Home»National»A la mémoire de feu Ssi Mohammed BELLAKHDAR : Tu te rappelles mon frère

A la mémoire de feu Ssi Mohammed BELLAKHDAR : Tu te rappelles mon frère

3
Shares
PinterestGoogle+
 

رثاء مؤثر على شكل رسالة وجهها اخ لاخيه المتوفى الاسبوع الماضي كلها حنين ولوعة وحزن عميق مع وصف دقيق لماض جميل بمدينة وجدة وتاريخها العتيد
انه رثاء السيد لخضر بلخضر اثر وفاة اخيه صديق العائلة منذ عقود المرحوم سي محمد لخضر المدير السابق لبنك المغرب
رحمه الله واسكنه فسيح جنانه ورزق اهله وذويه الصبر والسلوان

=====
A la mémoire de feu Ssi Mohammed que Dieu l’ait en sa sainte miséricorde, je te dédie ce texte à titre posthume que j’ai intitulé :
Tu te rappelles mon frère
Cher frère. Le cœur gros, les larmes aux yeux et le visage figé, je te parle dans l’au-delà surtout que tu es dans un monde certainement meilleur que le nôtre ; là où il n’ya ni corona, ni travail, ni maladie, ni analyses, ni nécessité, ni stress, ni intervention ou piston, ni rien de ce que chacun faisait durant sa vie. Comme d’habitude, chacun rafraichissait les idées de l’autre et chacun campe sur ses principes et pourtant nous étions presque, toujours, compatibles et unis malgré quelques désaccords. Aujourd’hui, je me permets de t’envoyer quelques-unes de mes pensées qui te feront, certes, un grand plaisir dans ton immense monde de plaisirs indescriptibles et interminables.
Tu te rappelles cher frère l’époque où notre feu père nous accompagnait à dos d’âne pour nous inscrire au village d’Ain Sfa dans une école franco-musulmane en 1948 sur un trajet de 3km environ.
Tu ne peux pas oublier, non plus, que nous empruntions ce chemin serpenté et accidenté chaque jour sauf le dimanche quelle que soit la météo et que nous rentrions au coucher du soleil, fatigués, et les yeux mis clos. Que notre défunt père nous pardonne cette lourde corvée !
Tu te rappelles bien sûr que notre seul plat de la journée fut un sandwich composé de pain fourré de dattes ; sachant que ces dernières riches en protéines, nous laissait éveillés toute la journée, d’ailleurs cela a duré presque 5 ans.
Tu te rappelles sûrement que nos semelles n’ont pas pu tenir longtemps tellement le chemin était escarpé de semé d’embuches et que nos frêles orteils étaient incessamment écorchés ou suintants.
Tu te rappelles aussi que la mort de notre père, un peu subite et précipitée, a laissé un grand vide douloureux et amer dans notre mémoire d’enfants. Tellement, nous étions très attachés à lui parce qu’il était bon, généreux, protecteur et soucieux de notre avenir et aussi parce qu’il était fidèle à son foyer et très croyant. Notre feue mère a pris la relève avec servitude et bravoure. Tu te rappelles que nous gardions les moutons, faisions les petites tâches ménagères alors que notre mère préparait le repas ou lavait le linge.
Tu te rappelles que nous avons vraiment souffert le martyre pendant des années dans la solitude et même parfois dans la nécessité heureusement que les efforts de nos parents ne furent pas vains parce que nous avons obtenu notre C.E.P en 1956, l’année où nous sommes rentrés à Oujda ; ce qui a totalement bouleversé notre vie d’adolescents. C’était le petit Paris. Oujda était une ville cosmopolite. Ses boulevards étaient remplis de couples très civilisés : Français, Espagnols, Italiens, Algériens, toutes confessions confondues et c’est grâce à eux qu’on a appris les bonnes habitudes, le bon enseignement, les valeurs civiques et citoyennes, l’élégance dans un monde où régnaient la propreté, l’hygiène, l’amour de l’autre, la tolérance et surtout la sécurité ; c’était vraiment le bon vieux temps !!!
Tu te rappelles cher frère que nous poursuivions nos études au lycée Abdelmoumen où il y avait les fils de notables et aussi de pauvres qui sont devenus de grands cadres marocains ; ministres et même
