Home»International»CONTE DE NOEL POUR ADULTES : LA PAONNE ET LE MACAQUE

CONTE DE NOEL POUR ADULTES : LA PAONNE ET LE MACAQUE

1
Shares
PinterestGoogle+
 

 CONTE DE NOËL : LA PAONNE ET LE MACAQUE

Je suis bien fait, j’ai la jeunesse, l’argent et la beauté. Qui plus est pour ma renaissance, je suis devenu le président des States. Les chefs des autres pays se couchent à mon ombre qui ne rechigne pas à les aimer et protéger, sous la bannière étoilée, des États-Unis. Selon Mme Laudy Student, on n’a qu’une seule vie. Si Donald a la chance de la parfaire, c’est OK pour lui.

Moi, Bassou, ancien berger et soldat, métis culturel et brun de peau, je vais vous conter mon histoire. Je suis un résistant de la deuxième guerre mondiale, des batailles de l’âge et des autres combats contre les maladies. Je suis différend de ce super blond, qui a fait la foire avant de se hisser à la Maison Blanche. Casablanca ! Mais je n’ai rien contre lui ! Autant qu’un singe macaque des forêts d’Itzer serait jaloux d’un orang-outan, roi des forêts de la lointaine Bornéo. J’ai ma philosophie, même  si je n’ai pas étudié comme lui et je vais vous la conter, comme vœux de bonne année.

Il connait le paradis sur terre, d’autres sans trop y croire, en vivent l’enfer. Ce n’est pas si mal pour les arrivistes comme lui. Pour ma part, je suis né sans en comprendre le but ni le pari. J’ai vécu dans la foule sous-développée, en parfait inconnu, à peine si je me reconnais. Un point Encore que je ne sois pas tout à fait maître de moi-même, de mes pulsions et de mes envies. Ce corps que je dirige mal et qui m’a été attribué, ici, là, dans ce pays; répond mal à mes souhaits. A ma place  vous auriez aimé être comme lui. N’est-ce pas ? Moi, j’éloigne de mon ego cette envie et cette possibilité.

Victime des cataclysmes, des tempêtes et des tsunamis, épuisé comme les siens par la fuite devant les maladies; haï et pourchassé, l’émigré dort dans l’oubli de soi, loin du campement, isolé. Il rêve qu’il est une feuille tombée d’un arbre, un cèdre, chassé par les vents de sa forêt. Il gît. Il grelotte. Il se réveille au son du clairon. Un brin de conscience lui revient. Le perdu, un molosse amaigri, insensible, affaibli et rabougri, ne tient que par deux doigts à la vie. Le voilà, déçu à l’emporte-pièce, engagé dans l’armée, parmi ses fantassins étrangers.  Esclave échappé, mercenaire à deux sous, ou goumier.

Par réflexe inné, d’où le tire-t-il donc ? Tel un soldat courageux, ce qu’il est advenu, intrépide et têtu, il se rappelle ses compagnes vitales et se souvient de sa campagne natale. Lui qui allait si près des lignes et des campements ennemis. Il titube, il tombe, aplati entre ses cuisses endolories. Vit-il encore ? Peut-il encore agir et réussir quelque combat corps à corps ? Peut-on compter dessus ? Non, plus jamais pense-t-il intérieurement. Il doit reprendre des forces, afin de se mettre debout, des médicaments et manger !

Il dort encore malgré la trompette. Oui, il est malade, il est aux arrières, un moment de répit-maladie, avant de se lever. De se recharger, comme disait Mme Paonne son infirmière gaouriya. Ah s’il pouvait la prendre comme femme et se sauver avec elle de ce guêpier, ce front de guerre face au trépas ! Non ce serait un crime de lâcheté ! Une fois rattrapés, c’est le peloton d’exécution. On le passera par les armes pour haute trahison, sans autre procès.

Inquiet du réveil, au milieu du bruit, des bombes et des ennemis. Le soldat Bassou est fini. Le novice extrait du douar rural, berbère de surcroît ou à moitié, il le croit du moins, est un mulâtre aux yeux verts qui en est bien fier. Il ne comprend rien chez ces héros de la guerre, la mondiale de première ! Ni chez les adorateurs d’Eros qu’il est venu défendre. Encore moins en en mystique, en lecture, en culture ou en philosophie. Pourtant, Bassou est l’archétype archaïque de l’inculture. Il est une définition de la béatitude simplifiée. Il est la sagesse innée. Unique reliquat de la civilisation fossile qui l’a formaté et stratifié. C’est un être simple, good, agharas agharas !

L’instruction, laissez-la aux instituteurs et à leur fils des missions. Ils iront se parfaire dans les capitales d’Europe. Pour revenir aux affaires de leurs pères ou pour rester et demeurer français, ou espagnols, avec leurs souvent belles et tendres moitiés. Bassou, c’est hic et nunc, il est du genre  casanier, féru du j’y suis j’y reste.

Lui, Bassou, il ne parle pas, même s’il agit comme il peut ou comme il se le doit dans cette nouvelle vie. Il baragouine seulement, en fauve, en rustre et en dialectal ce qu’il sent en berbère. Il perçoit surtout, tout ce qui bouge, tout ce qui chante et qui danse, autour de lui. Il voit la taille et les courbes, qui l’invitent. Ce sont les seules faiblesses qu’il se connaisse. Mais là, il est ici pour combattre et non pour s’exciter ou fantasmer ! Lui qui a laissé, femmes du terroir et terres en jachère, à l’appel du drapeau français !

