Home»Régional»OUJDA : Les quartiers défavorisés se dotent d’espaces pour jeunes

OUJDA : Les quartiers défavorisés se dotent d’espaces pour jeunes

1
Shares
PinterestGoogle+
 

S’inscrivant dans un élan de solidarité et d’entraide mutuelle, la construction d’espaces socioculturels dans des quartiers défavorisés vise l’insertion réfléchie des jeunes.

Le nouveau complexe socioculturel et sportif «Espace Jeunes», bâti sur une superficie de 7200 m2 pour un budget de 8,4 millions DH, est un exemple phare de solidarité réfléchie. D’abord le choix de l’emplacement à Hay N’Gadi, un quartier périphérique avec une population à revenu limité, a obéi à des critères de proximité. Ce quartier, situé à l’ouest d’Oujda, souffrait en effet de marginalisation ainsi que d’un manque manifeste en matière d’infrastructure socioculturelle. Le choix de cet emplacement répond également à un grand besoin en matière de manifestations sportives et d’animations culturelles. L’Association «Espaces Jeunes», qui s’est fixée comme objectif la construction de plusieurs centres socioculturels dans différents quartiers de la ville d’Oujda, a parfaitement compris cet état des lieux. La population ciblée par ce projet est de l’ordre de 8200 foyers, constituée de 28.450 jeunes filles et garçons de moins de 18 ans et quelque 18.400 adultes. Ce complexe socioculturel est constitué de trois terrains de sport. Il englobe aussi un espace couvert composé de 8 salles de lecture, une galerie d’exposition, une salle polyvalente, six salles d’art plastiques, une bibliothèque, 4 salles de musique, 3 salles de couture et de métiers artisanaux, deux salles multimédia et une salle de classe pour les personnes âgées. L’encadrement sera assuré par des professionnels émanant des collectivités locales, de l’enseignement et de l’univers de la culture.
«La majeure partie des femmes qui habitent ce quartier est analphabète et c’est pour cela que notre association adhère à l’effort consenti par le Maroc afin d’éradiquer ce phénomène en proposant des enseignements appropriés», confie à ALM Salima Faraji, présidente de l’association Espace Jeunes. Les femmes intéressées bénéficieront d’une formation adéquate dispensée dans des ateliers variés couvrant l’artisanat, la couture, la coiffure et l’art culinaire. «Un vif intérêt sera réservé au tapis oujdi et figuigui qui a besoin de toute une logistique de marketing pour sa rentabilisation. Ce sera la tache assignée au foyer féminin. Les revenus de ce tel projet iront directement aux poches de ces femmes», révèle Mme Faraji.
Le complexe Espace Jeunes de Hay N’Gadi est appelé aussi à devenir un centre d’animation socioculturelle en mesure de découvrir et de former des champions en sports collectifs et des créateurs artistiques en peinture, en musique et en art dramatique. Ladite association compte contribuer à la découverte de sportifs de bon niveau pour qu’ils servent de models aux autres Signalons à ce propos que la majorité des champions oujdis sont issus de quartiers périphériques.
Le centre devrait par ailleurs permettre aux jeunes du Hay N’Gadi de s’adonner à des activités sportives et culturelles. La salle polyvalente, d’une superficie de 150 m2, servira de salle de projection, de conférences et d’animation artistique. Ainsi, un club de projection de documentaires de sensibilisation et de formation sera programmé sur toute l’année afin d’habituer les jeunes à la diversité culturelle et religieuse, à la tolérance et au respect de l’autre.
«Les conférences traiteront également des sujets intéressant les filles et leurs mères puisqu’elles aborderont des thèmes se rapportant à l’éducation, l’hygiène, les droits civiques, la protection des espaces verts et l’environnement. Elles seront animées par des éducateurs, docteurs, avocats et journalistes. Ces derniers s’adresseront à leur auditoire en arabe dialectale afin d’être mieux compris», souligne Ahmed Ben Addi, membre de l’association.
En parallèle, un atelier d’art plastique ainsi qu’un espace de musique veilleront à développer chez les jeunes le goût du subtil. Deux bibliothèques sont mises à la disposition des enfants de moins de douze ans et une autre pour les plus âgés. L’association, qui a tout réalisé au niveau de l’infrastructure grâce à une aide royale et à l’implication de plusieurs donateurs, est actuellement en phase d’équipement du foyer féminin et des bibliothèques pour enfants et jeunes.

Ali KHARROUBI Journal : AUJOURD’HUI LE MAROC

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

2 Comments

  1. عبد المجيد من وجدة
    06/10/2007 at 01:15

    إذا كان يا أخي الخروبي هذا الحي ينعم في السعادة بكل هذه المرافق فإن تجزئة الطلحاوي زنقة السراء تعاني من عدم مبالاة المجزئ والمجلس البلدي بوجدة من الإهمال الذي طال البقعة المخصصة للحديقة ، لولا مجهودات شخصية لبعض المواطنين الواعين بقيمة الشجرة في حياتنا شيبا وأطفالا وشبابا ، والذين تطوعوا لشراء شجيرات من مالهم الخاص وقاموا بعملية الحفر والغرس والتشذيب . فأين مجلسنا البلدي الموقر من هذه المهام ؟ ولماذا لا يبالي بمثل هذه الحدائق العمومية في الأحياء السكنية الحديثة البناء ؟؟؟

  2. faraji salima
    24/02/2008 at 15:21

    le complexe est achevé mais il me faut de l’aide pour son équipement et sa gestion ;l’encadrement sportif les profs de musique et de dessin ; qelles sont vos propositions?

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.