Home»National»La Rencontre Nationale du Préscolaire à Rabat : une aubaine pleine d’enseignements. Préambule

La Rencontre Nationale du Préscolaire à Rabat : une aubaine pleine d’enseignements. Préambule

0
Shares
PinterestGoogle+
 

La ville de Rabat était un espace propice pour accueillir des professionnels de l’éducation, des acteurs associatifs, des directeurs d’établissements, des partenaires… venus massivement de tous les coins du Maroc, même les contrées les plus lointaines de la capitale, comme Figuig, Boulemane, Errachidia …en vue d’assister à la première rencontre nationale du préscolaire organisée à l’initiative de la Fondation Marocaine pour la Promotion de l’Enseignement Préscolaire, le Réseau Marocain de l’Economie Sociale et Solidaire, l’Office de Développement de la Coopération, le réseau Provincial pour le Développement du Préscolaire à la Province de Boulemane et le Centre Marocain des Etudes et des Recherches sur l’Entreprise Sociale. Cet événement de taille a été organisé par cette panoplie d’acteurs sous le signe de : L’entreprise de l’économie sociale acteur principal dans la promotion du préscolaire au Maroc. Cette rencontre était prévue ce mardi le 08/05/2018 à partir de 9h au siège de la Fondation Mohamed 6 pour l’Education et la Formation et en particulier à la spacieuse salle des conférences.
Les objectifs de la rencontre :
Parmi les objectifs que s’est assignée cette rencontre nationale, on peut citer :
Débattre des voies possibles de droit d’accès à l’enseignement préscolaire au Maroc.
Partager les expériences réussies, mutualiser les efforts constants et collaborer collectivement en vue de faire converger les actions communes des acteurs participants à une telle rencontre avec une dimension nationale.
Chercher la synergie et unifier la vision autour de la problématique de la préscolarisation au Maroc en vue d’agir ensemble pour bâtir un système éducatif préscolaire référentiel.
La séance d’ouverture
Parmi les hôtes de cette cérémonie d’ouverture, Monsieur Mohamed Dali, représentant du Ministère de l’Education Nationale, qui a ouvert le bal par une allocution édifiante. Monsieur Dali a souligné d’emblée que le ministère formule le souhait ardent de mettre en place un système éducatif préscolaire performant et de meilleure qualité, capable de répondre aux attentes de la petite enfance et aux aspirations de la société, car tout le monde partage cette conviction inébranlable : le préscolaire est le socle de base de toute dynamique réformatrice. Il a noté que le ministère veillera à mettre en place des espaces éducatifs pour assurer la gratuité et la qualité aux petits enfants qui accèderont à ce type d’enseignement.
Il a mis en relief quelques dysfonctionnements dont se débat l’enseignement préscolaire qui oscille entre un enseignement traditionnel de type coranique, un autre public, un autre privé moderne et enfin la préscolarisation préconisée par les missions étrangères. En outre, le professeur Dali a pointé du doigt accusateur la diversification des objectifs, la formation du personnel éducatif quasi faible, les inégalités spatiales, la faiblesse de l’offre pédagogique, un financement irrégulier et l’absence d’un modèle pédagogique unifié.
Quand aux perspectives, Monsieur Dali a souligné la mise en place d’une ingénierie méthodologique, d’un cadre référentiel national et d’un vœu ardent de généraliser et démocratiser l’accès à un enseignement préscolaire qualitatif et efficient.
L’allocution de l’ex- ministre de l’Education Nationale Monsieur Taib Chkili :
Le professeur Taib Chkili président de la Fondation Marocaine pour la Promotion de l’Enseignement Préscolaire( FMPS) est monté au créneau pour affirmer l’importance de cette période infantile et la nécessité d’œuvrer ensemble pour ériger un enseignement équitable et de qualité. Il a noté que beaucoup de chemin reste à parcourir et qu’il importe de continuer le travail et la combativité en vue de concrétiser ce rêve à travers la diversification de l’offre, l’attractivité de l’espace accueillant la petite enfance et veiller à dispenser une formation de haute qualité aux éducateurs et un accompagnement de proximité. Le Maroc a souligné l’ex-ministre de l’Education Nationale est une niche inépuisable d’opportunités pour les jeunes diplômés appelés à intégrer ce domaine en vue de construire un pays développé et prospère, ceci passe inévitablement par un plan d’action rigoureux, ambitieux et réaliste.
L’allocution de la représentante de la région Fès/ Meknès :
Madame Karima Kassou, médecin de son état et conseillère régionale a souligné le travail colossal du conseil de la région pour résorber le chômage, offrir des débouchés aux jeunes diplômés et offrir une aubaine aux petits enfants à travers la construction d’espaces pédagogiques attractifs capable de dispenser un enseignement normé et de qualité au niveau de cette vaste région.
L’oratrice n’a pas omis de noter que des efforts louables ont été consentis, mais le résultat sur le terrain demeure loin de nos aspirations, eu égard à l’existence des inégalités territoriales. Ceci exige la mutualisation des efforts et la concertation pour aboutir aux résultats tant attendus à l’horizon 2026 selon les dispositions de la vision stratégique.
L’allocution du directeur de l’office de développement de la coopération :