Il en a le souvenir et il tremble de terreur pour se retrouver à philosopher, avec les bribes de culture qu’il a pu engranger. Les moutons qui se sautent, l’herbe, les cambrures érotiques des montagnes beiges et des nuages roses qui passent avant les étoiles, là au-dessus des berges des ravins. Le monde, la vie, Dieu ! Il se secoue tout seul, il tremble. L’épidémie reprend les vits. Elle touche les mâles, les premiers volontaires à s’engager. Les laboureurs, les pâtres des clairières, les bergers des monts et des herbeuses et humides prairies.

Nombreux sont ces mâles qui tombent ou explosent, là si près de lui. Miracle pour ce coriace d’entre les boujadis ! Nombreux sont ceux qui comme lui, tremblent sous le déluge du froid et des pleurs retenus. Beaucoup sont de juvéniles adolescents, obligés par le caïd à prendre les armes pour sauver le protectorat français. Sa belle-mère, sa marâtre est une européenne, c’est l’armée. On le lui a dit on le lui a répété à vomir ou s’enivrer.

Il a été sur plusieurs fronts européens pour défendre la liberté des maîtres ! Dont celles des femmes gouverneures des enfants du Sultan de cet empire. Les préceptrices des princes, comme cette Mme Student, la nièce du futur maréchal Lyautey.

Lui, si majestueux quand il est debout avec son tarbouche rouge, son fez, ou son totémique watani, de beige ou de gris fendu, n’a de volonté que celle que lui inspire son sérail. Brimé qu’il est sous les décrets édictés qu’il doit signer. Mécontent, il est parfois rebelle aux exigences hautaines des chefs des colons. Le vrai précepteur de la monarchie est le Résident Général qui représente la Métropole. A la monogamie des mariages forcés, on ne peut pas échapper. Le sultan des maures a les mains tristement enchainées par ce mariage forcé.

Depuis les accords d’Anfa signés de commun avec les généraux des pays alliés, face à l’envahisseur allemand, il attend du destin des jours plus brillants : la libération, l’autonomie sans partage, l’indépendance de son pays.

Le roi Bassou, lui, le sait. Il est dans la tête du soldat qui rampe dans le labyrinthe boueux des tranchées, en tentant d’échapper aux tirs nourris de l’ennemi. Bassou est un loup solitaire, prisonnier du duel impérialiste qui se fait la guerre et des compromis qui s’agitent entre sa tête, son organe et ses pieds. Il fait froid dehors et en lui aussi.

Des  querelles torpides se réveillent à l’agitent de l’intérieur. Il mène deux combats. Le front et la queue…Il n’est pas timide le grand. Il ne sait rien cacher. C’est ce qui fait son charme dans son douar natal.

Mais là, il est sur le front de guerre, en France, au Nord. Il voit le carnage de ses propres yeux. Le froid et les peurs, les pleurs et les cris étouffés. Le sang se répand en en torrents délavés. La rage comme la honte bouillonnent en lui. La neige tombe comme un rideau de cinéma est-ce la défaite, la mort en cette nuit de Noël qui ne connait pas de répit. Qui sortira vainqueur de la guerre nul ne le sait. La vivra-t-il en vainqueur pour rentrer chez lui ? Le silence luit. La neige étend son blanc linceul dans l’accalmie. Pléonasme chéri ! Sous son manteau frigide, les soldats ennemis sont rassemblés et réunis. Bassou étouffe. Il délire si près de l’apoplexie. Il pense au dernier repas pris avec sa lubie.

Replié, Bassou le soldat est blotti en lui-même, les mains entre les jambes, un embryon il semble en mal de chaleur utérine. Dans un dernier effort, il tente de secouer la cape de neige qui le recouvre. Il peine à se lever. Il titube. Il marche comme à l’envers. Il sent l’apoplexie revenir. Il se sait bien usé. Il est insensible des pieds. Il les bouge avec peine, comme des sabots de bois dans la neige. Lors de l’instruction, on lui avait parlé des armées de napoléoniennes morts par millions dans l’hiver russe. Alors il doit avancer, ne serait-ce que pour s’échauffer.

Il se sent à moitié nu, dans une vague d’oublis. Serait-ce cet Alzheimer qui viendrait le guetter ? Il est bien jeune pourtant. La paralysie est là. Il tient le fusil sur l’épaule gauche et l’arme d’entre les jambes entre les doigts de sa droite, en train de le réveiller aussi. Nari, enneî naâsse* ! Zut, le chose dort. On lui avait dit que le sexe chez l’homme est  la dernière partie à mourir du corps. Alors il masse son ultime partie pour rester plus vivant et vivace encore. Pour rester vigilent, il regarde çà et là et tout autour pour se réchauffer sans être troublé par les autres zombies. La hampe est prête à lever son drapeau et à sourdre. Il doit s’arrêter pour ne pas perdre ses ablutions. Car il prie en bon musulman qu’il demeure. Il tient à la vie et son truc de zizi marche encore.

Bassou est là, à peine visible, sous son casque rouge, pâlot et fendu. Il vient d’échapper à une balle perdue ou à un tir de sniper. Il a failli gerber sa cervelle. Le casque l’a sauvé encore une fois. Halte. Il s’arrête. On vient de sonner la trêve. La guerre est finie. Un grand ouf supplante la panique. Il est parmi les vainqueurs.

Il revient chez lui en son village, parmi les siens et son troupeau. Il va regretter l’infirmière du camp la dame Paonne qui entre-temps s’est mariée. La nation a failli faire un héros de plus. Le blessé est resté valide et fier d’avoir combattu pour la liberté parmi les alliés. Bassou est encore vivace et fier de raconter ses batailles et ses conquêtes occidentales au café maure de son village d’Itzer. Sauf qu’il est mal payé , et ça , c’est plus symbolique que ce récit .

Dr Idrissi My Ahmed,  le 25 Décembre 2016

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.