Home»National»RABAT : CAPTURE ACCIDENTELLES D’ESPECE VULNERABLE AU MAROC

RABAT : CAPTURE ACCIDENTELLES D’ESPECE VULNERABLE AU MAROC

0
Shares
PinterestGoogle+
 

RABAT : CAPTURE ACCIDENTELLES D’ESPECE
VULNERABLE AU MAROC :
OBJET D’UN ATELIER NATIONAL DE GREPO
Mohammed DRIHEM
Jeudi 17 décembre ; le Groupe de Recherche pour la Protection des Oiseaux au Maroc (GREPOM/BirdLife Maroc) organise un Atelier national d’information et de sensibilisation sur les captures accidentelles d’espèces vulnérables au Maroc et ce, en collaboration avec l’Institut National de Recherche Halieutique et le Département de la Pêche Maritime du Ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts.
Cet Atelier s’inscrit dans le cadre du projet bycatch « Comprendre les captures accidentelles d’espèce vulnérables relevant de multiples taxa en Méditerranée et expérimentation des méthodes d’atténuation » qui a démarré officiellement au Maroc en 2018 en se basant sur une approche collaborative entre de multiples partenaires, à l’échelle nationale et internationale, notamment Méditerranéenne.
Selon ses organisateurs, cet atelier est une occasion pour mettre la lumière sur la problématique des captures accidentelles et de présenter les principales actions achevées dans le cadre de la première phase de ce projet, notamment le bilan du programme d’observation, mis en œuvre depuis 2019 et les activités de communication et de sensibilisation auprès des pécheurs.
Trois sessions de travail ont été au programme de cet atelier scientifique dont la première a traité notamment de la problématique des captures accidentelles d’espèces vulnérables a travers une présentation consacrée par GREPOM/ BirdLife-Maroc aux captures accidentelles d’espèces vulnérables, une présentation de l’Etat des connaissances au Maroc faite par l’INRH et une communication sur le contexte règlementaire au niveau régional et au Maroc donnée par le DPM.
La seconde session a été réservé à la présentation du projet Med-Bycatch au Maroc à travers deux présentations consacrées respectivement au programme de suivi des captures accidentelles d’espèces vulnérables mis en œuvre en 2019-2020 et aux résultats de la première année de suivi faites par l’INRH et un exposé sur la composante communication/sensibilisation donné par GREPOM.
Dans une déclaration au journal, Hamouni Rhimou présidente de GREPOM/BirdLife Maroc a tenu de préciser que cet évènement (organisé en ligne) s’inscrit dans le cadre du projet méditerranéen appelé med-bycatch financé par la fondation MAVA et exécuté par huit organisations internationales au niveau de trois pays : le Maroc, la Türkiye et la Tunisie. Il s’agit d’après elle, d’un projet pour comprendre et évaluer ces prises accidentelles des espèces non ciblées par la pêche commerciale comme les requins, les dauphins, les tortues et bien sur les oiseaux marins (La vidéo).
A rappeler que le projet « Comprendre les captures accidentelles d’espèces vulnérables en Méditerranée et tester des stratégies d’atténuation – une approche fondée sur la collaboration » est le fruit d’un partenariat entre l’Accord sur la conservation des cétacés de la mer Noire, de la Méditerranée et de la zone Atlantique adjacente (ACCOBAMS), la Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM) de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Centre d’activités régionales pour les aires spécialement protégées (CAR/ASP) du Programme des Nations Unies pour l’Environnement / Plan d’Action pour la Méditerranée (ONU Environnement/MAP), le Centre de coopération pour la Méditerranée de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN-Med), BirdLife International (BLI) et l’Association méditerranéenne de sauvegarde des tortues de mer (MEDASSET).
Financé par la Fondation MAVA et s’appuyant sur les complémentarités des mandats respectifs des partenaires du projet, le projet vise à combler les lacunes existantes en matière de connaissances relatives aux captures accidentelles des espèces vulnérables lors d’opérations de pêche en Méditerranée, à soutenir les essais potentiels de mesures de réduction de ces captures et fournir des éléments pour la formulation de stratégies nationales/régionales visant à réduire les captures accidentelles et à soutenir la durabilité des pêcheries.
Suivant une méthodologie harmonisée à l’échelle régionale, la mise en œuvre du projet implique des programmes d’observation sur le terrain (à bord des navires de pêche, sur les sites de débarquement et par auto-échantillonnage), ainsi que des activités de formation, de sensibilisation, d’identification et de test de mesures de réduction de ces captures accidentelles.
Le projet est mis en œuvre dans trois pays de la Méditerranée : au Maroc, en Tunisie et en Turquie. Au Maroc, le projet est mis en œuvre par deux partenaires nationaux : l’Institut National de Recherche Halieutique (INRH) et le Groupe de Recherche pour la Protection des Oiseaux du Maroc – BirdLife Maroc (GREPOM).
L’INRH est en charge de la coordination du programme de suivi des captures accidentelles qui vise à évaluer les taux de captures accidentelles d’espèces vulnérables dans trois pêcheries de la Méditerranée marocaine (senne tournante, chaluts et palangriers). Le GREPOM est en charge de la coordination de la composante de communication/sensibilisation qui a pour objectif de favoriser la réflexion et susciter une prise de conscience sur les impacts des pêcheries sur les espèces vulnérables.
Le programme de suivi des captures accidentelles a démarré en avril 2019 et les résultats de la première année de suivi sont maintenant disponibles.

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.