Home»Enseignement»L’AMEPN ORGANISE SA COLONIE VERTE AVEC UN NOUVEAU CONCEPT : « Connectons nos parcs naturels »

L’AMEPN ORGANISE SA COLONIE VERTE AVEC UN NOUVEAU CONCEPT : « Connectons nos parcs naturels »

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Comme annoncé en son temps ; l’Association Marocaine pour l’Ecotourisme et la Protection de la Nature (AMEPN) a organisé la troisième édition de sa troisième colonie verte dans sa nouvelle conception : « Connectons nos parcs naturels » – (Let’s Connecting our natural parks)- dont l’objectif est de valoriser les espaces naturels et appeler à la préservation de leurs biodiversités.
Connectons nos parcs naturels, est une initiative mettant en place un circuit inter-parcs, pour créer un lien entre les aires protégées du Maroc. Une connectivité visant à mettre en exergue les grands écosystèmes du Maroc que renferment ces espaces naturels protégés afin de permettre aux groupes cibles de mieux comprendre leur fonctionnement et cerner les problèmes qui pèsent sur leur environnement naturel.
Pour plus informations concernant ce nouveau concept de la colonie de vacances verte organisée du 03 au 08 avril 2019 à Ras El Maa d’Ifrane et a Sidi Bourhaba ; nous avons abordé Mr Brahim Abouelabbes président de l’AMEPN et Membre de la commission mondiale des aires protégées qui a bien voulu nous accorder cette interview :
Question : Après deux ans d’expérience de la « colonie verte » au parc national d’Ifrane, quel bilan faites-vous de ce genre d’activités ?
Réponse : La colonie verte est un concept que l’association a développé lors du lancement des activités de l’Ecole de l’Education Environnementale et de l’Ecotourisme réalisée au niveau du Parc National d’Ifrane. C’est une activité complémentaire au programme de cette école pour vulgariser les principes fondamentaux de protection de la nature et inciter aux comportements respectueux de l’environnement d’une manière générale. C’est à travers des séjours de 5 à 8 jours, où les enfants passent tout leur temps au cœur d’un écosystème forestier qu’ils peuvent se rendre compte de la vulnérabilité des espèces de faune et de flore vivant dans la nature. L’objectif est de faire comprendre aux jeunes enfants le rôle de la diversité biologique dans le maintien de l’équilibre naturel et de leur montrer les impacts négatifs générés par l’Homme et ses interventions perturbant le cycle de vie et l’interactivité des espèces
L’idée est simplement de leur laisser le temps pour percevoir eux-mêmes, à travers les jeux et le contact direct avec la nature, les comportements qui nuisent à ce patrimoine naturel.
Cette année est la 3ème édition que nous réalisons avec le même partenaire. Ceci nous permet de conclure que le concept est bien réussi et les activités sont bien appréciées par ce dernier d’où la demande de continuer et même de pérenniser ce partenariat.
Question : Pourquoi un nouveau concept pour relier les zones protégées au Maroc et quelles perspectives pour l’avenir de cette activité ?
Réponse : « Connectons nos parcs naturels » est une nouvelle initiative de l’association marocaine pour l’écotourisme et la protection de la nature pour booster les aires protégées du Maroc et leur offrir une nouvelle perception par le grand public et par les opérateurs intéressés par ce genre d’activités.
Reliant les aires protégées n’est tout simplement que la création de visites et de séjours dans plusieurs espaces naturels pendant la même activité de découverte. Nous l’avons lancé cette année dans le cadre de la colonie verte en organisant des activités dans 3 espaces naturels différents en l’occurrence, le parc national d’Ifrane, la forêt de la Maâmora et la réserve de Sidi Boughaba et nous avons inclut les jardins exotiques de Sidi Bouknadel pour montrer encore la richesse de la biodiversité dans le monde et permettre aux enfants de croire à la nécessité de préserver notre patrimoine naturel.
Passé des moments et des séjours dans différents espaces naturels est le meilleur moyen pour découvrir la richesse naturelle de notre pays. C’est aussi une occasion pour essayer de mettre fin à la tendance de dégradation par la sensibilisation et la motivation des acteurs concernés en les incitant à se mobiliser pour conserver et valoriser ce qui reste de notre biodiversité. Nous avons actuellement 10 parcs nationaux de la Mer méditerranée du Parc National d’Al Hoceima, au désert et océan atlantique du Parc National de Khenifiss, le circuit écotouristique est vraiment époustouflant.
Notre rêve est de créer cette connectivité entre les espaces naturels pour en faire la meilleure destination écotouristique en méditerranée et en Afrique du Nord et de l’Ouest.
Question : Quelle est votre perception à l’éducation relative à l’environnement ? Comment évaluez-vous les programmes éducatifs Réponse : L’éducation relative à l’environnement est devenue une nécessité absolue pour bâtir le citoyen de demain. On est actuellement face à d’énormes défis environnementaux que seul le changement du comportement peut être la solution. La demande accrue en matière première et le mode de consommation ne laisse aucune chance aux grands cycles de l’eau et des ressources naturelles de la planète. La seule solution est donc entre les mains des consommateurs pour devenir rationnels dans la vie quotidienne et stopper l’abus de la machine industrielle mondiale.
