Home»National»ENVIRONNEMENT : LE CONSEIL URBAIN D’IFRANE MET EN APPLICATION L’ARRETE MUNICIPAL DU « POLLUEUR PAYEUR ».

ENVIRONNEMENT : LE CONSEIL URBAIN D’IFRANE MET EN APPLICATION L’ARRETE MUNICIPAL DU « POLLUEUR PAYEUR ».

4
Shares
PinterestGoogle+
 

VIDEO
Mohammed Drihem
Tout récemment ;le Conseil de la collectivité locale d’Ifrane a approuvé; un arrêté municipale imposant une taxe d’un montant de 100 Dhs en guise de répression des infractions aux règlements municipaux d’hygiène et de protection des jardins publics, espaces verts et des plantations sur le domaine public et ce, conformément aux prérogatives conférées aux présidents des collectivités territoriales en matière de police administrative et en application de l’article 100 de la loi organique 113-14 relative aux collectivités et du Dahir n° 1- 58- 401 du 24 décembre 1958 relatif à l’avertissement taxé pour la répression de certaines infractions aux règlements municipaux d’hygiène et de protection des plantations tel qu’il a été modifié par la loi n° 14- 88, promulguée par le dahir n° 1- 90-91 du 9 novembre 1992.
Dorénavant donc selon Hicham Afifi Président du conseil de la collectivité territoriale d’Ifrane (VIDEO Ci-joint); tout acte d’incivisme, de pollution et de non-respect de la nature et de l’environnement de la capitale écologique Ifrane est passible d’une amende de 100 Dhs. Les actes concernés par cet arrêté municipal sont comme ci-après résumés
Les Coupes de branches d’arbres
La cueillette des fleurs et le piétinement ou le pique-nique sur les pelouses gazonnées
Le Dépôt de déchets et d’ordure hors des poubelles appropriées
Les feux de camps et barbecue sauvage en forêt et dans les sites touristiques
La natation dans les fontaines, lacs et rivière interdits
La pollution des fontaines et des différents cours et plans d’eau et tout autre acte portant atteinte à l’environnement et à la santé de la population.
Selon la loi en vigueur, le paiement du montant de l’avertissement s’effectuera soit séance tenante à des agents verbalisateurs assermentés qui seront mobilisés à cette fin et ce, contre remise d’un récépissé valorisé, pour le compte du régisseur municipal, soit à la caisse du percepteur désigné.
Un Procès-verbal sera dressé à l’encontre du délinquant s’il ne s’est pas acquitte du montant de l’avertissement séance tenante à l’agent verbalisateur assermenté ou, à défaut, dans un délai de deux jours francs au percepteur désigné, non compris le dimanche et les jours fériés.
Ceci étant, il y’a lieu de souligner que les espaces verts existants dans la ville d’Ifrane sont principalement des parcs, des jardins et des zones linéaires le long des principaux Boulevards de la cité notamment les Boulevards « la Rocade » et « Mohammed VI ». Presque tous ces espaces verts sont alimentés et équipés en infrastructures d’arrosage.
Ces espaces verts identifiés au niveau de la ville d’Ifrane sont répartis en trois parcs d’une superficie globale de 17,2 ha, dix jardins sur une superficie totale de 14,8 ha, quatre espaces verts linéaires le long des Boulevards sur une superficie globale de 35,7 ha et la prairie du centre-ville avec ces 12 ha ; soit un total de 79,7 ha d’espaces verts représentant environ 54,36 m²/ha sans compter les 300 ha du Parc Naturel avoisinant la ville.
Les espèces utilisées au niveau de ces espaces verts d’Ifrane sont présentées par le gazon qui est un mélange des espèces locales résistant au climat particulier de la ville et une grande variété d’arbres et d’arbustes tels le cipres bleu, le cipres, chamaecyparis, thuya, pin d’Alep, pin maritime, if, arbre de Judée, févier d’Amérique, faux acacias, sophora, frêne commun, tilleul, chêne vert, cèdre de l’Atlas, catalpa, peuplier blanc, peuplier noir, saule doré , saule pleureur, érable, negundo, érable sycomore et le platane comme arbres ; petit houx comme arbrisseaux entre autres, yucca, genet d’Espagne, troène du japon, lilas, lierre, cotonéaster et buisson ardent comme arbustes et cortadéria de la catégorie Vivace.
Selon une étude réalisée en Avril 2013, les besoins en eau pour l’arrosage de ces vastes espaces vert pour le maintien de leur beauté et leur entretien au quotidien ont été définis suivant la méthode Penman-Monteith utilisant les données de la localisation, les températures minimales et maximales mensuelle et les estimations sur les heures ensoleillées et la vitesse du vent. Ces besoins en eau ont été définis par rapport au gazon qui est l’espèce dominant et ce ; pour le mois de pointe qu’est celui de juillet où les besoins brutes sont entre 5 et 6 mm/j et le temps maximal d’arrosage pratiqué es de 16h/j. Il ressort de cette étude donc ; que les besoins en eau calculés pour arroser les 79,7 hectares d’espaces verts de la ville d’Ifrane s’élèvent à 3798 m3/j.

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.