Home»Débats»Covid-19 : Les corticoïdes efficaces dans les cas graves selon une étude internationale

Covid-19 : Les corticoïdes efficaces dans les cas graves selon une étude internationale

5
Shares
PinterestGoogle+
 

Dr MOUSSAYER KHADIJA

Une analyse de sept  essais internationaux, publiée mercredi 2 septembre,  révèle que les corticoïdes sont efficaces contre les formes graves de la  covid-19 en faisant baisser la mortalité. L’OMS a recommandé mercredi leur usage. En fait, ces médicaments sont déjà administrés largement aux patients dans les hôpitaux d’un certain nombre de pays.

Les formes sévères de Covid-19  amènent une partie  des patients en réanimation, en raison souvent d’une insuffisance respiratoire aiguë. Le traitement de base repose à ce moment là  sur des techniques d’oxygénation et de ventilation artificielle (dénommées « traitement symptomatique » ou  « soins standards »). Aucun médicament n’a jusqu’ici montré d’efficacité manifeste à ce stade de gravité.

Une méta-analyse (un regroupement de 7 études), coordonnée par l’OMS et l’Université de Bristol et publiée le 2 septembre dans le Journal of the American Medical Association,  montre qu’un traitement par corticoïdes diminuerait de 21%  le risque de mortalité des formes sévères de Covid-19. De plus, aucun effet secondaire néfaste n’a été observé lors de l’emploi de ces molécules.

Ces corticoïdes permettent de réduire l’inflammation chez les patients lorsque le système immunitaire s’emballe et réagit de manière excessive pour lutter contre l’infection (lors de l’orage cytokinique). C’est cette réaction trop forte qui endommage notamment les poumons et entraîne malheureusement trop souvent une issue fatale.

Cet important travail de recherche a rassemblé les données de 1 703 patients provenant de 12 pays (dont  France,  Royaume-Uni, Brésil,  Canada, Chine, Espagne,  États-Unis et  Espagne), ayant reçu par tirage au sort, soit les soins standards, soit un placebo associé aux soins standards, soit un corticoïde (dexamethasone, hydrocortisone ou methylprednisolone).

L’OMS a réagi à cette communication en déclarant : «Nous recommandons les corticostéroïdes systémiques pour le traitement des patients atteints de COVID-19 sévère et critique. Nous suggérons de ne pas utiliser de corticostéroïdes dans le traitement des patients atteints de COVID-19 non sévère comme traitement».

L’usage des stéroïdes n’est en effet pas sans risque, notamment s’ils sont utilisés pour les patients moins malades ou asymptomatiques. Ils peuvent causer des effets secondaires nocifs et surtout, au contraire, diminuer à ce moment là  les défenses immunitaires contre le virus. (et cela tant que ce système immunitaire ne se dérègle pas dans une réaction excessive se retournant contre notre organisme).

L’étude conforte des résultats publiés en juin qui indiquait déjà qu’un corticoïde, la dexaméthasone, serait la première molécule montrant  son efficacité chez des malades de ce coronavirus gravement atteints. Selon cette étude menée par l’Université d’Oxford,  la dexaméthasone,  réduisait les décès jusqu’à 35% chez les patients hospitalisés sous respirateur, et de 20% chez ceux ayant seulement besoin d’oxygène. De fait, cette première annonce avait accéléré son emploi  large dans les services hospitaliers de certains pays, avant même l’annonce des résultats de l’étude internationale, le 2 septembre.

Il faut signaler que ces recommandations de l’OMS sur les corticoïdes rejoignent les pratiques au Maroc, où ces médicaments ont été aussi utilisés dans des cas graves depuis plusieurs mois ainsi que l’a d’ailleurs rapporté la presse

Les corticoïdes  se révèlent donc encore une fois incontournables face à ce virus comme dans beaucoup d’autres pathologies depuis 70 ans. Rappelons que c’est à la base une hormone (la cortisone) sécrétée par une glande située au-dessus des reins, les glandes surrénales. La mise au point en 1949  de la cortisone synthétique (les corticoïdes)  a  bouleversé le traitement de nombreuses pathologies en raison de son action anti-inflammatoire très puissante. Elle répond « toujours présente » à un moment opportun.

Et dernier avantage, ce n’est pas le moindre, ces molécules sont peu coûteuses et en général largement  disponibles.

Vous trouverez en annexe des précisions sur les modes d’actions des corticoïdes

Casablanca, le 04/09/20

Dr MOUSSAYER KHADIJA  الدكتورة خديجة موسيار

اختصاصية في الطب الباطني و أمراض  الشيخوخة, Spécialiste en médecine interne et en Gériatrie ; Présidente de l’association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS), رئيسة الجمعية المغربية لأمراض المناعة الذاتية و والجهازية, Ancienne chef de service à l’Hôpital de Kenitra, Ancienne interne aux Hôpitaux de Paris – Pitié Salpêtrière – Hôpital Charles  Foix

ANNEXE : LES MECANISMES D’ACTION DE LA CORTISONE, UNE HORMONE, ET DES CORTICOÏDES

Les corticoïdes dont la cortisone agissent en imitant une hormone naturelle, le cortisol, produit tout au long de la journée (à raison de 5 mg par jour environ) par les glandes surrénales situées au dessus des reins. Les médicaments corticoïdes, eux, agissent au niveau du noyau des cellules. Ils favorisent la production de facteurs anti-inflammatoires et réduisent celle de substances (des enzymes) provoquant l’inflammation. Les doses de corticoïdes administrés dans un médicament représentent en général plusieurs fois le dosage journalier naturel (de 5 mg par jour).

Au-delà de 20 mg par jour, les corticoïdes réduisent la réponse du corps à une agression immunologique (par une bactérie, un virus…). Ce qui n’est pas sans conséquence, car cela diminue aussi la capacité de notre organisme à lutter contre des maladies infectieuses.

C’est cet effet par contre qui est  désiré quand nos défenses immunitaires sont trop fortes dans le cas de la Covid-19 ou encore des maladies auto-immunes.

Référence de l’étude internationale : The WHO Rapid Evidence Appraisal for COVID-19 Therapies (REACT) Working Group. Association Between Administration of Systemic Corticosteroids and Mortality Among Critically Ill Patients With COVID-19: A Meta-analysis. JAMA. Published online September 02, 2020. doi:10.1001/jama.2020.17023

 

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.