Home»Régional»La Géopolitique De La Ville De Jerada : Quelle Perspective De Développement ?

La Géopolitique De La Ville De Jerada : Quelle Perspective De Développement ?

10
Shares
PinterestGoogle+
 

Cadre Géographique

La ville de jerada s’étend sur une superficie de 9300 km2 et est géographiquement située au Nord-Est du Royaume, elle est limitée par la préfecture d’Oujda-Angad au Nord, la province de Figuig au Sud, la frontière Morroco-Algérienne à l’Est et la province de Taourirt à l’Ouest. Elle fait partie de la région de l’Oriental.

Informations sur la ville de jerada

Selon le Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) de 2014

Ville : Jerada
Région : Oriental
Population : 108727 dont les ménages : 20983
Latitude : 3116667
Longitude : -2.1636111

Le taux de pauvreté est de 29,3%

Le taux de vulnérabilité et de 23%

Le taux de chômage est estimé entre 15,7% et 19 % en 2014

Le Cadre Administrative

La Province de Jerada a été créée par le décret du 24 Janvier 1994; elle est composée de 3 Communes Urbaines :Jerada, Ain Béni Mather et Touissit et 11 Communes Rurales Sidi Boubker, Tiouli, Ras Asfour, Guenfouda, Laouinate, Gafait, Labkhata, Béni Mathar, Mrija, Ouled Rhziel et Ouled Sidi Abdelhakem.

L’histoire de la province de jerada

La ville de Jerada est liée à la découverte du bassin houiller de Jerada en janvier 1927 par J. Horry le premier géologue qui a signalé la présence de houilles à Jerada.

La ville de Touissit par des prospecteurs de l’Asturienne Belges qui découvraient les affleurements de minerais du Plomb et du Zinc à Touissit en 1906 et la création des deux petites exploitations qui furent lancées en 1927 et 1938.

La ville de Boubker dite Zellidja remonte aux années 1925 lors de la découverte du minerai par Jean Walter architecte de renommée mondiale et pionnier industriel .

Durant le protectorat, les agglomérations voyaient le jour autour des mines pour assurer l’approvisionnement des métropoles. Mais chaque ville a son histoire. Dans le passé.

La fermeture de la mine, avec un arrêt définitif d’extraction des minerais de Jerada et de Touissit entre 1998et 2001, ce qui a engendré une grande masse d’exode rural. Ainsi l’immigration de sa population certains vers l’Europe, et d’autres vers les grandes villes de l’Oriental ou leurs villes natales dans le Royaume.

L’héritage Minier Et La Recherche D’une Nouvelle Approche Axée Sur

Le Développement.

L’économie minière enclavée est un héritage colonial que les nationalisations postindépendance par la création de nouvelles entreprises minières publiques n’ont pas réussi à développer le secteur et le faire sortir de cette économie enclave, parce qu’aucune réforme n’est envisagé par l’état qui a laisse les titres de propriété et l’exploitation des mines entre les mains des entreprises, la plupart des minéraux sont exportés à l’état brut et utilise pour l’industrie locale comme le charbon de jerada est utilise par le centrale thermique.

Apres des mouvements ouvrières; Le gouvernement Marocaine pour des raisons sécuritaires a décide de ferme la mine de jerada et d’indemnises les ouvriers sans avoir une vision ou une approche pour développer le secteur des miniers et au même temps la ville qui n’a bénéficie d’aucune opportunité de développements pendant sa gloire, L’accord économique conclue entre les représentants de l’état et les syndicats n’a jamais vue le jour. Donc La problématique de sa reconversion socio-économique s’est fortement posée après la soudaine fermeture de la mine.

La demande en produits miniers a connu une monté depuis le début de la présente décennie et touche de nombreux métaux, en particulier l’aluminium, le cuivre, le zinc, le plomb, le nickel tous faisant l’objet d’une forte demande

mondiale. dans cette perspective le gouvernement marocain a décide d’octroyer des permets de recherche et d’exploitation des minerais a des investisseurs individuelle sans contrôle et sans prévention des incidents et gestion des impacts miniers sur l’environnement, la société et les droits humains; ce qui provoque des attitudes critiques et parfois hostiles des citoyens a l’égard des exploitants et du gouvernement.

Le gouvernement Marocain n’a pensé qu’a l’accroissement de leurs recettes fiscales et sa diversité dans le meilleur des cas, Bien que le gouvernement n’ait pas réussi à ce jour à tirer parti de la flambée des prix des matières premières, sans préoccupations liées à la sécurité à long terme des matières premières et des ressources minérales du pays.

En restructurant le secteur minier, l’Etat marocaine a manqué de vision pour l’orienter vers les axes de développements par exemple en l’Amérique latine. Les initiatives de cette région visent à renforcer le rôle des institutions publiques dans l’amélioration des structures relationnelles existant entre les entreprises minières et les priorités nationales de développement. Donc le gouvernement dans la négociation de concessions de licences d’exploitation de gisements miniers doit prendre en considération le développement humains et de l’enivrement ainsi que les régimes fiscaux.

Encourager La Contribution De L’activité Minière Artisanale Et Des Petits exploitants Miniers.

Ils sont nombreux et assument la subsistance souvent précaire de populations, contribuent aux économies nationales et au même temps de jouer un rôle plus actif dans le développement de la ville .

Des mesures doivent être prises pour les intégrer dans la vie économique, en particulier ceux des zones rurales, et leur offrir les soutiens financiers et techniques qui leur font défaut. L’environnement politique doit encourager la coopération entre les petits et les grands exploitants miniers, et permettre la conversion des activités minières artisanales et des petits exploitants miniers

en entreprises commerciales viables. Une approche régionale coopérative pourrait également combler la majeure partie des déficiences techniques et financières de ces petits entrepreneurs ou coopérative.

Enfin, les normes internationales interdisant le travail des enfants dans l’exploitation des minerais doivent être rigoureusement appliquées par le gouvernement marocain.

Renforcement De La Responsabilité Sociale Des Entreprises

Il est important de développer et de mettre en œuvre la responsabilité sociale des entreprises qui exploite les gisements miniers soit dans le programme de développements nationales et locales des villes ou ils exploitent les produits miniers.

Les gouvernements doivent encourager la responsabilité sociale des entreprises exploitante, laquelle définira clairement leurs propres obligations ainsi que celles des entreprises exploitantes des minières, et ne pas laisser aux mains de décideurs locales.

Améliorer La Gouvernance

L’amélioration des capacités étatiques et institutionnelles pour mettre

en application les lois existantes, plus généralement, celle qui protège les droits de l’homme et du travail.

L’élaboration et l’application des politiques et réglementations représente un défi permanent, tout comme la cohérence politique et la coordination entre les institutions Etatique et les secteurs. Ces deux défis peut se résoudre dans

le cadre régionales et interétatiques.

La vision actuelle des pays du monde se dirige vers une industrialisation des produits miniers car les mines deviennent une composante clé des économies émergeantes mondialement compétitives.

Donc la politique actuelles de l’Etat marocaine doit être revue en élaborant un plan d’action ambitieux dans le cadre d’un processus planifié de développement durable à long terme, surtout que la Maroc opte vers l’industrie comme secteur de développements dans son nouveau plan de développement.

Didi El Bekkay

Etudiant Chercheur En Géopolitique Et Sécurité

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.