Home»Débats»Faut – il Légalise Le Cannabis a des fins médicales Au Maroc

Faut – il Légalise Le Cannabis a des fins médicales Au Maroc

5
Shares
PinterestGoogle+
 

Faut – il Légalise Le Cannabis

 a des fins médicales Au Maroc

 El Bekkay Didi, Le 18/03/2019

   Depuis  ces derniers années certains pays du monde discutent  beaucoup sur L’usage médical du cannabis afin de soulager les souffrances dues à des maladies graves, Le cannabis médical est utilisé pour traiter les crises aiguës d’épilepsie, l’asthme les troubles du sommeil. Dans le monde un nombre croissant de pays d’Europe, d’Amérique du nord, d’Amérique  latine et en Afrique commencent à adopter l’approche qui privilégie la prévention et le traitement plutôt que la répression.

    En novembre 2012, les États du Colorado et de Washington sont devenus les deux premiers États américains à légaliser la possession du cannabis  à des fins personnelles

    Fin 2013L’Uruguay décide de légaliser le cannabis Production, distribution, consommation, le cannabis est aussi présent en pharmacie.

    En 2018  le Canada est devenu la deuxième nation au monde après l’Uruguay à légaliser le cannabis récréatif.

    Certains pays européens ont adopté une nouvelle approche en terme de politique anti drogue : Depuis 2012, les Suisses ne sont plus poursuivis pénalement s’ils possèdent au maximum 10 g de cannabis.

    Les Pays-Bas légalise la consommation du cannabis distribution, consommation ; il le considére moins dangereuses.

     Dans le système portugais, le toxicomane est considéré comme un malade, non pas comme un criminel. C’est au tour du Zimbabwe de légaliser la production sur son territoire  de cannabis à des fins médicinales et scientifiques.

Le cannabis thérapeutique

   Au-delà de la légalisation et de la dépénalisation du cannabis pour un usage récréatif, De nombreux pays ont commencé à autoriser la consommation de cannabis  à des fins thérapeutiques, suite a des études  qui ont en effet pu démontrer que le cannabis avait des vertus thérapeutiques.

Car il contient deux composantes sont à l’origine du traitement médical à savoir :

    Le THC( tétrahydrocannabinol) est la principale substance responsable des effets pharmacologiques du cannabis chez l’homme. C’est le principe actif contenu dans le cannabis et ses différents composés.

      Le CBD, pour cannabidiol, est une des 113 molécules cannabinoïdes présent dans le cannabis. Cet élément chimique permet de stimuler l’anandamide , un neurotransmetteur présent dans le cerveau. Ainsi la consommation de CBD augmente le sentiment de bien-être, encourage la relaxation et favorise le sommeil. Toutefois à la différence du THC (tétrahydrocannabinol), le cannabidiol a un effet psycho-actif très léger, voir quasiment nul.

     C’est pourquoi certains pays ont fait le choix d’autoriser les malades à en consommer, dans une certaine mesure et sous certaines conditions bien évidemment.

Voici la liste de ces pays : Autriche, Belgique, Croatie, République Tchèque, Danemark, Finlande, Allemagne, France, Irlande, Israël, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Porto Rico, Roumanie, Rwanda, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède, Royaume-Uni, Etats-Unis, Norvège.

      En France, le cannabis médicinal est autorisé par l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé depuis 1999. Attention toutefois, cela doit faire l’objet d’une Autorisation Temporaire d’Utilisation (ATU). En outre, cette autorisation est nominative.

     Tout cela n’est-il pas, en fin de compte, une question d’enjeux et d’intérêts économiques ?

 

     Dans ce contexte, il est légitime de poser les questionnements suivants : ou on est le Maroc? Quel impact pour la légalisation du cannabis ?

    La loi pénale marocaine interdit la  production, la consommation  et la vente du cannabis, les fumeurs de joints risquent de 2 mois à un 1 an de prison, concernant la consommation de cannabis  à des fins thérapeutiques on constat un manque totale sur la légalisation marocain.

     suite a l’a adoption par référendum de la nouvelle constitution 2011 qui a consacré une place aux droit et libertés individuelles dans son préambule un débat  énoncé par la société civile universitaires, militant de droits de l’homme qui défendre l’idée de légaliser le cannabis pour usage thérapeutique et industriel.

Le cannabis dans le débat de la politique nationale.

 

    Pour la légalisation du cannabis a des fins thérapeutique et industriel, on peut voir avec intérêt le discourt et les propositions formulés par deux partis politiques marocaine : le parti  anthécité et modernité  et le parti de l’Istiqlal qui  a formulé un projet de loi sur la légalisation et l’exploitation du cannabis à des fins médicales et industrielles, médicaments, cosmétiques, etc… Avec création d’une agence étatique qui devra se charger de contrôler l’exploitation de la plante, sa commercialisation et son usage final. Les initiateurs de cette doctrine de légalisation de cannabis ont été étouffé avant  tout  Débat.

 

L’économie du cannabis

     Selon la commission nationale de lutte contre les stupéfiants le Maroc a produit l’année dernière plus de 700 tonne du cannabis dans une superficie de 50 mille hectares.

       L’économie du cannabis suscite l’intérêt de multiples acteurs : elle est devenue un sujet de débat dans les médias, au parlement, au sein des partis politiques et dans la société civile.

 

Eradiquer le trafic

    Légaliser, c’est couper l’herbe sous les pieds des mafias, renflouer les caisses de l’Etat, et maîtriser la consommation. Aujourd’hui, le cannabis est disponible à tous les coins de rue. Les seuls à en profiter, ce sont les dealers. Même ceux qui le cultivent à leurs risques gagnent à peine leur vie. Alors à qui profite l’interdiction ? Pourquoi se cramponne-t-on à cette hypocrisie sociale quelque soit le sujet ?

Légaliser pourquoi pas?

      Même s’il n’est pas légal, le cannabis est «toléré». Il génère des milliards de chiffre d’affaires chaque année et fait vivre des familles au nord du pays. Donc en quelque sorte, il est presque légal. Si l’Etat décide de le réglementer, ça lui permettrait de renflouer ses caisses et peut être aussi d’orienter l’activité vers une utilisation médicale et vers des réseaux formels. Je pense que ça vaut le coup d’y réfléchir en tout cas.

    On assiste, aujourd’hui, dans le monde à la remise en question du consensus prohibitionniste pour l’usage du cannabis et l’exploitation de celle –ci  dans le cadre d’une économie alternative dans les régions où il y a les champs de cannabis.

    Donc dans ce monde  actuelle ou chaque pays cherche son intérêt économique, Il faut ouvrir un débat national sur ce sujet et répondre avec courage a des questions sur l’utilisation du cannabis a des fins thérapeutique et industriel  qui devant figurer dans les programmes des parti politiques et de l’agenda des prochaines élections. En France le président Macron a énoncé dans son programme électorale de remplacer l’incarcération pour les consommateurs du cannabis par une a augmenté  de l’amande.

   Au Maroc on va attendre le feu vert des pays européenes pour y pensé.

                           El Bekkay Didi

                    Etudiant Chercheur En Géopolitique

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.