Home»Débats»Coronavirus : Les règles d’hygiène de vie à adopter pour les personnes âgées face à l’épidémie

Coronavirus : Les règles d’hygiène de vie à adopter pour les personnes âgées face à l’épidémie

15
Shares
PinterestGoogle+
 

La préservation du ‘capital santé’ des personnes âgées au MAROC faceà l’épidémie du coronavirus

Les personnes âgées (PA), en particulier après 70 ans, constituent la population la plus vulnérable face au coronavirus (Cov19) et leur préservation est la priorité majeure de cette crise au Maroc. Cette protection obéit à un double défi : ne pas être contaminées et garder au maximum leur capacité physique, grâce à une bonne hygiène de vie,  pour affronter non seulement éventuellement cette maladie mais aussi éviter un affaiblissement durable et/ou  périlleux de leur santé.

Le confinement strict qui s’impose  aux PA présente en effet des risques liés à l’inactivité physique, la sédentarité et le stress. Ceux-ci peuvent conduire à un désengagement dans leurs besoins quotidiens et à des troubles s’enchainant dans un cycle catastrophique : sous-alimentation,  diminution  de la masse musculaire et des capacités cardio-respiratoires, aggravations de leurs pathologies, dépression, perte d’autonomie…

Pour  répondre à ces difficultés, il est nécessaire d’assurer plus que jamais  chez nos seniors :

– Une alimentation suffisante

Les PA ont trop souvent tendance à diminuer leurs apports en aliments et en boissons, le seuil de la perception de la faim et de la soif s’émoussant avec l’âge, sans que leurs besoins énergétiques ne soient réduits. Leurs besoins énergétiques sont en fait peu inférieurs à ceux de l’adulte jeune : 2000 kilocalories par jour pour l’homme et 1800 kcal/j pour la femme contre respectivement 2800 et 2200 à 30 ans.

Pour éviter la 8,  l’apport nutritionnel  en protéines animales surtout (viandes, poissons) et aussi végétales (lentilles, pois chiches, pois cassés, dattes et figues séchées, céréales…), doit même être supérieur à celui de l’adulte jeune pour représenter 12 à 15 % des nutriments. Les besoins en eau de boisson sont aussi toujours plus élevés chez la PA que l’adulte jeune (1,7 l/j contre 1,5l/j) à cause d’une élimination urinaire plus forte.

Une activité physique dynamique

Une pratique physique, même dans un espace restreint, est indispensable car la  force des muscles des PA baisse rapidement en l’absence de mobilité. Il s’agit notamment de réaliser plusieurs fois par jour de petits exercices de gymnastique mobilisant en particulier les bras et les jambes (30 mn par jour si possible) et de se lever au minimum toutes les 1 heures pour marcher.

Une gestion de l’angoisse

La situation actuelle anxiogène provoque évidemment un sentiment d’angoisse chez beaucoup de PA, faisant courir des risques d’hypertension, de hausse de la glycémie, de troubles psychosomatiques divers, de dépression… Faire baisser ce stress  est un enjeu primordial pour éviter qu’à la contagion par le virus se surajoute une contagion de la peur. Il faut donc que l’entourage garde des liens étroits avec les PA, même à distance, et se mobilise pour entretenir leur moral par tous les moyens possibles de distraction. Il faut  enfin, autant que possible, essayer de conserver une heure de coucher et de lever régulière pour éviter les troubles du sommeil.

– Une poursuite des traitements en cours

La défense de l’organisme, le système immunitaire, s’affaiblit avec l’âge et est amoindrie lors  de certaines pathologies notamment pour ceux qui:

– souffrent de problèmes respiratoires, rénaux, cardiaques et d’hypertension, de diabète, d’obésité…

– reçoivent des traitements immunodépresseurs (chimiothérapie, médicaments immunosuppresseurs, cortisone…) pour des maladies auto-immunes (lupus, polyarthrite rhumatoïde, Gougerot-Sjögren…), des cancers…

Les personnes âgées (PA) doivent continuer leurs traitements existants (et même ceux qui diminuent leur système immunitaire) en demandant conseils à leurs médecins pour leurs adaptations éventuelles. L’automédication, trop fréquente malheureusement au Maghreb, ou la surconsommation est par contre à prohiber en cette période !

Casablanca, le 27 mars 2020

Dr MOUSSAYER KHADIJA  الدكتورة خديجة موسيار

اختصاصية في الطب الباطني و أمراض  الشيخوخة   Spécialiste en médecine interne et en Gériatrie (soins et prise en charg »e des personnes âgées)

Présidente de l’Alliance des Maladies Rares au Maroc  رئيسة ائتلاف الأمراض النادرة المغرب
Présidente de l’association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS)

Annexes :

SOMMAIRE :

1/ Un manque d’appétit fréquent chez la personne âgée

2/ Une grande vigilance à l’égard de l’hydratation

3/ Attention à la diminution du capital musculaire

4/ Une qualité du sommeil à préserver

5/ Les règles d’un bon confinement  pour les personnes âgées

 

1/ Un manque d’appétit fréquent chez la personne âgée :

Les personnes âgées ont souvent tendance à diminuer leur apport alimentaire sans que leurs besoins énergétiques ne soient réduits. Ce manque d’appétit est en partie dû notamment à l’altération des perceptions des odeurs et du goût d’où une difficulté à identifier et apprécier les aliments. Le seuil de détection des 4 saveurs de base est ainsi augmenté en moyenne de 11,6 fois pour le salé, 7 pour l’amer, 4,3 pour l’acide et 2,7 pour le sucré par rapport à un individu jeune !

