Home»Enseignement»Propos de supports textuels

Propos de supports textuels

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Les lignes qui suivent viennent en réponse à certaines réactions relatives au programme de la 1ère année du baccalauréat. Ces réactions souvent sont basées sur une méconnaissance méthodologique de la matière à enseigner.

Mon propos visera l’activité de lecture dans des ressources non officielles qui parfois juxtaposent un groupement de textes sans fil conducteur qui cadre le projet.

Il est à signaler que certaines références même si elles sont conformes aux Recommandations Pédagogique -désormais RP, aux niveaux du choix des extraits et les démarches méthodologiques, néanmoins, les contenus de ces références ne permettent d’atteindre les objectifs de l’E-A du fle mentionnés dans les Orientations Pédagogiques (OP):  »Perfectionnement et appropriation de la langue cible » ( MEN, 2007, OP). Le préexistent fait disparaître la notion de la participation de l’élève à la construction des sens et réduit ainsi l’acte de lecture à une simple restitution des manière technicistes ». Ce genre d’approche omet l’existence du lecteur puisque il encadre le texte et l’enferme dans un sens unique donné avant l’acte de lecture( Tomba,2011, Les oeuvres intégrales, p.17).

Mettre à la disposition des élèves des outils de lecture explicités de manière  »techniciste »fait perdre la spécificité de l’activité de lecture; il réduit cette activité même à un simple exercice mécanique sans aucune valeur formatrice. Il ne peut s’impliquer dans l’acte de lire puisque la réception du texte peut se Faire machinalement. Cette forme d’agir fait penser que l’objectif visé par ces concepteurs est loin d’être une formation de l’élève sujet-lecteur, mais juste une astuce pour que l’apprenant puisse répondre aux questions de compréhension le jour de l’examen.

Le métalangage occupe aussi une place importante dans le processus E/A du fle. Les concepteurs de fes références accordent une grande importance à la présentation des mots savants et des définitions moins sereines que ces mots. L’acte de lire se limite alors à seulement à un repérage systématique des procédés stylistiques et métalinguistiques: niveau de langue, registres focalisations, ….

Pour nous, la lecture n’est plus une consommation passive, elle est découverte, invention. Le sens du texte n’est pas univoque mais pluriel comme disait Horellou et al., dans Sociologie de la lecture à la page 104. L’oeuvre littéraire permet de véhiculer des valeurs civilisation elles, esthétique, morales…de faire acquérir à l’apprenant les codes linguistiques et d’approfondir les compétences d’analyse, d’interprétation et de critique.

Le recours à ces références est légitime aux yeux de certains professeurs pour y puiser des informations. Or, cela réduit cet usage à un cours d’histoire et des idées littéraires.

Le développement des compétences électorales est lié à une démarche didactico-pédagogique adopté par l’enseignant. Toute innovation exige la rupture avec l’esprit de  »recettes ». Mener une pratique enseignante réfléchie et creative nécessité donc de mettre fin à l’applicationnisme réducteur mais surtout aveugle qui vise plutôt un gain matériel que développement humain.

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.