Home»International»Algérie : Pouvoir et paradoxe

Algérie : Pouvoir et paradoxe

0
Shares
PinterestGoogle+
 

L’Algérie regorge d’atouts, d’atours et d’énormes potentialités humaines et naturelles à même d’en faire un pays développé. Mais, les décideurs qui détiennent les rênes du pays que le peuple a libéré avec l’appui de pays amis et frères, en particulier le Maroc, en ont décidé autrement.

Après près de 50 ans d’indépendance, des millions d’algériens continuent à végéter et à s’user, parfois jusqu’au sang. .Outre le chômage, estimé en 2008, à en croire des sources officielles à 11,3 %, 3 millions (3.000.000) de salariés sont pays sous le salaire national minimum garanti, fixé à 15.000 dinars algériens. Ces 3.000.000 dont l’employeur principal est l’état, touchent moins de 10.000 DA, environ 80 Euros ; soit 10 % du SMIG européen et moins de 50 % du SMIG marocain.

Pourtant a manne pétrolière déversée sur la trésorerie algérienne est importante. A elles seules, les recettes des exportations des hydrocarbures réalisées au titre de l’exercice du premier trimestre de 2010, ont atteint 14 milliards de dollars avant de hisser fin juillet à 32 M.

De fait, il semble anormal qu’un pays aussi riche par ses ressources humaines et naturelles, aussi grand par sa superficie  (le plus vaste du Maghreb, le 2ième en Afrique et 10ième à l’échelle mondiale) et aussi intéressant par sa position géographique (à vol d’oiseau d’Europe) ; se débat désespérément dans moult déficits socio économiques (pauvreté, chômage, crise de logement, de transport et faible accès aux offres de soins….etc.)

Au fait, nonobstant l’importance des recettes de la TGA qui dépasseraient les 100 milliards de dollars par an, et qui sont susceptibles d’assurer à la balance commerciale algérienne un important excédent budgétaire, l’Algérie ne pourra pas asseoir les jalons nécessaires à son développement. Au fait, mêmes imprécises, l’évasion  et la fuite fiscales sont considérables.. La fuite fiscale équivaut, selon des estimations algériennes, le budget de l’état qui est de l’ordre de 3.000 Milliards DA. Cette lourde déficience est encore plus aggravée par la main mise sur les richesses du pays par une mafia politico-militazro-financière qui ne pense qu’à s’enrichir au détriment des intérêts suprêmes du pays et des attentes des populations algériennes.

Le bouquet !!!

Le pouvoir d’Alger, au lieu d’injecter les retombées financières des hydrocarbures dans des projets de développement socio-économiques, a jugé plus important de consacrer ces moyens à la prise en charge de cette guerre qu’il a déclarée gratuitement au Maroc il y a 35 ans. En effet, le pouvoir d’Alger qui a fait, du vivant du président Feu Boumediene, du Maroc son ennemi juré et de la question du Sahara marocain son souci majeur, ne cesse d’appuyer le Polisario qu’il a créé en toute pièce quitte à renoncer au progrès du pays et à entraver la coopération économique du Maghreb.

Ainsi, au lieu de laisser le conseil de sécurité de l’ONU légiférer sur le dossier pour trouver une solution pacifique et équitable à ce conflit qui n’aurait jamais dû avoir lieur, Bouteflika et ses acolytes ne se contentent pas d’offrir des arrières bases aux milices séparatistes, de les soutenir, sous des prétextes fallacieux, politiquement diplomatiquement, mais ils leur accordent généreusement tous les moyens financiers pour acheter les consciences faibles, les média étrangers pour induire en erreur l’opinion publique et un armement lourd et sophistiquer outre le recrutement de mercenaires et leur encadrement.

En clair, le pouvoir d’Alger a fait du dossier du Sahara marocain la priorité de ses priorités reléguant ainsi l’avenir de l’Algérie au second plan.

Aussi, se demande-t-on quand les autorités algériennes se rendent à l’évidence qui s’impose de toute sa force dans ce monde en pleine et perpétuelle mutation et appréhenderont dûment et sciemment les impacts négatifs du coût du non Maghreb pour tous les peules des 5 pays.

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

1 Comment

  1. ESPERANCE
    27/11/2010 at 23:52

    Les responsables algériens sacrifient le bonheur des algériens pour amoindrir et déstabiliser le Maroc.
    Et font vivre les sahraouis de Tindouf dans une situation critique ,non humaine
    Qui est le gagnant?????

Commenter l'article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.