Contrairement aux idées reçues, les besoins énergétiques de la PA sont presque identiques  à ceux de l’adulte jeune : 2000 kcal/j pour l’homme et 1800 kcal/j pour la femme contre respectivement 2800 et 2200 à 30 ans.

2/ Une grande vigilance à l’égard de l’hydratation

La PA a tendance naturellement à baisser ses apports en eau, le seuil de perception de la soif s’émoussant aussi avec l’âge. Les pertes en eau de la PA sont aussi plus importantes à cause de la plus forte résistance du rein à l’action d’une substance qui limite les pertes en urine (l’hormone antidiurétique). De plus, les mécanismes de régulation sont moins bien assurés, et l’élimination des surplus de sucre ou de sodium s’accompagne d’une plus grande perte  en eau. L’équilibre hydrique est également menacé par certains médicaments (diurétiques, neuroleptiques…). Pour toutes ces raisons, les besoins en eau de boisson sont toujours plus élevés chez la PA que l’adulte jeune (1,7 l/j contre 1,5l/j)

3/ Attention à la diminution du capital musculaire

Le capital musculaire diminue chez la PA, ce qui aggrave l’état nutritionnel et l’hydratation. Les réserves en eau (73% de l’eau totale du corps sont stockés dans les muscles) baissent en effet corrélativement à la diminution de la masse musculaire (17% du poids du corps à 70 ans contre 30% à 30 ans). Ce phénomène, la sarcopénie, a des répercussions considérables par les faiblesses qu’il provoque : risques infectieux par baisse des réserves protéiques nécessaires aux défenses immunitaires, chutes et fractures éventuelles compromettant l’autonomie de la PA…

Pour éviter l’aggravation de la fonte musculaire,  l’apport nutritionnel conseillé en protéines animales (viandes, poissons …) et/ou végétales (amande, pistache, noix de cajou, haricots rouges, lentilles, pois chiches, pois cassés, champignons, dattes et figues séchées, céréales…), doit être supérieur à celui de l’adulte jeune : 1 à 1,2 contre 0,8 à 1g/kg/j, soit 12 à 15 % des nutriments.

4/ Une qualité du sommeil à préserver

Le sommeil se modifie avec l’âge tant par sa structure que par sa qualité. Son temps total  diminue et il devient moins efficace car plus fragmenté par des réveils nocturnes fréquents. Il faut donc, autant que possible, essayer de conserver une heure de coucher et de lever régulière et s’exposer  à lumière naturelle durant la journée. Les boissons contenant des excitants (café, thé) ainsi que le tabac sont à éviter ou à consommer de façon minime.

5/ Les règles d’un bon confinement  pour les personnes âgées

Le coronavirus nous atteint à la suite de son passage par les yeux, le nez ou la bouche. Il ne passe pas directement  à travers la peau. Néanmoins, nos mains peuvent avoir à leur surface des virus après des contacts avec d’autres personnes ou des surfaces et objets contaminés et nous risquons ensuite alors de nous transmettre la maladie en portant nos mains au visage.

Les personnes âgées et toute autre personne à risque (ainsi que le reste de la population) doivent donc observer,  de façon encore plus stricte que les autres, les gestes « barrières » de protection et en particulier une distance d’au moins d’un mètre des autres personnes, des longs lavages complets  et réguliers de toutes les parties des mains (doigts, pouce, paume, dos de la main, poignet) à l’eau savonneuse après tout contact à l’extérieur.

Si ces personnes âgées vivent seules ou en couple et sont valides, le mieux est qu’elles restent strictement confinées à l’écart de leur entourage qui peut leur apporter tous les moyens de subsistance en les livrant de préférence sur le pas de la porte de leur habitation.

Si les personnes âgées vivent en famille, c’est aux autres membres d’observer scrupuleusement le confinement, en déléguant si possible à une seule et même personne le soin de faire toutes les courses nécessaires durant cette période, cette dernière acceptant alors  de se mettre le plus possible en semi-confinement à l’égard du reste de la famille.

Bibliographie : article médicaux du Dr Moussayer khadija  sur les personnes âgées :

– Nutrition et personnes âgées

http://www.doctinews.com/component/content/article/39-dossier/251-nutrition-et-personnes-agees-lquand-on-avance-en-age-mieux-vivre-cest-mieux-se-nourrirr

– Troubles du sommeil des personnes âgées

https://www.doctinews.com/index.php/doctinews/dossier/item/6736-troubles-de-sommeil-des-personnes-agees

– Gériatrie et personnes âgées au Maroc

https://www.doctinews.com/index.php/doctinews/institutionnel/item/7300-geriatre-et-personnes-agees-au-maroc

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.