Monsieur Abdelkarim Azanfar, directeur de l’office du développement de la coopération relevant du Ministère du tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale a pris d’emblée la parole en vue de contextualiser cet événement qui s’inscrit dans le cadre de la promotion du préscolaire au Maroc conformément aux orientations de la vision stratégique 2030. Le directeur de l’office a mis en exergue l’entrée en vigueur de la loi 112/12 qui facilite la tâche aux coopératives pour se fonder et travailler dans un environnement sain caractérisé par la transparence, l’allégement des procédures administratives et des privilèges octroyés aux coopératives, qui plus est, cette loi a donné naissance à une nouvelle génération de coopératives, comme les coopératives de l’alphabétisation qui se sont penchées sur ce nouveau créneau qui est la démocratisation d’accès à une préscolarisation de qualité. Monsieur Azanfar a exprimé son intention de mettre à la disposition des coopératives tous les moyens et toutes les informations susceptibles de les aider à s’affermir davantage et à donner un sens à cette économie sociale et solidaire. Il est vrai que tout projet rencontre des difficultés, souligne Monsieur Azanfar, toutefois, il faut continuer le militantisme et le travail commun pour assurer toutes les conditions de réussite à cette généralisation escomptée.
L’allocution de la représentante du Centre Marocain des Etudes et des Recherches sur l’Entreprise Sociale( CMERES) :
Madame Asmae Diali, la représentante du CMERES et experte en matière de l’économie sociale et solidaire a souligné la portée que revêt ce genre de rencontre qui vise au préalable a partagé les expériences des uns et des autres, à mieux identifier les contraintes et les dysfonctionnements qui handicapent souvent l’élan de la concrétisation de ce rêve commun qui est l’accessibilité de nos petits enfants à une structure appropriée qui leur offre un service pédagogique qualitatif et accessible. Elle a ensuite réitéré son intention à aider ceux qui ont manifesté le besoin de promouvoir l’enseignement préscolaire au Maroc, car en définitive, nos enfants ont besoin de s’épanouir, et que nous devons créer les conditions optimales de réussite de ce projet ambitieux ; comme c’est le cas pour l’hexagone qui a pris la ferme décision d’instaurer l’obligation pour tout enfant âgé de 3 à 6 ans d’intégrer l’école élémentaire. Il faut donc mettre au centre de nos préoccupations l’enfant marocain et agir de concert pour mettre en place un enseignement préscolaire capable de répondre aux besoins des petits mômes, mais aussi aux besoins de la société moderne et démocratique.
L’allocution du président du Réseau Provincial pour le Développement du Préscolaire à la province de Boulemane :
Monsieur Mounir El Ghazoui, président du Réseau Provincial de Boulemane et éducateur de son état, a parlé derechef de la nécessité de travailler inlassablement avec un esprit d’équipe en vue de rendre ce rêve commun, une réalité tangible. Le Maroc a relevé par le passé le défi de la généralisation de l’enseignement primaire. Il a donc accumulé une expertise substantielle qui l’aidera davantage a relevé le challenge de la démocratisation du préscolaire. Il faut juste redoubler d’intenses efforts, mutualiser les actions et adopter une stratégie claire pour être présent le jour j à savoir l’horizon 2026. Il a parlé aussi de l’expérience de la province de Boulemane qui a renforcé le principe de la justice sociale. Grâce à l’abnégation du réseau , la ténacité de ses membres, l’implication des partenaires, l’engagement des éducateurs, l’adhésion des familles, le réseau a offert une qualité de service préscolaire indéniable a finit de souligner le professeur Mounir qui reste une icône incontournable et un exemple à suivre.
L’allocution du Directeur Général de la Fondation Marocaine pour la Promotion de l’Enseignement Préscolaire :
Monsieur Aziz Kaichouh a souligné que la situation de ce secteur névralgique demeure critique à plus d’un titre, et pour cause, nous sommes loin des ambitions affichées, malgré l’incommensurabilité des efforts déployés par tous les acteurs et les partenaires, le préscolaire au Maroc reste une niche insuffisante. Le Directeur Général de la FMSP a noté que sa fondation se positionne aujourd’hui comme un acteur incontournable qui veille à instaurer une offre de référence sur le plan national. Il a tout mis en place et il a tout passé sous un peigne fin, que ce soit l’attractivité des espaces, la solidité de la formation, de l’encadrement, de l’accompagnement des éducateurs, que ce soit au niveau de la gestion optimale des écoles et des unités scolaires qui est basée sur l’autonomie et la performance, que ce soit au niveau de l’ingénierie pédagogique qui vise à centrer l’action pédagogique sur l’éveil, la créativité et l’épanouissement des petits chérubins. Monsieur Aziz a dit en substance que sa fondation reste à la disposition de tous les opérateurs qui désirent s’inspirer et peaufiner leurs expériences. Au final, il a sollicité les participants à agir ensemble pour la même cause qui aura sans doute un impact bénéfique sur notre patrie.
conclusion
Nous tenons à remercier la Fondation Mohamed 6pour l’Education et la Formation qui a abrité en son sein les travaux de cette rencontre réussie, et je vous donne rendez-vous avec un autre rapport sur les exposés qui ont été présentés, le débat houleux qui s’en est suivi et les autres expériences qui ont été étoffées devant une assistance médusée, car fallait-il le reconnaître, il y a un engouement international pour la petite enfance et son bien-être et le Maroc ne doit plus rester en marge de cette passion vis-à-vis de la préscolarisation pour le développement intellectuel, affectif, linguistique et social de notre enfant
Khalid Barkaoui
Membre du Réseau Provincial pour le Développement du Préscolaire à la Province de Boulemane.

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.