Home»Correspondants»La graisse nous protège des infections

La graisse nous protège des infections

8
Shares
PinterestGoogle+
 
On soupçonne depuis un certain temps que la graisse aurait une activité de protection sans que  son rôle n’ait été  clairement défini.  Des chercheurs de l’Université de Californie ont  démontré  que les cellules graisseuses sous la peau (les adipocytes) aident à nous défendre des infections par la production de substances anti-microbiennesR LE MÊME THÈME

La défense de l’organisme contre les infections  est un processus complexe, impliquant  une grande variété de cellules. Ainsi, lorsque la barrière de la peau est lésée, la responsabilité de cette  protection  en revient en particulier aux cellules sanguines (comme les neutrophiles ou les monocytes).  Mais avant que ces cellules immunitaires arrivent jusqu’au site d’infection, l’organisme a besoin d’une réponse encore plus immédiate pour contrecarrer la multiplication de pathogènes (bactéries, virus…) qui nous attaquent.

Des chercheurs de l’Université de Californie se sont intéressés plus précisément au staphylocoque doré, une bactérie commune, cause majeure d’infection de la peau et des tissus mous, dont l’émergence de formes résistantes aux antibiotiques est un problème de santé publique à travers le monde. Ce staphylocoque doré est responsable d’intoxications alimentaires, d’infections localisées suppurées et, dans certains cas extrêmes, d’infections potentiellement mortelles. Les chercheurs avaient  observé antérieurement sa présence  dans la couche des cellules graisseuses et se demandaient si cette couche pouvait avoir un rôle actif dans la protection contre l’infection

Deux groupes de souris ont alors été exposés au staphylocoque doré : d’un côté, des rongeurs ne fabricant pas d’adipocytes, de l’autre, des spécimens dont les cellules adipeuses n’expriment pas assez de substances antimicrobiennes. Dans les deux cas, les animaux ont souffert  d’infections plus fréquentes et plus sévères, ce qui a confirmé le rôle de protection immunitaire de ces cellules.

A travers ces expériences chez la souris et l’être humain, l’équipe américaine a mis en évidence le rôle clé des cellules graisseuses, les adipocytes,  dans la production de matières  antimicrobiennes spécifiques, à savoir de peptides antimicrobiens (AMP) et plus particulièrement de la cathélicidine (CAMP). Rappelons que l’ensemble de ces peptides antimicrobiennes (lysosyme, psoriasine, Béta-Défensine et Cathélicicidine) est émis également par les cellules de la peau (Kératinocytes).

 

Par ailleurs, on a observé  que les niveaux de cathélicidine (CAMP) dans le sang étaient plus élevés chez les sujets obèses. Trop de cathélicidine, peut provoquer une réponse inflammatoire inadaptée. C’est donc une épée à double tranchant : un peu de cathélicidine nous protège, trop  provoque une inflammation.   Les résultats de cette étude devrait en tout cas nous aider  à mieux comprendre les maladies auto-immunes ou inflammatoires, comme le lupus, le psoriasis ou la rosacée.

Dr MOUSSAYER KHADIJA    الدكتورة خديجة موسيار

 

اختصاصية في الأمراض الباطنية و أمراض  الشيخوخة

Spécialiste en médecine interne et en Gériatrie

Présidente de l’association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS)

رئيسة الجمعية المغربية لأمراض المناعة الذاتية و والجهازية

Vice-présidente de l’association marocaine des intolérants et allergiques au gluten (AMIAG)

Secrétaire générale de l’association des médecins internistes du grand Casablanca (AMICA).

Vice-présidente de l’association marocaine de la fièvre méditerranéenne (AMFMF)

Référence de la recherche :

Ling-juan Zhang, Christian F. Guerrero-Juarez, Tissa Hata, Sagar P. Bapat, Raul Ramos, Maksim V. Plikus, Richard L. Gallo – Dermal adipocytes protect against invasive Staphylococcus aureus skin infection – Science 2 January 2015: Vol. 347 no.6217 pp. 67-71 – DOI: 10.1126/science.1260972

 PS : L’association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS)

Les objectifs d’AMMAIS, créée en 2010  à la suite d’une rencontre avec un groupe de  marocaines atteintes de la maladie de Gougerot, sont d’informer et sensibiliser grand public et médias sur les maladies auto-immunes en tant que catégorie globale afin que le diagnostic soit plus précoce, d’aider à leur meilleure prise en charge et de promouvoir la recherche et les études sur elles.

Elle organise régulièrement pour ce faire des manifestations comme la journée de l’auto-immunité,  la rencontre  sur le syndrome sec et la maladie de Gougerot-Sjögren… ou encore des rencontre clinico-biologique avec l’association marocaine de Biologie Médicale (AMBM).

Elle se donne par ailleurs pour but de contribuer à la création par les malades eux-mêmes d’associations spécifiques comme l’association marocaine des intolérants au gluten (AMIAG) et l’association marocaine de la fièvre méditerranéenne familiale (AMFM). Elle a par ailleurs des liens étroits avec l’association française des intolérants au gluten (AFDIAG), l’association française du Gougerot Sjögren et des Syndromes Secs (AFGS) et l’association américaine des maladies auto-immune, American Autoimmune Related Diseases Association (AARDA).

Son bureau est composé notamment de : Khadija Moussayer, Présidente, Mme Aziza Djedidi, Vice-présidente, Soufia khoufacha, Secrétaire générale  et Madiha Esseffah, Trésorière,

Bibliographie sur les maladies auto-immunes :

Moussayer K .- Maladies auto-immunes : Quand le corps s’attaque à lui-même (Doctinews)

http://www.doctinews.com/index.php/dossier/item/551-maladies-auto-immunes

Moussayer K .- Syndrome sec et Gougerot-Sjögren : Entre un mal frequent et une maladie au coeur de l’auto-immunité

http://www.doctinews.com/index.php/dossier/item/560-syndrome-sec-et-gougerot-sj%C3%B6gren

Moussayer K .- Biothérapies : La révolution des traitements ciblés issus du vivant

http://www.doctinews.com/index.php/dossier/item/2461-bioth%C3%A9rapies

Moussayer K .- La barrière intestinale et ses pathologies :  Du microbiote au leaky gut syndrome

http://www.doctinews.com/index.php/dossier/item/3445-la-barri%C3%A8re-intestinale-et-ses-pathologies

Moussayer K .- Le lupus :  encore des zones d’ombre

http://www.doctinews.com/index.php/actualites-generale/item/2585-lupus

 

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

1 Comment

  1. C est intéressant!
    11/12/2016 at 23:58

    C est pourquoi les personnes qui ont la peau sèche vieillissent plus tôt que celles dont la peau est grasse.

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.