LA VIOLENCE EN MILIEU SCOLAIRE


    


La violence la plus importante en milieu scolaire n’est pas forcément celle que l’on croit. S’il existe véritablement un problème de violence dans les établissements scolaires, il ne correspond pas au stéréotype de la délinquance des jeunes. En se référant aux médias, on a le sentiment que les agressions avec violence sont en recrudescence dans les écoles. Or, ce qui fait le plus de victimes au quotidien, tant chez les professeurs que chez les élèves, relève le plus souvent d’ « actes de violence mineurs ».
Qu’entend-on par violences scolaires ?

La plupart du temps, lorsqu’on évoque le phénomène de la violence scolaire, il nous vient à l’esprit l’image d’un élève agressant son professeur. Le lien se fait presque automatiquement entre violence des jeunes et délinquance juvénile. Or, les agressions physiques ne constituent qu’un très faible pourcentage des violences commises dans l’enceinte des écoles. Ce qui cause bien plus de tort, tant aux élèves qu’aux professeurs, ce sont les actes de vandalisme, les insultes, les rumeurs malveillantes, l’absentéisme, les moqueries, … Ces faits « mineurs » sont souvent source d’angoisse pour la personne qui en est victime.  Et s’ils sont répétés régulièrement, cela peut avoir des conséquences désastreuses sur le moral d’un individu mais aussi sur la vie de l’école car ils augmentent le sentiment d’insécurité et favorisent un climat négatif.
Qui sont les victimes ?

Les professeurs ne sont pas les seules victimes de ces actes de violence. De même que les bourreaux ne sont pas toujours les élèves. La violence en milieu scolaire se déploie selon différents axes : des élèves vers les professeurs, entre les élèves eux-mêmes, entres les professeurs mais également de l’institution scolaire vers les élèves.

Ce qui blesse le plus les professeurs, ce n’est pas tant les coups que l’indiscipline, l’absentéisme et le bruit dans la classe. Car ceux-ci sont perçus par les enseignants comme un véritable manque d’intérêt pour leur cours et remet en cause leur façon de travailler.  Il arrive également que l’agressivité provienne des membres de l’équipe éducative eux-mêmes. C’est le cas, par exemple, des rumeurs malveillantes qui circulent sur un professeur et qui ne sont pas toujours répandues par les élèves…
Chez les élèves

La violence entre les élèves est un phénomène courant. Elle se manifeste par des insultes, des moqueries, de l’exclusion, des menaces ou encore des rumeurs. Perceptible, cette violence peut aussi être combattue. Notamment par la mise en place d’un lieu d’écoute et d’échange, qui offre à chacun la possibilité de s’exprimer sur ce qu’il vit en toute confiance.
Une violence symbolique

La violence de l’institution à l’encontre des élèves est plus difficile à déceler. Celle-ci est généralement produite de façon inconsciente. Il s’agit, en effet, de l’ensemble des règles et des normes fixées par l’institution pour que les élèves entrent dans le jeu scolaire : arriver à l’heure, être attentif, participer aux activités de l’école, rendre ses travaux à temps, réussir ses examens, ne pas garder sa casquette en classe, etc. Pour certains jeunes, ces normes sont parfois difficiles à respecter et ils les ressentent comme une véritable violence. Les réponses qu’ils leur opposent (indiscipline, absentéisme) sont elles aussi perçues par les professeurs comme des actes de violence.

oussama hamli


 

Dans le même sujetمقالات في نفس الموضوع

 

Commenter أضف تعليقك

Veuillez copier le code ci-dessous dans le cadre rouge à droite.
*