Home»Débats»L’AFFAIRE MOULAY BOUAZZA, UN EXEMPLE DE L’UTOPIE RÉVOLUTIONNAIRE :

L’AFFAIRE MOULAY BOUAZZA, UN EXEMPLE DE L’UTOPIE RÉVOLUTIONNAIRE :

0
Shares
PinterestGoogle+
 

L’AFFAIRE MOULAY BOUAZZA,

UN EXEMPLE DE L’UTOPIE RÉVOLUTIONNAIRE :

L’affaire Mly Bouazza remonte à trente neuf ans. Elle a été l’un des épisodes marquants dans le règne de Hassan II. Conçue comme une vaste insurrection armée, qui devrait en quelque sorte rééditer les événements du Rif, en 1959, elle a, cependant, fait long feu au plan tactique, à cause d’un déclenchement mal coordonné, et s’est, finalement, soldée par quelques pertes humaines sur le terrain opérationnel et, par la suite, au plan pénal par des peines graves dont certaines capitales. De temps à autre, la Presse en reparle pour une occasion ou une autre. Le journal Al Ousboue est revenu, pour la énième fois, sur le sujet dans son numéro du 22/3/2012. M. Mohamed Bennouna, le fils d’un des principaux acteurs de la cabale, lui a consacré le livre ‘ Héros sans gloire’. N’ayant pas eu l’occasion de lire cet ouvrage, j’ignore s’il contient ou non les informations dont je fais état ci-après, et que nul écrit, à mon avis, n’a soulevées jusqu’à présent. Je commandais, à l’époque, la Compagnie de la Gendarmerie royale de Beni-Mellal.

Dans la nuit du 2 au 3 mars 1973, je me trouvais, en compagnie  des autorités et notabilités locales, à Azilal où le Gouverneur présidait aux festivités traditionnelles à l’occasion de la fête du Trône. À l’extérieur l’assistance s’évaluait à quelques deux mille personnes. Quelque peu au-delà de minuit, je reçus, par radio, la nouvelle de l’attaque contre l’Annexe de Mly Bouazza, et l’ordre de m’y rendre de toute urgence avec les éléments dont je pouvais disposer à ce moment. Cette localité ne relevait pas de mon ressort mais du Commandement limitrophe de Khouribga. J’y ai trouvé d’autres collègues qui y avaient rappliqué, eux aussi, sur ordre. Le déplacement dura pratiquement le temps d’un aller-retour, juste pour recevoir, de vive voix, un premier briefing de la part des officiers supérieurs qui y ont débarqué, en provenance de la Capitale. Ils n’avaient encore, à ce moment, aucune idée précise sur les tenants et aboutissants de l’attaque ; et a priori ils ne lui suspectaient aucun aspect politique, parce que la localité ne connaissait aucun fait, hors de la vie quotidienne routinière, qui eût pu l’élever subitement à un rang stratégique.

Donc la première réaction officielle tendait, cette nuit-là, surtout à animer  un esprit de vigilance et de collaboration dans un cadre classique d’investigations judiciaires enclenchées habituellement en pareille circonstance. Ce n’est que quelques jours après qu’il apparut que le centre de gravité de l’affaire se situait à des centaines de kilomètres plus au sud, précisément à Rachidia où ont été signalés des individus suspectés de venir de l’Algérie.  Certains d’entre eux purent repasser la frontière aussitôt l’alerte donnée ; d’autres pris au dépourvu par le déploiement sécuritaire ont, plutôt, préféré fuir en direction d’Imilchine, avant de se disloquer et de s’évanouir dans l’Atlas. Une vaste opération de bouclage de la zone fut entreprise par les forces de l’ordre. Des ratissages,  perquisitions, barrages, enquêtes et autres mesures allaient y ponctuer la vie durant cinq mois. À la suite de quoi, au cours d’un des interrogatoires auxquels j’avais procédé, deux subversifs me firent une révélation qui éclaira les dessous de l’attaque de Mly Bouazza. Cette dernière n’était pas un acte isolé et avait, en fait, constitué une sorte de grain de sable qui avait fait capoter un scénario d’enfer visant à embraser, dans la nuit du 2 au 3 mars, tout le polygone territorial compris entre Rachidia,  Ouarzazate, Tinghir, Demnat et Mly Bouazza. À minuit précise des postes administratifs de toutes natures devraient sauter, simultanément, dans cinquante localités, parmi elles Azilal.

