Home»International»Les ânes pensent-ils comme les hommes ?

Les ânes pensent-ils comme les hommes ?

0
Shares
PinterestGoogle+
 

tayeb zaid
Un penseur est-il un homme qui, tout court, pense ? Un homme qui pense plus ? Un homme qui pense de manière différente que les autres ?

Je laisse pour un moment l’univers des êtres humains dont on dit que parmi eux il y a de grands penseurs à l’image de cet autre devenu objet de culte pour beaucoup. Ils l’appellent tantôt professeur, tantôt philosophe, tantôt penseur, tantôt illuminé, tantôt conférencier, et j’en passe. Le plus souvent, ces désignations sont précédées par le qualificatif ‘’grand’’. Je laisserai donc pour un moment l’univers du grand professeur-philosophe-penseur-illuminé-conférencier et ses adeptes, pour aller faire un petit tour du côté des animaux. Les animaux, même bêtes, ils nous offrent quelques enseignements qui peuvent éclairer mieux que ceux de certains hommes comme celui-là et ses disciples. Toutes les fois qu’il y a controverse à propos d’un soi-disant illuminé en matière de ‘’philosophie’’ peinturlurée d’un peu d’amazighité ou de ‘’spectacle’’ souillé de propos vulgaires, l’un des fervents défenseurs de ces penseurs inonde son mur de leurs vidéos et de leurs prises de parole.

Le spectacle, puisqu’il s’agit de spectacle, d’animaux dont je vous ai promis de vous parler ci-haut, montre quatre baudets enfermés dans un enclos dont la porte est obstruée par deux ou trois rondins déposés horizontalement et parallèlement sur deux piquets et distants l’un de l’autre d’un demi-mètre chacun. Comme il n’y avait rien qui puisse retenir les baudets dans l’enclos dans lequel ils étaient enfermés, ils s’étaient mis à essayer d’en sortir. L’un des baudets baissait la tête pour passer entre les rondins, l’autre relevait la tête et les pattes antérieures pour essayer de passer par-dessus, le troisième restait à l’écart du groupe. Le quatrième baudet, après plusieurs tentatives vouées à l’échec, réussit enfin à soulever le rondin en s’aidant de ses dents et à le faire tomber de côté. Il sortit de l’enclos le premier, suivi des trois autres.

Le quatrième âne pense-t-il mieux que les trois autres ? Le troisième âne est-il le plus débile des quatre baudets ? Les premier et deuxième ânes sont moins pensants que le quatrième et par conséquent plus pensants que le troisième ? Y aurait-il une hiérarchie dans la pensée ? Si oui, le quatrième baudet pense mieux que les trois autres ; les premier et deuxième mieux que le troisième et moins bien que le quatrième ; quant au troisième, il est le plus béta de tous.

Il se pourrait que les quatre ânes pensent de la même manière mais qu’ils réagissent à la même situation à des degrés différents. On peut interpréter l’absence d’effort du troisième âne pour tenter de sortir de l’enclos comme une indifférence ou un manque de volonté et en déduire que le quatrième est plus entreprenant que les autres, ou bien, qu’à force d’essayer, il est tombé sur le moyen de sortir de l’enclos. Le tâtonnement finit souvent par payer.

Le propriétaire des baudets remettrait sûrement les rondins à leur place et les baudets dans l’enclos. Les quatre ânes réagiront-ils de la même manière que la première fois ? Le quatrième âne soulèvera-t-il comme la veille le rondin pour sortir lui et ses camarades de l’enclos ? Le troisième âne, quant-lui, aura-t-il tiré une leçon de la façon de faire du quatrième âne ? Peut-on dans ce cas traiter le quatrième âne de héros, ou de leader ? Rien n’est sûr.

Ce qui est sûr, c’est que certains de nos hommes prennent d’autres hommes pour des héros, des leaders, des penseurs et ils veulent par la suite nous faire admettre qu’ils sont tels. Pour l’homme, l’idée d’enlever le rondin pour pouvoir sortir de l’enclos, n’est rien d’autre qu’un petit geste stupide. Pour l’âne, c’est un exploit aux yeux des ânes comme lui, non aux yeux des hommes.

Zaid Tayeb

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.