Home»National»LES MURIERS DE LA VALLEE DU ZA : UN FILON

LES MURIERS DE LA VALLEE DU ZA : UN FILON

2
Shares
PinterestGoogle+
 

Certaines gens, quand bien même ayant suivi un cursus loin de toute formation axée sur ce qu’on pourrait appeler le « littéraire », se mettent à écrire. Rien d’étonnant, me dira-t-on. Soit.
Mais lorsque ces personnes dépassent le stade des cours récits, des articles ou de simples nouvelles pour s’adonner à l’écriture dans son sens le plus large et nous servir des récits, des livres ou des ouvrages, ils ont droit à un vibrant hommage. Un hommage d’autant plus vibrant et mérité quand leur récit et/ou leur livre prennent l’allure, aussi bien de par la forme que le fond, d’un ouvrage digne de ce nom, rivalisant avec les écrivains ayant usé leur plume bien avant eux. Certes, eu égard à leur « statut » de poètes en herbe, une certaine indulgence est de mise quant aux règles de déontologie et de rigueur régissant ce domaine.
Monsieur MOHAMED BOUASSABA fait partie de ces personnes auxquelles je fais allusion. En effet, il nous a fait l’heureuse surprise d’écrire son premier ouvrage intitulé « LES MÛRIERS DE LA VALLEE DU ZA » tout récemment. L’auteur a eu l’intelligence de coupler la sortie de son livre avec la dernière édition du SIEL à casablanca pour le présenter. IL continuera par la suite, tel un pionnier, son itinéraire de présentation ; entamant son épopée par TAOURIRT et ses environs. Quoi de plus logique et normal puisque cette ville est l’épicentre de son ouvrage et son lieu de naissance.
En fait, je pense que Mr Mohamed Bouassaba a fait un pari. Il l’a gagné. Il a tenté et il a réussi. Je crois même qu’il a voulu relever un défi, non pas à l’encontre d’autrui (probablement) mais avant tout vis-à-vis de lui-même. Satisfaire un besoin logique et naturel de se tester et d’évaluer sa performance. Tels ont été, me semble-t-il, le dessein et l’ambition de l’auteur. Une initiative à saluer.
D’ailleurs, les prémisses d’un profil d’écrivain en herbe en la personne de Mr Boussaba auront été soupçonnées et pressenties, à non point douter, à travers ses moults écrits, par tout lecteur assidu du portail « Oujda city » dont je salue et respecte, en cette occasion, la grandeur et la noblesse de son rôle et la persévérance de ses responsables.
Monsieur BOUASSABA est un cadre de l’Institut des Statistiques et de l’Economie Appliquée de Rabat des années 70. Il le dit dans la préface de son ouvrage. Il a donc choisi d’abandonner (j’allais dire troquer) toutes les méandres des probabilités, des écart-types, des échantillonnages, du significatif, du représentatif …etc… qu’il a traînées et côtoyées depuis des décennies pour se plonger dans son nouvel univers et naviguer dans son océan.
Quant à l’ouvrage, je l’ai qualifié de FILON. Par conséquent, le commenter, exprimer intégralement ce que j’en pense et décliner mon hommage à Mr Boussaba ne suffiraient pas dans le cadre de ce modeste écrit. Aussi me contenterai-je de dire qu’à la lecture de ce livre, toute personne ne connaissant pas Taourirt sera gavée, toute personne ayant vécu à Taourirt se remémorera toutes les histoires (terme utilisé avec sa connotation la plus noble) racontées, toute personne connaissant Taourirt et n’y vivant plus actuellement aura la chance de s’offrir une promenade dans son imaginaire à travers tous les coins et recoins de la ville, éprouvera une nostalgie certaine et, au final, se ressourcera. En lisant l’ouvrage, j’ai ressenti tout cela puisque faisant partie de toutes ces personnes.
J’ai dit FILON. Un filon d’une autre dimension supplémentaire : celle inhérente à tout projet de développement quelqu’ en soient la nature, la portée, l’initiateur, le bénéficiaire ; tout projet nécessitant un diagnostic, un état des lieux au plan démographique, sociologique, ethnologique, culturel ….etc..Un guide, un outil de travail, de projection, de rétrospective, de perspectives, une référence….pour toute démarche quelqu’en soit la finalité et le domaine.
Mr BOUASSABA n’est ni sociologue, ni ethnologue ; ni psychologue … et pourtant, derrière des récits apparemment anodins, relevant du fait divers et de l’anectode, se cache une mine de données extériorisant les us et coutumes de cette contrée, la mentalité de ses populations, ses croyances …etc , sans compter les traces indélébiles laissées par la période coloniale illustrées magistralement par ces photos d’une valeur historique inestimable.
« Les mûriers de la vallée du za » ne sont pas le fruit de l’imaginaire de son auteur ni de la fiction. Ce sont l’expression et la restitution du réel, du concret, du vécu quotidien d’une ville et ses habitants à travers le temps mais également le présent. Reproduire ce concret fidèlement et intégralement a demandé un effort colossal à l’auteur. Cela mérite un vibrant hommage.
Un grand bravo à Monsieur MOHAMED BOUASSABA
Signé : MEZIANE AHMIDA

