l’UICN Tire la sonnette d’alarme : DES ESPECES DE PAPILLONS INDIGENES SONT MENACEES DANS LA REGION MEDITERRANEENNE


    


Selon les entomologistes spécialisés, la région de la méditerranée qui abrite près de 462 espèces de papillons indigènes a fait objet d’une étude orchestrée par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) qui fait ressortir que 19 d’entre ces espèces sont menacées d’extinction, dont 15 sont endémiques de la région.

Le rapport en question selon l’Union internationale pour la conservation de la nature montre également que la conversion des prairies en terres agricoles et/ou en sylvicultures, le surpâturage, l’abandon des pratiques d’agriculture traditionnelles ainsi que d’autres menaces telles que le changement climatique, l’augmentation de la fréquence et l’intensité des incendies et le développement touristique constituent de graves menaces à l’intégrité des papillons méditerranéens.

Dans ce cadre ajoute-t-on, un groupe d’experts a conclu qu’une gestion efficace de l’habitat des papillons pourrait améliorer l’état de conservation de ces espèces précieuses. De plus, ces experts ont aussi proposé des mesures de conservation urgentes pour préserver ce capital naturel et cela en appliquant pleinement la législation nationale et internationale, en déployant des plans d’action en matière d’habitat et en priorisant le travail de terrain et la collecte de données pour les espèces pour lesquelles les données sont insuffisantes.

”Le papillon est l’un des insectes le plus emblématique et le plus populaire au sein du public. Il a un cycle de vie fascinant qui est utilisé dans de nombreux pays pour initier les enfants au monde naturel. Cependant, dans de nombreuses régions Européennes de la méditerranéenne, les papillons sont en déclin en raison du changement des pratiques agricoles et certaines espèces pourraient disparaitre si des mesures de conservation urgentes pour les protéger de l’extinction ne sont pas prises”, explique le Dr Chris van Swaay, président de Butterfly Conservation Europe et un des auteurs de ce rapport.

Le rapport montre aussi que les zones montagneuses, qui comportent plusieurs microclimats, comme le sud de la France, le nord de la Grèce, ainsi que le sud de la Turquie arborent une plus grande biodiversité. Plus de 21% des papillons méditerranéens sont endémiques, ce qui signifie qu’ils ne se produisent que dans la région méditerranéenne. La majorité des espèces endémiques sont concentrées dans le nord de l’Afrique (Notamment au Maroc NDLR).

”Bien que le pourcentage de papillons répertoriés comme n’ayant pas de données suffisantes est plus faible que pour les autres groupes évalués, il nous manque encore de l’information concernant la distribution, la taille et les tendances de la population, en particulier pour les espèces présentes dans le sud et l’est de la Méditerranée”, explique Catherine Numa du Centre de Coopération pour la Méditerranée de l’UICN.

La publication présente également un exemple du programme de rétablissement des espèces entrepris par Butterfly Conservation Europe pour la survie à long terme de quatre papillons méditerranéens endémiques de l’Espagne (Euchloe bazae, Polyommatus golgus, Polyommatus violetae and Plebejus zullichi).

Ce rapport est le résultat du travail élaboré par le Centre de Coopération pour la Méditerranée (UICN-Med), en collaboration avec le Programme des espèces de l’UICN et Butterfly Conservation Europe. Il a été lancé dans le cadre du Congrès mondial de la nature de l’UICN qui s’est tenu du 01èr au 10 septembre 2016 à Hawaï aux Etats-Unis.

L’UICN-Med évalue l’état de conservation des groupes taxonomiques sélectionnés dans la région méditerranéenne. La Liste rouge des papillons est la neuvième publication de la série. Cette évaluation a été rendue possible grâce au soutien financier de la Fondation MAVA et peut être consulté sur: https://portals.iucn.org/library/node/46183

Rappelons que L’UICN, Union Internationale pour la Conservation de la Nature, aide à trouver des solutions pragmatiques pour les principaux défis environnementaux et de développement auxquels fait face la planète. L’UICN est la plus ancienne et la plus importante organisation environnementale au monde, avec plus de 1300 membres, organisations gouvernementales et non gouvernementales, et près de 15.000 experts bénévoles dans quelque 185 pays. Le Centre de Coopération pour la Méditerranée de l’UICN a ouvert en 2001 avec le soutien du Ministère de l’Environnement espagnol, de La Junta de Andalucia et de l’Agence Espagnole de Coopération Internationale pour le Développement (AECID). Au cours de ses 15 années d’existence, la mission du Centre a été d’influencer, encourager et aider les sociétés méditerranéennes pour assurer la conservation et l’utilisation durable des ressources naturelles ainsi qu’un développement durable dans la région méditerranéenne.

Mohammed DRIHEM



 
 

Commenter أضف تعليقك

Veuillez copier le code ci-dessous dans le cadre rouge à droite.
*



 

Big Sidebar

 

yahoo

 

Facebook + buzz

 
 

Derniers articles

Derniers articles