Home»National»Living Planet Morocco lance : Le projet « Revive Dayet Aoua »,

Living Planet Morocco lance : Le projet « Revive Dayet Aoua »,

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Living Planet Morocco lance :
Le projet « Revive Dayet Aoua », pour une Gestion Intégrée et Concertée des lacs du Moyen Atlas

Le Centre des conférences de l’Université Al Akhawayn d’Ifrane a abrité du 25 au 27 mai 2021 derniers, un atelier de formation intitulé : « Restauration des zones humides : concepts, principes fondamentaux et cas d’étude » organisé par l’ONG Living Planet Morocco.
Initié dans le cadre du Projet « Renforcement de la mise en œuvre du Fonds de l’eau du Sebou pour une gestion intégrée et concertée des lacs du Moyen Atlas (Revive Dayet Aoua) », cet atelier financé par la Fondation MAVA, le Programme de Microfinancements du Fonds pour l’Environnement Mondial du PNUD (PMF FEM/PNUD) et le WWF a été suivi par l’organisation d’une séance de travail sur le terrain au niveau du lac Dayet Aoua.
Ont participé aux travaux de cet atelier : Les membres du Comité Local de Gestion du Lac Dayet Aoua (COLOG) composé des représentants de la Province d’Ifrane, de l’Agence du Bassin Hydraulique du Sebou, de la Direction Régionale des Eaux et Forêts et de la Lutte Contre la Désertification du Moyen Atlas, du Parc National d’Ifrane, de la Délégation Provinciale du Tourisme à Ifrane, de la collectivité Territoriale de Dayet Aoua, de la Communauté Locale et de la Société Civile.
Le plus grand absent des travaux de cet important et instructif atelier scientifique parmi des partenaires malheureusement n’est autre que le représentant de la Direction Provinciale du Ministère de l’Agriculture d’Ifrane concernée par ce projet de « Restauration des zones humides : concepts, principes fondamentaux et cas d’étude » au vu des grands projets agricoles consommateurs d’eau tel que le pommier, les carottes et les oignons qu’elle encourage dans ces zones de montagne et ces régions des zones humides du Moyens Atlas menacée de disparition à cause de la consommation non soutenable appliquée dans l’agriculture qui impose la nécessité d’agir en urgence pour assurer la sécurité hydrique du Maroc en général et de la Région du Moyen Atlas qui en souffrent en particulier.
L’objectif de ce projet selon ses initiateurs c’est d’œuvrer pour une gestion durable, intégrée et concertée des zones humides du Moyen Atlas, afin de restaurer et valoriser les services écosystémiques et les valeurs écologiques, scientifiques, culturelles et socio-économiques des lacs en commençant par celui de Dayet Aoua et ce, suivant les quatre objectifs stratégiques à savoir : L’établissement et la mise en œuvre d’un plan de restauration et de valorisation du lac Dayet Aoua, la mise en place et le renforcement des capacités du COLOG pour une gestion intégrée et concertée des zones humides et de la biodiversité patrimoniale du Moyen Atlas, l’implication de la Communauté Locale dans la conservation et la valorisation des zones humides et de la biodiversité et l’amélioration du bien-être économique des groupes communautaires locaux et enfin, l’élaboration d’un programme de restauration et de réhabilitation des autres zones humides de la zone (Dayet Hachlaf, Dayet Ifrah entre autres)
A noter au passage que ce projet vient soutenir les activités du Fonds de l’eau du Sebou coordonné par le WWF au Maroc en tant que 1èr fonds en son genre dans la région MENA et un mécanisme de financement durable, basé sur le paiement pour les services écosystémiques, qui permet la conservation des ressources hydriques, la restauration de la biodiversité et la préservation des activités socio-économiques et culturelles qui en dépendent.
Les lacs prioritaires du Moyen Atlas, dont les ressources en eau sont fortement menacées, ont été identifiés pour la mise en place de la phase pilote du Fonds de l’eau du Sebou sont Dayet Aoua, Dayet Hachlaf, Dayet Ifrah, Aguelmam Afennourir, Aguelmam Tifounassine et Aguelmam Sidi Ali. A moyen et long terme ce Fonds sera déployé au niveau de tout le bassin du Sebou.
Au terme de cet atelier l’équipe du WWF et quelques représentants de ses partenaires ont consacré la journée du Vendredi 28 mai à une sortie de terrain pour s’enquérir de l’avancement des micro-projets initiés et financiers par le WWF et ses partenaire dans le cadre du Fonds de l’eau du Sebou à savoir : le Projet de promotion de l’agriculture durable à El Hajjaj pas trop loin de Dayet Hachlaf dans la commune de Dayt Aoua et qui a pour Objectif de Démontrer comment la gestion conservatoire des eaux et des sols, l’agriculture durable et la protection et la restauration des écosystèmes/ressources naturelles contribuent à sécuriser l’approvisionnement en eau, le projet de Stockage et utilisation différée de l’eau de source au niveau des Lacs N’Tifounasine dont est de démontrer comment la gestion conservatoire des eaux et des sols, l’agriculture durable et la protection et la restauration des écosystèmes/ressources naturelles contribuent à sécuriser l’approvisionnement en eau, le projet de collecte et stockage des eaux de ruissellement à Ait Mhamed (Oued Guigou) dans la région de Timahdite qui a pour objectif de démontrer comment la gestion conservatoire des eaux et des sols, l’agriculture durable et la protection et la restauration des écosystèmes/ressources naturelles contribuent à sécuriser l’approvisionnement en eau et le projet de collecte et de stockage des eaux pluviales à Ait Mouli dans la zone du Lac Afenourir et qui a pour objectif de démontrer comment la gestion conservatoire des eaux et des sols, l’agriculture durable et la protection et la restauration des écosystèmes/ressources naturelles contribuent à sécuriser l’approvisionnement en eau. Tous ces projets sont réalisés par des Associations locales dynamiques au niveau du Parc national d’Ifrane.
Mohammed Drihem

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.