Home»International»Un partenariat mondial pour fournir une protection financière accrue contre les risques climatiques

Un partenariat mondial pour fournir une protection financière accrue contre les risques climatiques

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Mardi 14 novembre 2017 dernier ; Une initiative internationale visant à fournir une assurance à 400 millions de personnes pauvres et vulnérables d’ici à 2020 est passée à la vitesse supérieure avec l’annonce de financements supplémentaires et de nombreux autres partenaires.
Il s’agit au fait du Partenariat mondial « InsuResilience » pour le financement du risque climatique et des solutions d’assurance contre les risques de catastrophe, lancé ce mardi à Bonn en 2017 qui rassemble désormais les pays du G20 en partenariat avec les pays du V20 qui est un groupe de 49 des pays les plus vulnérables, y compris les petites îles comme Fidji, qui assure la présidence de la conférence de cette année: COP23.
L’Allemagne s’est associée à ses partenaires, la présidence éthiopienne du V20, le Royaume-Uni et la Banque mondiale, afin de lancer ce partenariat mondial qui  est; selon le président de la COP23 et Premier ministre fidjien Frank Bainimarama ; « …. une réponse concrète aux besoins de ceux qui subissent des pertes à cause du changement climatique, et je suis très fier que cela se soit produit sous la présidence fidjienne de la Conférence des Parties, en même temps qu’un moyen de préparer une forme de développement résiliente pour ceux qui devront s’adapter au grand défi du changement climatique »,
Pour sa part ; Thomas Silberhorn, secrétaire d’Etat parlementaire auprès du ministre fédéral de la Coopération économique et du Développement, a annoncé le soutien au nouveau partenariat mondial de 125 millions USD dans le cadre du lancement d’aujourd’hui. Cela fait suite à l’engagement de 30 millions de livres sterling accordé par le gouvernement britannique en juillet 2017 au Partenariat via son Centre pour la protection globale contre les catastrophes.
Cette annonce fait suite aussi à une année d’événements météorologiques extrêmement dévastateurs qui ont frappé des pays et des communautés d’Asie, des Caraïbes orientales et des Amériques, certains des événements décrits par les scientifiques comme étant sans précédent.
Le Partenariat mondial soutient l’analyse des données et des risques, l’assistance technique et le renforcement des capacités selon les besoins et les priorités des pays, la conception de solutions concrètes de financement et d’assurance des risques, un soutien intelligent pour la mise en œuvre de ces programmes. Cela va des pools de risques souverains dans le Pacifique, l’Afrique et les Caraïbes. Les régimes d’assurance se concentrent sur le niveau méso et micro bénéficiant aux petits exploitants, aux citadins pauvres et aux autres groupes vulnérables.
La prochaine phase, annoncée ce mardi 14 novembre 2017 dans le cadre du Partenariat mondial, vise à honorer l’engagement de fournir une couverture et un soutien à 400 millions de personnes vulnérables supplémentaires d’ici 2020, tandis que les efforts du Partenariat mondial vont au-delà de cet objectif initial du G7. L’initiative InsuResilience a été lancée en 2015 par le groupe des pays du G7 sous la présidence allemande.
Dans son allocution prononcée à l’occasion, Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive du Secrétariat des Nations Unies sur les changements climatiques, a déclaré que : «Les personnes dévastées par les événements météorologiques récents et les communautés vulnérables aux impacts climatiques attendent une réponse des pays réunis à Bonn pour un soutien et un espoir pour l’avenir. Cette initiative nouvelle et ambitieuse représente un exemple brillant de ce qui peut être accompli lorsque les gouvernements progressistes, la société civile et le secteur privé unissent leurs efforts avec créativité et détermination pour trouver des solutions », a-t-elle déclaré.
«Ce partenariat mondial réunit autour d’une table des groupes importants comme le groupe V20 composé des pays les plus vulnérables au changement climatique et du groupe des économies les plus fortes du G20, afin qu’ils puissent unir leurs forces pour accroître la résilience des populations pauvres et vulnérables. Les impacts du changement climatique. Au lieu de simplement réagir aux catastrophes, nous voulons passer à la planification, la préparation et la protection « , a déclaré Thomas Silberhorn.
Le nouveau Partenariat mondial a également lancé cette semaine une plateforme en ligne ou Clearing House pour le transfert des risques dans le cadre de l’Accord de Paris sur le changement climatique qui utilisera l’intelligence artificielle pour connecter les pays à la recherche de solutions d’assurance innovantes.
En juillet 2017, lors de leur sommet à Hambourg, le G20 a salué la création d’un partenariat mondial pour le financement du risque climatique et des risques de catastrophe et des solutions d’assurance. Il est donc connu sous le nom de « Partenariat Global InsuResilience » dont l’objectif est d’accroître la résilience des pays en développement et de protéger la vie et les moyens de subsistance des populations pauvres et vulnérables contre les effets du changement climatique et contre les catastrophes naturelles.
Dans le cadre de ce Partenariat mondial, des acteurs clés des pays en développement et industrialisés, des organisations internationales et des banques de développement, du secteur privé, de la société civile et de la communauté scientifique travailleront ensemble pour élaborer des solutions concrètes et pratiques de protection financière contre les risques climatiques des catastrophes naturelles, des Solutions financières et d’assurance innovantes pour chaque pays.
Des expériences adaptées aux besoins et aux défis spécifiques des populations pauvres en particulier seront élaborées et mises en œuvre par le biais du Partenariat mondial. Le Fonds d’assurance contre les risques de catastrophe dans les Caraïbes (CCRIF), par exemple, bénéficie d’un soutien L’exemple le plus récent des soutiens était en septembre 2017, quand plus de 55 millions de dollars américains ont été versés à dix pays des Caraïbes en seulement 14 jours après que les ouragans Irma et Maria aient provoqué des catastrophes dans les îles. En Zambie, InsuResilience soutient la société cotonnière de NWK Agri-Services, qui offre une assurance directe contre les intempéries et l’assurance-vie aux petits agriculteurs sous contrat. En 2015, InsuResilience soutient la société NWK Agri-Services. , quelque 52 000 agriculteurs ont décidé d’acheter une assurance. Suite à une grande sécheresse en 2016, plus de 23 000 agriculteurs ont reçu des paiements. D’une part, le Partenariat vise à permettre aux gouvernements de réagir plus rapidement et plus spécifiquement suite à une catastrophe naturelle. D’autre part, le Partenariat vise à soutenir les efforts futurs des gouvernements pour se préparer à faire face aux risques dus aux changements climatiques et aux catastrophes naturelles, en associant ces préparatifs à l’utilisation du financement et de l’assurance des risques. Cette combinaison d’une réponse rapide et ciblée permet de réduire le nombre d’urgences humanitaires. et aider les personnes pauvres et vulnérables à se remettre sur pied plus rapidement après une catastrophe.
Mohammed Drihem

 

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.