Home»Cours»Le Dernier Jour d’un Condamné : Les activités du narrateur condamné

Le Dernier Jour d’un Condamné : Les activités du narrateur condamné

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Essai d’explication d’une oeuvre au programme des premières années du baccalauréat marocain

Zaid tayeb

SUITE

4-  L’activité d’apprendre l’argot : une fois transféré à  Bicêtre, le narrateur condamné qui est loin d’entretenir une quelconque affinité avec les forçats incarcérés dans cette prison dans l’attente d’être envoyés au bagne de Toulon, tente en tant que garçon ‘’raffiné par l’éducation’’ comme il le disait au chapitre III d’établir la conversation en latin avec un concierge. Mais bien vite il se rend à l’évidence que ce dernier qu’il veut rehausser à son niveau culturel n’est rien d’autre qu’un ignorant ‘’et surtout quelques mots en latin que j’adressai au concierge, qui ne les comprit pas’’ (chap.V). Faute de pouvoir élever les pensionnaires de Bicêtre à son niveau, il va faire l’effort de se mettre au leur en apprenant leur langue : ‘’ Ils m’apprennent à parler argot, à rouscailler bigorne’’ (Chap.V).  Il semble que le narrateur condamné a oublié le lieu où il est et par conséquent quelle langue convient à ce lieu sinistre et à ses personnages. Toutefois, il déclare avec dégoût qu’il n’aime pas cette langue qu’il est obligée d’utiliser et d’écouter.

-Tantôt il s’attaque à la langue argotique : Il la compare une fois à une verrue greffée sur une partie du corps qu’elle enlaidit et déforme :’’C’est toute une langue entée sur la langue générale comme une espèce d’excroissance hideuse, comme une verrue’’ (chap.V). Une autre fois à des bestioles repoussantes par leur aspect dégoûtant’’ On dirait des crapauds et des araignées’’ Chap.V) ;

-Tantôt il s’en prend à ceux qui la parlent. Par l’acte de parler qui est sensé porter un noble message dit dans une noble langue à l’attention d’un auditeur attentif à un noble contenu, l’émetteur ne ferait par cette horrible langue qu’éclabousser l’auditeur par l’horreur de ses ‘’mots bizarres, mystérieux, laids et sordides, venus on ne sait d’où’’. ’’Quand on entend parler cette langue, cela fait l’effet de quelque chose de sale et de poudreux, d’une liasse de haillons que l’on secouerait devant vous’’ (Chap.V).

Cette diatribe contre l’argot ne s’arrête pas au seul chapitre V. Le lecteur la retrouve sous différentes formes et en particulier dans le chapitre XVI où il dit’’ Le patois de la caverne et du bagne, cette langue ensanglantée et grotesque, ce hideux argot marié à une voix de jeune fille…’’.

L’acte contraignant d’apprendre l’argot permet au narrateur condamné de porter un jugement dépréciatif très marqué sur cette langue qui est à coup sûr celui de Victor Hugo lui-même, mais et surtout de considérer qu’il est tombé si bas parmi des gens dons les uns le plaignent et les autres restent indifférents et froids à son égard.

5- L’activité d’assister à un spectacle : La prison de Bicêtre, qui, habituellement, baignait dans la morne platitude et  dans le silence sinistre d’un quotidien sur lequel plane une atmosphère d’un deuil en préparation et d’où s’exhale la senteur d’un profond malheur humain, où les jours se ressemblent sans rien apporter de nouveau que leur lot quotidien de douleurs  et d’angoisses causées par l’homme à l’homme, sauf que chaque jour mis de côté cède la place à un autre qui rapproche encore plus le condamné du jour de son exécution, la prison de Bicêtre, dis-je,  se réveille sur une agitation inaccoutumée. En effet, il semble qu’il va se passer quelque chose d’inhabituel et de nouveau pour le narrateur condamné : il s’agit, comme le lui apprend un garde chiourme, du ferrage des galériens et à leur transfert pour le bagne de Toulon : ‘’Fête, si l’on veut, me répondit-il. C’est aujourd’hui qu’on ferre les forçats qui doivent partir demain pour Toulon’’. Puis il l’invite au spectacle et le place dans une autre cellule qui donne sur la cour de la prison et d’où il peut voir et lui ajoute avec une pointe d’ironie ‘’Tenez, me dit-il, d’ici vous verrez et vous entendrez. Vous serez seul dans votre loge comme le roi’’. Le mot ‘’loge’’ place le récit dans son cadre dramatique théâtral. La cellule du condamné devient loge, la cour de Bicêtre une salle de spectacle, les bagnards en titre des acteurs et les aspirants des spectateurs. Une fois dans sa loge, le narrateur condamné peut voir le spectacle qui va se dérouler sous ses yeux pensant sans doute que cela lui apportera quelque ‘’amusement’’. Le spectacle se déroule en trois actes comme il dit lui-même au chapitre XIII ‘’Ainsi, après la visite des médecins, la visite des geôliers ; après la visite des geôliers, le ferrage, TROIS ACTES A CE SPECTACLE’’. L’amusement auquel il croit aller assister se transforme devant ses yeux en un drame en trois actes aussi dramatiques l’un que l’autre et où le bâton est l’instrument pédagogique par excellence : ‘’Un argousin les aligna avec son bâton’’ (Chap.XIII) ;  ‘’On n’entendit plus que le grelottement des chaînes, et par intervalles un cri et le bruit sourd du bâton des gardes-chiourme sur les membres des récalcitrants’’ (Chap. XIII) ;  ‘’Les gardes-chiourme rompirent la danse des forçats à coups de bâton’’ (Chap. XIII) ; ‘’Je vis les coups de bâton pleuvoir au hasard dans les charrettes, sur les épaules ou sur les têtes’’(Chap.XIV). L’acte sans doute le plus barbare est celui du ferrage des galériens que le narrateur condamné prend en pitié en voyant certains d’entre eux pleurer et leur départ pour une destination dont beaucoup ne reviendront jamais.

Le ferrage des forçats ( Chap. XIII) et leur départ pour le bagne de Toulon(Chap.XIV) permettent au narrateur condamné d’évaluer sa peine en tant que condamné à mort en la comparant à celle des galériens condamnés aux travaux forcés, ces damnés de la société et du système carcéral au drame duquel il a assisté, ayant pensé qu’il allait s’amuser en allant se mettre à la fenêtre qui donne sur la cour de la prison. Le lecteur ne trouvera pas mieux que ce que cette conclusion par laquelle il clôture ces deux chapitres :

‘’Et c’est là pour eux le commencement !

Que me disait-il donc, l’avocat ? Les galères !Ah ! oui, plutôt mille fois la mort ! plutôt l’échafaud que le bagne, plutôt le néant que l’enfer ; plutôt livrer mon cou au couteau de Guillotin qu’au carcan de la chiourme ! Les galères, juste ciel !’’ (Chap.XIV).

Il a tranché. Il ne regrette pas ce qu’il a dit à son avocat qui cherchait à écarter la préméditation pour obtenir la perpétuité avec les travaux forcés. Non, il ne regrette pas : sa situation en tant que condamné à mort est bien meilleure que celle des galériens.

à suivre…

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

1 Comment

  1. Tansim
    07/05/2014 at 17:52

    Merci

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.