRES DE LA RIPOSTE NATIONALE AU SIDA

Le nombre des nouvelles infections VIH est en diminution depuis l’année 2012, il est estimé à 2000 en fin 2014 soit 5 nouvelles infection VH par jour. Ce nombre avait été  estimé à 3600 en 2011.  Pour la région MENA le nombre de nouvelle infections VIH a augmenté de 26% depuis l’année 2000.

La diminution de l’incidence du VIH est en lien avec l’extension significative des programmes de prévention, de dépistage et d’accès des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) aux soins, au traitement ARV et à l’appui social.

►    Le nombre de PVVIH sous Traitement ARV (TARV) a plus que doublé passant de 4047 en 2011 à 8326 en juin 2015. Le pourcentage de couverture des PVVIH par le TARV est passé de: 14,5% en 2011 à 26,1% en 2014.  Ce pourcentage est de 14% pour la région MENA.
1526 décès ont été évités entre 2012 et 2014 grâce au traitement ARV

Le diagnostic, le traitement ARV et le suivi biologique sont assurés gratuitement à toutes les PVVIH. Grâce aux efforts de réduction des prix des médicaments ARV, le coût mensuel du traitement de première ligne est de 80 Dh actuellement contre 250 Dh en 2011 et 2000 Dh en 2003.

L’approche « Tester- Traiter » recommandée par l’OMS a été adoptée au Maroc en mai 2015, pour traiter toute PVVIH diagnostiquée, indépendamment de son statut immunologique. Le Maroc fait partie des premiers pays qui ont adopté cette approche au niveau mondial.

Le pourcentage de couverture de femmes enceintes séropositives par le traitement antirétroviral (TARV) pour prévenir la Transmission du VIH de la Mère à l’Enfant est passé de 33% en 2011 à 51,6% en 2014. 212 infections VIH chez les nouveaux nés ont été évitées entre 2012 et 2014.

L’offre de dépistage a été élargie à 834 Centres de Santé et le nombre de personnes testées pour le VIH a été multiplié par 10 entre 2011 et 2014 pour atteindre 628.959, dont 135.650 femmes enceintes et 15265 tuberculeux.
Les PVVIH sont dépistées à un stade précoce (VIH), la proportion  de personnes dépistées à un stade asymptomatique a augmenté de 33% en 2010 à 60% en 2014.
Une initiative de dépistage communautaire a été lancée avec la société civile
►    Extension des programmes de prévention parmi elles les populations les plus exposées aux risques d’infection ou vulnérables pour atteindre, 172259 personnes en 2014 contre 122 231 en 2011 soit une augmentation de 40%.
Le programme de réduction des risques pour les usagers de drogues injectables mis en œuvre à Tanger Tétouan et Nador couvre 2398 personnes dont 860 bénéficiaires du traitement de substitution à la Méthadone.
►    Le Programme national de lutte contre le sida a été le premier programme à intégrer une approche basée sur les droits de l’homme et le genre pour lutter contre la stigmatisation et la discrimination et réduire les obstacles à l’accès aux services.

►    Le Programme national de lutte contre le sida est un modèle en matière de collaboration multisectorielle et de partenariat avec la société civile qui mobilise 10 ONG nationales et près de 200 ONG locales.

►    La deuxième étude sur l’évaluation des ressources et dépenses en matière de lutte contre le sida a été mis en évidence l’augmentation régulière des financements qui sont passés de 144 millions de dirham en 2011 à 217 millions de dirhams en 2014. 45% des financements sont assurés dans le cadre du budget de l’Etat.

3.    LES DEFIS
·    L’extension de l’offre de dépistage dans les structures de soins et communautaires pour réduire le pourcentage de 60% des PVVIH ignorant leur statut sérologique (65%);
·    L’extension de la couverture des populations clés et vulnérables en matière de prévention (comprenant le dépistage) particulièrement dans les régions les plus touchées par le VIH;
·    La stigmatisation et la discrimination, y compris dans les services de santé, contribue à réduire l’accès aux soins, notamment des populations clés et vulnérables ;
·    La généralisation des services de prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant (PTME) et l’intégration du dépistage VIH des femmes enceintes dans toutes les structures de soins ;
·    L’extension de la couverture des PVVIH par le traitement ARV (estimée à 25% en 2014) et de la décentralisation des services de prise en charge ;
·    Le besoin d’étendre la prise en charge psychosociale et la couverture sociale  des PVVIH ;
·    L’insuffisance de ressources humaines pour les prestations en lien avec le VIH
·    Les coûts très élevés des médicaments de troisième ligne.

4.    PERSPECTIVES POST 2015

►    Elaboration d’un nouveau plan stratégique national 2017-2021 pour accélérer la riposte au sida

En cohérence avec
·    La Stratégie de l’ONUSIDA 2016- 2021 : Accélérer la riposte mondiale au VIH/sida en 2020 et mettre fin à l’épidémie en 2030.
·    L’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD)

►    Interventions phares

·    La création de nouveaux services de prise en charge dans les différentes provinces, l’amélioration de la qualité des prestations et du système de logistique des médicaments;
·    La mise en œuvre d’une stratégie de dépistage avec extension, ciblage et diversification de l’offre de tests y compris le dépistage communautaire ;
·    L’intégration du dépistage des femmes enceintes dans le cadre du paquet de services de la consultation prénatale pour éliminer la transmission du VIH de la Mère à l’Enfant ;
·    Le renforcement des programmes de prévention auprès des populations les plus exposées aux risques d’infection ou vulnérables dans les sites de concentration et de forte prévalence ;
·    La mise en place de stratégies spécifiques de prévention et d’accès aux services ciblant les adolescents et les jeunes les plus vulnérables ;
·    La mise en œuvre de la stratégie droits humains et VIH, le respect de genre, pour réduire la stigmatisation avec l’implication du CNDH;
·    Le renforcement du partenariat avec la société civile et le système communautaire.
·    La mise en œuvre une approche villes pour mobiliser les Mairies et conseils régionaux en lien avec le processus de la régionalisation.
·    L’augmentation et diversification des ressources nationales pour assurer la pérennité des programmes notamment pour le traitement ARV.

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.