La diaspora des marocains du monde et son avenir


    


Chatar Said

La diaspora marocaine qui est estimée en 2012 à plus de 4.500.000 âmes, transfert plus de 50 milliards de dh/an.
En dépit de ses transferts qui contribuent fortement à renforcer le système financier du Maroc en servant d’amortisseur social que ce soit dans l’éducation, la santé, la consommation courante ou même dans le rétablissement de l’équilibre de la balance économique avec l’étranger, la diaspora qui est une richesse inestimable est inexploitée de par sa diversité, son savoir-faire, son relationnel, ses valeurs et son amour pour la patrie, se sent marginalisée.

Les marocains du monde se sentent frustrés et croient toujours qu’ils ont été piégés par le mirage de leur exclusion du processus de la création, par les précédents gouvernements, du Ministère des M.R.E, des fondations et du C.C.M.E « fantoche » qui ne représente que lui-même, et encore…

Le bureaucratisme, l’embourgeoisement par le goût du lucre, le gain facile, les voyages inutiles à travers le monde, l’absence de « feed back », c’est-à-dire le manque de tout contrôle et de toute évaluation des activités de ces organisations et de leurs responsables qui ont été imposés d’une manière « technocratique » et autoritaire font distraire et oublier à la diaspora des M.D.M que les solutions à tout ce qu’elle pose comme problèmes existentiels sont naturellement à sa portée. Pour la plupart des marocains du monde, la vie devient comme une course dont la ligne d’arrivée s’éloigne au fur et à mesure qu’on accélère le rythme.

C’est pourquoi, nous estimons que cette composante de la population marocaine ne peut être mieux valorisée que dans le cadre de notre constitution dont le principe fondamental est l’égalitarisme en devoir et en droit. Et, le meilleur des incitants de cette valorisation est la participation politique de la diaspora des M.D.M d’une manière directe à toutes les institutions électives du pays, afin qu’elle puisse se sentir pleinement citoyenne marocaine conformément au droit conféré par la constitution.

Il nous faut donc un immense sursaut patriotique dans une large solidarité pour pousser hors de l’orbite ceux qui, dans notre pays, se complaisent à entretenir des réseaux des prédateurs qui sont décidés à réduire la diaspora et les larges couches populaires marocaines à néant. Nous sommes persuadés que l’exploitation des transferts de la diaspora et des richesses de notre royaume que nous aimons tant, se fait sous le parapluie des ceux qui nous gouvernent dans l’ombre et qu’il est naïf de se fier à tout ce qui se raconte actuellement sur toutes les tribunes nationales et internationales sur la situation du Maroc.

Ces « diables » et ces « caïmans » devant lesquels M. A BENKIRANE a baissé les bras, sont dépourvus de tout esprit de civisme et de patriotisme. Ils détournent les deniers publics sans produire un clou. Ils ne participent pas non plus au processus de développement socio-économique de notre Royaume. Ces faiseurs des maffieux qui ne payent pas d’impôts et qui n’investissent pas dans les entreprises, surtout les P.M.E et P.M.I créatrices d’emplois, ne finissent pas d’affaiblir significativement le pays. Et ils savent que son relèvement n’est pas pour demain, quelle que soit l’ardeur de la prise de conscience que son Roi et son Peuple exprimeraient. Alors que les fuites des grands capitaux marocains à l’étranger battent leur plein, notre Royaume fait appel au soutien des institutions financières internationales; c’est là la chandelle de la trahison de ces « diables » et ces « caïmans » dont l’existence est fondée sur le principe suivant : ou tu pilleras ton prochain, ou c’est ton prochain qui te pillera.

Toutefois, puisque M. A. BENKIRANE s’est montré incapable de les poursuivre en justice, c’est au peuple marocain tout entier, y compris la diaspora des M.D.M, de les tracasser, les traquer, les démasquer et les dénoncer dans les mass media et autres moyens de communication et d’information modernes. Ces maffieux qui se terrent et s’activent dans les cryptes des centres de décision, n’ont pas intérêt à voir les membres de la diaspora s’intégrer dans leur pays d’origine et encore moins dans leurs pays d’accueil. Car ces «gargantualistes» et «pantagruélistes» (voir le livre de François Rabelais intitulé : la guerre picrocholine) sans scrupules voudraient bien faire perpétuer cette contribution passive de la diaspora à l’économie de notre royaume qui se limite uniquement au transfert. Ils n’admettent pas que la diaspora puisse contribuer activement et d’une manière moderne au développement socio-économique de leur pays d’origine et également de leurs pays d’accueil. Les efforts consentis par la diaspora pour orienter une partie de ces transferts vers des secteurs plus productifs ont toujours buté contre les entraves tendus par ces maffieux « invisibles », au niveau des pouvoirs judiciaires et exécutifs.
Face à ces traquenards cachés, efficaces mais extrêmement dangereux pour notre royaume, il a été constaté que la diaspora n’a pu s’activer et investir que dans certaines régions pauvres et marginalisées, et ce dans les domaines qui relèvent normalement des compétences de l’Etat : l’acquisition des équipements médicaux, le désenclavement routier de certains villages, la scolarisation, etc. Enfin, le misérabilisme par la sous-utilisation et la dilapidation des compétences de la diaspora, au détriment du développement de notre cher et beau royaume.

C’est pourquoi, les compétences de la diaspora doivent faire l’objet d’une attention particulière, car leur absence du territoire et leur manque d’adaptation à l’état d’esprit de l’administration marocaine, fait que de nombreuses opportunités leurs sont inaccessibles, alors même que le Maroc a besoin de leur savoir-faire et de leur réseau relationnel inexploité.

Le transfert de «know how» permet d’ouvrir des opportunités d’affaire et d’échange d’expertises, l’exploitation du réseau relationnel constitue un relais de la diplomatie «publique-parallèle» dont notre royaume a tellement besoin à l’étranger.
Dans nos prochains articles, nous allons oser faire quelques propositions relatives aux rôles que la diaspora des M.D.M peut jouer tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de notre Royaume.

Chatar Said


 

Dans le même sujetمقالات في نفس الموضوع

 

Commenter أضف تعليقك

Veuillez copier le code ci-dessous dans le cadre rouge à droite.
*


 

Prix voyage

Billets d'avion

 

yahoo

 
 

Facebook + buzz

 
 
 

Derniers articles

Derniers articles