La stratégie consistait à provoquer une panique au niveau du Pouvoir qui réagirait par l’envoi massif de troupes dans la zone concernée. Cette perspective devrait occuper le gros de l’Armée en montagne,  entraîner, du fait, un allègement des effectifs militaires en garnison dans les villes, et augmenter les chances de réussite du deuxième acte de la stratégie, celui d’une subversion urbaine dont les réseaux avaient été, préalablement, mis en place dans les principales villes et n’attendaient que le déclenchement du signal pour passer à une série d’ exécutions physiques et actes de sabotage de diverses natures, dont certains contre des lieux regroupant généralement de grandes foules tels que les cinémas et théâtres. Ainsi, le Pouvoir se serait trouvé confronté à une double subversion qu’il aurait eu des difficultés à maîtriser. Celle-ci aurait, du coup, encouragé le peuple à se soulever.

Quarante neuf cellules reçurent, dans la journée du 2 mars, l’ordre de reporter l’attaque d’une semaine, exactement au dix du même mois ; sauf celle en charge de Mly Bouazza qui, pour une quelconque raison, n’avait pu être contactée à temps et s’en était tenue au plan initial. En agissant, donc, seule, elle a limité les dégâts et causé l’échec d’une opération qui devrait être autrement meurtrière. Les villes ne se sont pas soulevées, la population rurale s’est solidarisée avec l’Etat, en collaborant sérieusement à la traque des fugitifs et à leur encerclement dans plusieurs cas, et l’Armée a utilisé la tactique de la contre guérilla, en privilégiant l’emploi de petites unités, dites ‘ chocs’, d’une cinquantaine d’hommes chacune, mieux manoeuvrables en l’occurrence.  Bon nombre de subversifs impliqués avaient émigré auparavant à cause des difficultés d’existence ou en raison d’injustices, vexations et exactions dont ils avaient souffert de la part des autorités administratives. Les circonstances des uns et des autres ont fait qu’ils s’étaient retrouvés, en fin de pérégrination à travers l’Algérie et la Libye, en Syrie dans les rangs palestiniens, et impliqués, plus tard, dans les sanglants évènements de Septembre noir, contre le régime jordanien.

La débandade qui s’en est suivie eut sur eux un effet traumatisant et va faire d’eux les précurseurs des ‘Afghans arabes’. Ils savaient qu’en raison de la similitude des régimes marocain et jordanien, ils étaient condamnés d’avance à devenir des parias s’ils s’aventuraient à revenir au pays. Moins d’un an plus tard, le monarque Hachémite faisait spécialement le voyage Amman-Rabat pour conforter son cousin après le coup de Skhirat, et assister à l’exécution des conjurés. À l’étranger, il ne s’offrait dès lors pour eux que le statut d’apatrides. Fquih Basri et son ‘Organisation’ se trouvaient sur leur passage tant à l’aller qu’au retour. Ils tenaient, là, l’occasion psychologique et le potentiel humain dont ils ne pouvaient rêver pour leur entreprise. Ils croyaient, ou faisaient croire, que le régime marocain était populairement honni et militairement chancelant, traversé par une méfiance entre le Roi et l’Armée depuis qu’à la suite des deux tentatives de putshs de Medbouh et Oufkir, Hassan II avait fait stocker les munitions des FAR sous la supervision du Ministère de l’Intérieur et de la Gendarmerie. Pure utopie révolutionnaire qui faillit déboucher sur une tragédie nationale. Elle a, surtout, braqué à mort le Pouvoir contre l’Opposition,  lui a permis de laminer celle-ci sur vingt ans et plomber, un peu plus, sur la même période, la vie nationale.

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.