chef d’Etat comme Abdelaziz Bouteflika. Ce lycée regorgeait de potentialités et de célébrités à tous les niveaux : scientifique, littéraire, culturel, artistique…
Tu te rappelles cher frère que notre bon niveau et notre dévouement à nos études nous ont permis de décrocher un bon job. Toi dans la prestigieuse Banque du Maroc, 1ère banque Marocaine et moi, suivant ton exemple recruté dans la Banque Populaire ; toutes les deux dirigées par des Français. Mais, quelques années plus tard et grâce à notre compétence, notre savoir-faire, notre relationnel humain et matériel avec les différentes couches sociales, nous avons gagné la sympathie et l’humilité de tous et réussi, en peu de temps, à escalader les marches du podium financier et atteint le sommet de la pyramide Bancaire.
Tu te rappelles beaucoup l’année 1967 où tu as décidé de fonder une famille et t’y consacrer ; d’ailleurs tu as sué eau et sang pour voir grandir tes enfants et leur assurer un bel avenir. Illico, Dieu a temporisé pour te voir récolter les bons fruits de ton labeur et les déguster avec eux et même avec tes petits fils et comme dit le vieil adage : « celui qui enfante, ne meurt jamais ».
Tu te rappelles, aussi, que tu n’as jamais cessé de fréquenter le café Colombo depuis ta jeunesse jusqu’à ton départ, où tu côtoyais tous les notables de la ville qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs et dont les patrons, les serveurs et même les murs résonnent en te voyant rentrer d’une démarche élégante et d’une assurance confirmée.
Sache cher frère, que tu étais l’homme sur qui on peut compter. Tu étais lucide, perspicace, respectable et respecté, généreux et consciencieux, courtois et pour te dire comblé d’empathie, de pardon, de franc-parler, d’humour et de joie de vivre, de solidarité dans les épreuves les plus difficiles.
Sache aussi que je ne t’oublierai jamais, et comment vais-je le faire maintenant que je suis seul et livré à mes pensées nostalgiques. Comment oublier quelqu’un avec qui j’ai partagé les joies et les peines, le succulent et l’amer, le jour et la nuit, l’arôme du café du Colombo et que seule la prière d’Adohr nous interrompait. D’ailleurs, je me demande maintenant pourquoi tu insistais sur la ponctualité de tes prières peut être tu voulais rejoindre tes parents et je me rappelle toujours tes paroles : « Ecoute Lakhdar, j’ai marre de cette vie ingrate et insipide où j’ai fait beaucoup de sacrifices en payant de ma santé sans attendre aucune récompense sauf la bénédiction du bon Dieu ».
Si j’ai à écrire j’écrirais des livres et même des encyclopédies pour relater tes qualités, la belle vie que tu as confortablement vécue même si la maladie t’as privé de quelques délices. Je n’oublierai j’aimais, que parfois aussi, nous n’étions pas sur la même longueur d’ondes concernant le score de quelques matchs opposant le Real au Barça et que je ne cessais de te dire que tu es Royaliste plus que Franco et que je suis Barciste plus les Catalans.
Maintenant, je cesse mes pensées d’antan et d’aujourd’hui pour t’annoncer une bonne nouvelle, c’est que tout le monde te passe le Grand bonjour terrestre depuis Oujda jusqu’à l’outre-tombe. Sache que nos esprits et nos cœurs ne cesseront de t’évoquer tellement tu étais unique en ton genre, fidèle à toi-même et aux autres. Maintenant que tu m’as laissé seul au milieu d’une tempête, amputé d’une partie de mon cœur et de ma chair, je ne puis que te souhaiter une éternelle vie parmi tes parents et tes chers proches, en te promettant de prier pour toi tant que je serai en vie.
Cher frère, repose en paix et nous espérons poursuivre le chemin que tu as emprunté seul et assaini seul et sache surtout que nous nous reverrons un jour dans ce monde céleste que chacun aspire à le visiter.
Oujda le 29-10-2020
Ton cher frère qui ne t’oubliera jamais Lakhdar BELLAKHDAR

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.