Home»National»Cinquième Semaine Forestière Méditerranéenne

Cinquième Semaine Forestière Méditerranéenne

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Vers une coopération régionale renforcée pour la restauration des paysages méditerranéens : Améliorer la résilience au bénéfice des populations et de l’environnement
La 5ème Semaine forestière méditerranéenne 2017 se déroulera au Maroc dans la ville d’Agadir du 20 au 24 mars 2017. Elle sera consacrée à la restauration des forêts et paysages dans le bassin méditerranéen.
Selon ses initiateurs et organisateurs, la Semaine Forestière Méditerranéenne rassemble une grande diversité d’acteurs qui prennent part à l’un des plus importants forums sur les forêts méditerranéennes d’aujourd’hui. Cet évènement bisannuel facilite la coopération entre la communauté scientifique, les décideurs politiques et d’autres acteurs en proposant une plateforme de dialogue régional commune. Il souligne également l’importance des forêts méditerranéenne au niveau global et met l’accent sur les défis auxquels ces forêts font face. Des gestionnaires forestiers, des membres de la communauté scientifique et académique, le secteur privé, les bailleurs de fonds, des membres de la société civile, des représentants des agences environnementales et des organisations non-gouvernementales y participeront.
Cette année, le Maroc accueillera la cinquième Semaine Forestière Méditerranéenne (V SFM) dans la ville d’Agadir du 20 au 24 mars 2017 et se concentrera sur la restauration des forêts et des paysages méditerranéens. Cet évènement promouvra la reforestation et la restauration des paysages en mettant l’accent sur le rôle crucial des forêts dans le cadre des initiatives actuelles liées aux Conventions de Rio, et en lançant un appel pour l’élaboration d’un agenda d’actions ambitieux sur le terrain qui mobilise les partenaires techniques et financiers du bassin méditerranéen.
Selon notre même source d’information, la V SFM proposera une nouvelle approche au thème de la restauration des forêts qui favorise la coopération intersectorielle en impliquant les acteurs locaux pour développer des paysages productifs et multifonctionnels qui accroissent les bénéfices économiques, sociaux et environnementaux. Cette approche met en avant les synergies entre les trois conventions de Rio sur le changement climatique, la biodiversité et la désertification, et contribue ainsi à atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD).

Objectifs
• Renforcer les échanges et les synergies entre les différents acteurs impliqués dans la restauration des forêts et des paysages méditerranéens.
• Contribuer à atteindre l’ODD n°15 (Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité), et notamment la cible 15.3 portant sur la neutralité en matière de dégradation des terres (NDT) en soutenant les efforts sur la restauration de territoires dégradés en Méditerranée.
• Contribuer à atteindre la cible d’Aichi n°15 – invitant à ce que d’ici à 2020, la résilience des écosystèmes et la contribution de la diversité biologique aux stocks de carbone sont améliorées, grâce aux mesures de conservation et restauration, y compris la restauration d’au moins 15 % des écosystèmes dégradés, contribuant ainsi à l’atténuation des changements climatiques et l’adaptation à ceux-ci, ainsi qu’à la lutte contre la désertification – de la Convention sur la diversité biologique (CDB) en favorisant le maintien et la restauration de la biodiversité dans les écosystèmes forestiers méditerranéens.
• Faciliter l’atténuation et l’adaptation des forêts et des paysages méditerranéens au changement climatique, ainsi que l’obtention de bénéfices non-carbone afin de soutenir la mise en place des contributions prévues déterminées au niveau national (CPDN) faisant partie de l’article 5 de l’accord de Paris (+).
• Contribuer à atteindre l’objectif de la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la Désertification (CNULCD) sur la neutralité en termes de dégradation des terres en stimulant activement la restauration des forêts

(+)Accord de Paris
1. Les Parties devraient prendre des mesures pour conserver et, le cas échéant, renforcer les puits et réservoirs de gaz à effet de serre comme le prévoit l’alinéa d) du paragraphe 1 de l’article 4 de la Convention, notamment les forêts.
2. Les Parties sont invitées à prendre des mesures pour appliquer et étayer, notamment par des versements liés aux résultats, le cadre existant défini dans les directives et les décisions pertinentes déjà adoptées en vertu de la Convention pour : les démarches générales et les mesures d’incitation positive concernant les activités liées à la réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation des forêts, et le rôle de la conservation, de la gestion durable des forêts et de l’accroissement des stocks de carbone forestiers dans les pays en développement; et d’autres démarches générales, notamment des démarches conjointes en matière d’atténuation et d’adaptation pour la gestion intégrale et durable des forêts, tout en réaffirmant qu’il importe de promouvoir, selon qu’il convient, les avantages non liés au carbone associés à de telles démarches.

MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.