mesure de la tension artérielle / Attention à la différence de tension artérielle entre les deux bras


    


Association Marocaine des Maladies Auto-Immunes et

Systémiques

Communiqué

L’hypertension artérielle :

Attention à la différence de tension artérielle entre les deux bras qui accroît les risques d’accident cardio ou cérébro-vasculaire et de décès

A l’occasion de la journée mondiale de l’hypertension artérielle, le lundi 14 mai et de sa campagne d’information et de dépistage organisée pendant 5 jours par le ministère de la Santé, l’Association Marocaine des Maladies Auto-immunes et Systémiques par la voix de sa présidentele Dr Moussayer khadija, spécialiste en Médecine interne et en Gériatrie, veut attirer l’attention sur les risques que peuvent provoquer une différence de tension artérielle observée entre les deux bras.

Actuellement encore, la mesure est réalisée le plus souvent sur un seul bras. Des publications médicales, ces dernières années, ont suggéré de l’effectuer plus systématiquement sur les deux bras : elles indiquaient que le diagnostic de l’hypertension est plus tardif et le traitement plus compliqué quand les chiffres de la tension ne sont pas identiques entre les deux bras.

Or, une étude publiée fin mars 2012 en Grande Bretagne justifie ces préconisations : 230 patients souffrant d’hypertension y ont en effet été suivis pendant 10 ans. Un quart d’entre eux présentaient pour le premier chiffre, la pression systolique, une différence d’au moins 10 mm de mercure entre chaque bras et 9 % d’au moins 15 mm. Pour le second chiffre, le plus bas c’est-à-dire la pression diastolique, 6 % seulement avaient un écart d’au moins 10 mm.

Au total, pendant cette expérience, 100 personnes ont fait un accident cardio ou cérèbro-vasculaire dont 59 mortels. Ce risque a été multiplié par 3 pour ceux qui avaient un écart de plus de 10 mm de tension pour le premier chiffre entre chaque bras. Par contre, l’accroissement de ce risque s’est révélé très faible pour ceux qui avaient un écart du second chiffre.

Pour les auteurs de cette étude, il n’y a pas de doute, une mesure de la pression sanguine sur les deux bras doit devenir une règle, indiquant qu’une différence de pression systolique significative observée chez un patient devrait ensuite être traitée « agressivement » comme un facteur de risque et/ou un indicateur de maladie vasculaire périphérique.

Cette recommandation paraît en tout cas se justifier pour les personnes à risque, notamment chez les personnes âgées, les femmes enceintes, les diabétiques, les personnes obèses… ou encore chez tout patient atteint d’une maladie auto-immune et/ou systémique dont les atteintes sont potentiellement hypertensives (lupus, sclérodermie, maladie de Takayasu, etc.).

Référence : The difference in blood pressure readings between arms and survival: primary care cohort study – British medical journal, 20/03/12

Contact Presse                                                                                              Ci-joint le dossier sur l’hypertension que le Dr

MOUSSAYER a réalisé pour la revue médicale

DR Khadija Moussayer

Spécialiste en Médecine interne et en Gériatrie                                      Doctinews

421 Boulevard Abdelmoumen, Riad Abdelmoumen,  Immeuble B,

Bureau N° 10, 2ème étage – Casablanca                                                 http://www.doctinews.com/dossier/122-lhypertension-

Tél : 05 22 86 23 63 GSM : 06 63 21 89 49

Mail : Khadija-moussayer@hotmail.fr

Web: www.ammais.ma/

moussayer


 

Dans le même sujetمقالات في نفس الموضوع

 

Commenter أضف تعليقك

Veuillez copier le code ci-dessous dans le cadre rouge à droite.
*