C’est exactement le rôle que peut jouer l’éducation environnementale en faisant adopter aux jeunes enfants les petits gestes d’économie d’eau, de réduire les emballages, de ne pas gaspiller la nourriture et de n’en acheter que le nécessaire, de ne pas polluer son entourage, et de recycler le maximum possible de déchets. Bref, il faut stopper de surconsommer les produits inutiles.
Les programmes éducatifs au Maroc reposent essentiellement sur les activités des ONG dont la majorité se limite aux activités de célébration des journées mondiales thématiques en relation avec l’environnement (eau, biodiversité, Terre, environnement, etc.). Cela est dû au manque de moyen humain et financier. Notre association essaie de faire de l’éducation environnementale un programme quotidien et durant toute l’année et de profiter de la célébration des journées mondiales pour évaluer les résultats et non pour être l’occasion de l’activité éducative. Nous avons commencé par l’écomusée de la forêt de la Maâmora inauguré en 2004 et les activités ont duré jusqu’à 2014. Puis nous avons réalisé l’école de l’éducation environnementale et de l’écotourisme dans le parc national d’Ifrane pour toucher l’écosystème de la cédraie et la diversité aquatique. L’école a connu d’intense activités éducatives ayant été réalisées spécifiquement aux écoles rurales du parc national.
Question : Où on est votre projet de l’Ecole de l’Education Environnementale et de l’Ecotourisme et de l’Education relative à l’environnement lancé il y a 3 ans ?
Réponse : Comme mentionné ci-dessus, L’école de l’éducation environnementale et de l’écotourisme inaugurée en 2016 a servi pour démarrer pour la première fois au Maroc un programme éducatif spécifique aux enfants du monde rural. L’idée est de promouvoir les activités éducatives là où les problèmes environnementaux sont palpables et les causes sont aussi connues. La cédraie, le singe, la truite, les oiseaux, ajoutant à ceci les impacts des changements climatiques, sont les thèmes principaux des programmes éducatifs de cette école.
Durant les 3 dernières années, plus de 5000 élèves de 38 écoles se trouvant aux cœurs et aux alentours du parc national d’Ifrane ont bénéficié de sorties pédagogiques et didactiques. Nous avons formé des animateurs, des gestionnaires de projets et même des enseignants et des acteurs associatifs à travers le Maroc.
Actuellement, le programme éducatif malheureusement suspendu, nous cherchons des soutiens financiers pour le maintenir et nous essayons de trouver des activités pouvant sponsoriser ce programme telles les colonies vertes, les activités d’écotourisme etc. Toutefois, la réussite de ce genre de programme doit être intégré dans les activités quotidienne des parcs nationaux sur le budget de l’Etat est c’est la moindre des choses que peuvent faire ces espaces naturels protégés.
Question : Votre appel pour que l’éducation relative à l’environnement prospère au Maroc ?
Réponse : Comme toutes les conventions et accords internationaux recommandent d’intégrer l’éducation environnementale dans tous les programmes et plans d’action nationaux et internationaux, il est temps que nous intégrions officiellement cette éducation dans les politiques publiques nationales, notamment celles liées aux secteurs de l’eau, de l’énergie, des forêts, de l’agriculture, des déchets, etc. A titre d’exemple, les communes peuvent réduire, à long terme, grâce à l’éducation environnementale communale, la facture de la gestion des déchets, la facture de l’électricité et même celle de l’entretien des infrastructures usées par les mauvais comportements.
Les secteurs publics concernés ont à leur tour, l’obligation de mettre en place des programmes éducatifs permanents, qui d’ailleurs ne demandent pas assez de budget, et ne pas laisser les ONG tâtonner à gauche et à droite auprès des bailleurs de fonds internationaux pour soutenir leurs activités qui cessent malheureusement dès que la dépense des derniers sous y afférents.
A noter enfin que ce premier parcours inter-parcs, organisé au profit d’une colonie de vacance dite ‘’verte’’ du 3 au 8 avril 2019 a relié le parc national d’Ifrane au site Ramsar de Sidi Boughaba, deux grands écosystèmes où l’on peut détecter facilement les effets anthropiques et ceux naturels de par leurs fragilités et leurs ouvertures sur tous les impacts. Lors de cette édition, les enfants ont commencé leurs activités entre les grands arbres du cèdre de l’Atlas, et la magnifique école de l’éducation environnementale et de l’écotourisme pour parcourir la forêt de la Maâmora et atteindre le joyau lac de Sidi Boughaba et son superbe centre national d’éducation environnementale créé et géré par la Société Protectrice des Animaux et de la Nature (SPANA).
Cette première initiative est réalisée en partenariat avec la SPANA, les Jardins Exotiques de Bouqnadel et la Société STMicroelectronics (Casablanca) ayant sponsorisé ce parcours inter-parcs pour le faire découvrir aux enfants de ses employés.
Connectons les parcs naturels, connectons la vie, un slogan que l’Association Marocaine pour l’Ecotourisme et la Protection de la Nature souhaite promouvoir pour inciter à la promotion de l’écotourisme dans les parcs naturels du Maroc et contribuer ainsi au développement rural et à la préservation de notre patrimoine naturel.

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.