L’AFFAIRE DU SAHARA DEVRAIT MOBILISER TOUS LES PEUPLES DU GRAND MAGHREB


     1


L’AFFAIRE DU SAHARA DEVRAIT MOBILISER TOUS LES PEUPLES

                                DU GRAND MAGHREB

    Chaque fois qu’une occasion se présente, les dirigeants des pays du Grand Maghreb affirment sans détour que tous les blocages qui freinent la « lancée du G.M. »-comme si déjà cette entité était mise sur des rails ou sur une rampe de lancement adéquat- ont pour cause maudite la non résolution du problème du « Sahara occidental », référence précise faite afin d’éviter une quelconque confusion avec le « Sahara oriental ».

Comme par hasard, les dirigeants-anciens ou nouveaux- de la Tunisie, de la Libye, et de la Mauritanie, préfèrent l’adoption d’une neutralité, à la fois curieuse et suspecte, en conformité calquée sur des textes onusiens, le plus souvent dépassés par des évènements de dernière minute.

Ne parlons pas des attitudes moribondes de la Ligue Arabe ou de la Conférence des Etats Islamiques qui peinent à trouver des mots dénudés de toute sémantique enclenchant une quelconque susceptibilité des Marocains ou des Algériens.

Tous les dirigeants des différents ensembles cités se contentent de dire en répétant pour la nième fois  la formule : « afin de garantir une paix juste et durable dans la région et sous région du Grand Maghreb, nous incitons toutes les parties concernées et intéressées à coopérer inlassablement en vue de trouver une issue de sagesse à cette crise qui n’a que trop duré, et qui ne cesse de revêtir un caractère de dangerosité, source de tous les malheurs qui enveniment les relations fraternelles qui devraient constituer le cordon de solidarité entre les peuples de la région ».

Désormais le concept sacrosaint d’autodétermination est évoqué et invoqué et par le Maroc et par l’Algérie d’autant plus qu’il ne fait plus peur depuis qu’on s’est donné la peine de consulter les fameux documents de droit international.

De ce fait, le Conseil de sécurité devrait non pas appuyer telle ou telle thèse des parties concernées et intéressées, mais plutôt inviter toutes les parties concernées et intéressées à rendre possibles et effectives l’organisation et la tenue d’un référendum d’autodétermination au profit des populations sahraouies là où elles se trouvent.

En définitive, les Etats du Grand Maghreb ne doivent plus se contenter de pérorer des discours tout fabriqués qui, à la limite nuisent beaucoup plus à la volonté de trouver une solution juste, durable et acceptable par toutes les parties concernées et intéressées.

En somme, les Etats du Grand Maghreb se devraient de se mobiliser et de mobiliser leur potentiel humain et matériel en vue de trouver une telle solution qui ne pourrait être qu’inclusive et point exclusive. /.

DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui

Mohammed ESSAHLAOUI


 

Dans le même sujetمقالات في نفس الموضوع

 

1 Commentaires sur cet articleتعليقات حول المقال

  1. f-16
     

    bonjour a tous,franchement j’ai jamais fais confiance a ces pays de maghreb ,la (neutralité pour moi c’est a dire une hèpocrésie et une jalousie pure et simple , si j’été a la place de sa majeste je quittrais ce maghreb, arabe y’a aucun intérét , comme on la’ fais avec l’union africain ,

     

Commenter أضف تعليقك

Veuillez copier le code ci-dessous dans le cadre rouge à droite.
*