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

7 Comments

  1. Mohammed BOUASSABA
    20/04/2018 at 20:10

    je ne trouve pas de mots…je suis ému. Merci M. MEZIANE.

  2. Mohammed
    22/04/2018 at 18:38

    hâte de lire le livre

  3. Jamal MEZIANE
    22/10/2018 at 10:56

    J’ai eu le plaisir de lire le recit de Mr Bouassaba. Connaissant l’auteur en tant que cousin et en tant qu’ami, je n’ai pas eu de difficultés á redécouvrir la maîtrise de la langue, la capacité de decrire les lieux et les événements dans les moindres détails et la vue du sociologue dont jouit Mr Bouassaba. á titre personnel je me suis retrouvé dans plusieurs passages surtout ceux decrivant Taourirt des annees 60 et debut des années 70.
    merci Ssi Mohammed

  4. Anonyme
    25/04/2019 at 17:31

    Parmi les premiers lecteurs ayant acquis l ouvrage de.notre ami Si Mohamed Bouassaba j en suis très satisfait.
    D abord parce que ayant exercé ma fonction à Taourirt pendant quelques années j étais avide de connaître certaines informations sur certains endroits historiques de la ville.

    Le livre Les Mûriers de la Vallee du Za m à comble quant à ce ce sujet

    Ensuite parce que.l ouvrage est d une précision remarquable

    Bien documenté et comportant des photos historiques inédites.

    Enfin parce qu.il rend hommage à un enfant de la ville deTaourirt dont j ai connu le père que Dieu ait Leurs Ames.

    Je veux parler de feu Abdelaziz Belfkih. ce dignitaire qui a.marque de son.nom une tranche de l histoire contemporaine de.notre pays par son action en tant que conseiller auprès de deux Souverains.
    LL. MM Hassan II et Mohammed VI

  5. Layachi Bouladam
    25/04/2019 at 19:15

    L article ci-dessus m appartient Il a été enregistre sous l anonymat par erteur

  6. Anonyme
    28/02/2020 at 11:07

    لقد كانت من آمالي العزيزة أن أجد من يذكرني بالماضي الجميل ، لاني أجد نفسيي داخل هذا الزخم من الذكريات شكرا السيد محمد على هذا المولود الحي شكرا على المجهوذات التي بذلتموها لاخراجه إلى الوجود الصفاوي الحسين

  7. Mohammed Bouassaba
    17/03/2020 at 22:33

    شكرا لك اخي الكريم… امل ان تكون قد تذوقت حلاوة هذا الانجاز كما تذوقت حلااوة ثمرات اشجار التوت. كما امل ان يروق القرا. محمد بوعصابة 0664967744Moammed Bouassaba fb.

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.