Home»National»Le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la Désertification organise un atelier sur l’aquaculture en cage

Le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la Désertification organise un atelier sur l’aquaculture en cage

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la Désertification organise un atelier sur l’aquaculture en cage au niveau de la retenue du barrage Ahmed EL Hansali

Le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification a organisé mercredi 10 avril 2018 dernier, un atelier sur l’aquaculture en cage au niveau de la retenue du barrage Ahmed El Hansali.
Initié dans le cadre de la mise en œuvre du plan de développement de l’aquaculture continentale au niveau de la région Béni Mellal Khénifra en partenariat avec la GIZ (Coopération Allemande au Développement) ; cet atelier a pour objectif de présenter les résultats de la mise en place du modèle intégré pour le développement de l’aquaculture continentale au niveau de la région de Béni Mellal Khénifra au profit des coopératives locales conçu par le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification, avec l’appui de la Coopération Allemande au Développement – GIZ, dans le cadre du projet « Tourisme Durable ».
Ce modèle qui s’inscrit dans les orientations stratégiques du plan décennal 2015/2024 ; permet de structurer des chaines de valeur aquacoles durables et profitables au bénéfice des populations locales depuis la production d’alevins jusqu’à la commercialisation des poissons.
Ainsi donc, au niveau des retenues de barrage de la région de Béni Mellal Khénifra, la mise en œuvre dudit modèle s’articule autour des composantes suivantes :
– le développement d’une aquaculture verte dans des cages flottantes à petite échelle et ciblant des espèces à faible niveau trophique (des espèces de poissons omnivores et herbivores tels que le Tilapia et la Carpe) ;
– Un programme annuel de repeuplement par des espèces de poissons, sentinelles écologiques, qui permettent d’anticiper sur l’état de santé des écosystèmes aquatiques, de maintenir la biodiversité aquatique, d’améliorer la qualité des eaux par la lutte contre l’eutrophisation et d’éliminer les vecteurs de maladies liées aux eaux stagnantes.
– Un commerce équitable en appuyant les coopératives locales à maitriser les circuits de commercialisation de leurs produits piscicoles pour une meilleure création de valeur ;
– Un programme de renforcement de capacités techniques et managériales des coopératives (formation, équipement..) pour accroitre leur résilience, autonomie et leur rentabilité ;
– Appui pour le montage de produits touristiques : Il s’agit de permettre la création d’un échange entre les touristes et la population locale en proposant des produits liés au poisson (pêche sportive No Kill, restauration des produits de la pêche, accompagnement et guidage touristique..).
Selon ses initiateurs ; ce modèle donne une priorité particulière à la lutte contre la pauvreté, au développement d’activités nourricières profitables directement aux populations rurales, au renforcement de la productivité piscicole et au maintien de la biodiversité aquacole.
Parallèlement, une cérémonie de remise de matériels d’aquaculture au profit de cinq coopératives locales (cages flottantes, barques, des équipements aquacoles,..) a été organisée en marge de l’atelier.
A noter aussi que ces actions font partie du programme de développement de la pêche et l’aquaculture continentale au niveau de la région Béni Mellal Khénifra. Les résultats attendus de sa mise en œuvre est d’augmenter la production piscicole dans la région, actuellement de 750 tonnes à 3000 tonnes à l’horizon 2020. Ce qui permettra de mobiliser une valeur ajoutée liée à la commercialisation des produits piscicoles estimée à 45 millions de dirhams au profit des populations locales.
En termes d’emplois, ledit programme permettra de créer plus de 1200 emplois directs en plus des activités parallèles (fabrication de barques, confection de filets et des cages, commercialisation des captures….).
Les résultats attendus de la mise en œuvre du plan stratégique du décennal 2015/2024 est d’augmenter la production piscicole à l’échelle nationale à 50.000 tonnes à l’horizon 2024 destinés à l’approvisionnement des populations locales et de créer plus de 15 000 emplois supplémentaires liés à l’activité de la pêche et de l’aquaculture dans les zones rurales et de montagne.

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.