La pêche de loisir dans les eaux continentales Nationales : Un Créneau à promouvoir pour développer un tourisme Durable dans les aires protégées au Maroc


    


Dans la réglementation nationale, la pêche de loisir dans les eaux continentales est définie comme étant une activité de pêche exercée à des fins récréatives, sportives ou touristiques, dans les cours d’eau, les étangs ou autres plans d’eau naturels ou artificiels, à pieds ou avec une barque.
La pêche continentale de loisir est dite « touristique » lorsqu’elle est pratiquée par l’intermédiaire d’un organisateur de pêche touristique notamment les amodiataires du droit de pêche. Elle est dite « sportive » lorsqu’elle est pratiquée dans le cadre d’une compétition ou d’un concours de pêche. La vente des prises issues de la pêche de loisir est interdite.
Toute personne qui désire pratiquer la pêche continentale de loisir doit disposer d’un permis de pêche délivré à cet effet, soit directement par le Haut-Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification au bénéficiaire, soit par l’intermédiaire d’un amodiataire de droit de pêche et il doit respecter les dispositions légales et aussi réglementaires fixées annuellement au niveau de l’arrêté de pêche, notamment en ce qui concerne les périodes de pêche, la taille minimale des espèces, le nombre de pièces autorisées, les engins et techniques de pêche et les zones d’interdiction.
La pêche de loisir a connu une évolution significative durant ces dix dernières années grâce à la mise en œuvre du plan stratégique (2005/2014) du Haut-Commissariat qui s’articulait autour de cinq axes, à savoir :
– l’aménagement et la réhabilitation des frayères et des parcours halieutiques,
– le repeuplement des milieux aquatiques,
– l’organisation et l’encadrement des associations de pêche,
– la promotion de la pêche écologique dite « No Kill »
– La Lutte contre le braconnage,
– Le développement des programmes éducatifs portant sur l’éthique du pêcheur et à l’éducation à l’environnement au profit des écoliers.
En termes de résultats, au cours de ces dix dernières années selon les responsables de la pêche au niveau du HCEFLCD, il a été constaté une :
– Augmentation exponentielle de la production d’alevins au niveau des stations aquacoles en passant de 2,5 millions en 2005 à 14 millions d’alevins en 2014 , destinés principalement à la mise en valeur des milieux aquatiques
– Augmentation de la production piscicole de 2500 tonnes en 2005 à 15000 tonnes en 2014.
– Augmentation du nombre de pêcheurs de loisir de 900 à 3000.
– Le nombre des associations de pêche sportive a augmenté d’une manière significative en passant de quelques associations concentrées au niveau de la région du moyen Atlas à une quarantaine d’associations représentant plusieurs régions du Royaume regroupées en une fédération nationale de pêche de loisir.
– En matière d’éducation à l’environnement, la station de Ras El Ma reçoit annuellement en moyenne 20.0000 visiteurs depuis la réalisation des travaux d’aménagement et la mise en place du programme éducatif.
Le nouveau plan stratégique du Haut-Commissariat (2015/2024) a défini de nouvelles orientations stratégiques et ambitionne de rendre cette activité, en plus de sa vocation récréative et pédagogique, une activité créatrice de revenus et d’emplois notamment par la promotion du tourisme halieutique.

 

Mohammed Drihem



 

Dans le même sujetمقالات في نفس الموضوع

 

Commenter أضف تعليقك

Veuillez copier le code ci-dessous dans le cadre rouge à droite.
*



 

Big Sidebar

 

yahoo

 

Facebook + buzz

 
 

Derniers articles

Derniers articles