Home»Correspondants»Les maux de l’université : cap sur Le COSTE

Les maux de l’université : cap sur Le COSTE

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Il est connu que l’université est au cœur du développement de la société, elle est la résidence du développement de la recherche et de  la formation. Pour assurer sa mission dans le développement de la société. L’université est appelée à mettre le savoir et le savoir faire, générés dans son espace, à la disposition des partenaires socioéconomiques, et ce ci, dans le but de créer une synergie entre les différentes composantes de la société et aller à l’avant pour un développement efficient de la recherche et le développement. A fin de s’impliquer dans ce processus d’échange avec son environnement; l’Université Mohammed Premier « UMP » a déjà entrepris une série de mesures qui ont permis la mise en place des structures (centres, interfaces….) capable de créer des canaux reliant l’université à son entourage socioéconomique et culturel. Parmi les structures prises en considération, le Centre de l’Oriental des sciences et technologies de l’eau «COSTE» . Un centre qui a été mis en place  depuis 2004, une décennie  d’activités effectives. Vue la valeur de la thématique de ce centre et l’importance de sa mission, nous avons focalisé notre attention sur le COSTE, pour mettre la lumière sur cette structure qui, normalement, devrait avoir le rôle d’interface entre l’université et son environnement.
Le Centre de l’Oriental des Sciences et Technologie de l’Eau est doté d’un matériel lourd est très cher acquis dans le  cadre de la coopération de développement universitaire belgo-marocaine. Des appareils spécialisées dans
l’absorption atomique et la spécification chromatographique.
une chromatographie en phase gazeuse couplée à un spectromètre de masse, un appareillage de prospection et d’analyse unique au niveau de l’Oriental, qui fait de l’université d’Oujda le bénéficiaire de ce matériel de haute technologie.
Le COSTE est composé de quatre laboratoires : le laboratoire d’hydrologie, hydrogéologie, prospection et modélisation, le laboratoire de chimie de l’eau et le laboratoire de biologie de l’eau et d’un centre de documentation et d’un atelier.
Pour ce qui est la gestion de ce potentiel, tout ce qu’on peut dire, c’est qu’elle était un peu tortueuse, en effet, du point de vue administratif,  le COSTE, comme structure,  a été rattaché à l’Université Mohammed Premier avant d’être transféré à la Faculté des Sciences d’Oujda. Dans un espace de 10 années, seulement deux directeurs qui sont succédés à la tête de ce centre. Le premier directeur  qui n’est resté que quelques mois pour être promu à un poste supérieur, alors que le deuxième directeur qui n’a pas lâché le morceau et qui est toujours à ce poste,( est ce possible juridiquement?)
Avec toutes ces ressources, le COSTES est amené à accomplir les missions suivantes::
– les prestations de services dans le domaine de la technologie de l’eau au  profit des opérateurs socioéconomiques de la région.
– formation et recherche.
Mais qu’en est il de la mission du COSTE ?
Est ce qu’il a formé des cadres dans le domaine des sciences et technologie de l’eau?
Est ce que le centre a répondu à la demande régionale et nationale en matière de ressources humaine?
Est ce qu’on peut avancer qu’il y a eu création d’une synergie et un partenariat réel entre l’université et les acteurs de terrain dans le domaine de l’eau?
Qui a bénéficié des services de ce centre?

Des questions qui restent en suspens jusqu’à l’arrivée des agents qui ont habilité à  vérifier..

ELACHOURI Mostafa
Email: elachouripresse@gmail.com

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

1 Comment

  1. Observateur
    07/06/2014 at 16:44

    Cher Mostafa: il faut ajouter que le statut interne de ce centre est copié intégralement de la loi 10-95 ce qui reflète que les responsables de ce centre n not pas pu identifier les objectifs du CoSte et par conséquent perdre un partenaire de taille: ABHMoulouta. Aussi le profil du responsable et des membres du CoSte n a aucune relation avec l eau : chercher leur thèses !!!!!!!!!!. Cependant d autres profs qui tont jrs travaillé sur la thématique sont margenalises ( traitement des eaux usées, hydrobiologie, hydrogéologie, etc….)
    C est le moment que le Nouveau Doyen ou le président UMP devra fermer ce centre qui bouffe l argent du contribuable.

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.