La commémoration de la fête de la Révolution du Roi et du Peuple.


    


A l’instar du peuple marocain qui célèbre à l’échelle national la majestueuse fête de la Révolution du Roi et du Peuple, la ville d’Outat El Haj en général et l’espace de la mémoire historique de la résistance et de la libération  affilié au haut-commissariat  aux anciens résistants et anciens membres de l’armée de libération a fêté ce jeudi  18 août cet événement historique en grande pompe.
Il est vrai, que le responsable de cet espace a conçu un programme riche en couleurs en vue de consacrer les valeurs de cette épopée nationale qui a démontré le lien indéfectible de symbiose qui a lié le Sultan et le peuple marocain prêt à défendre contre vent et marée son symbole d’unité qui a été la cible des autorités du protectorat français.
Le responsable a convoqué à cet événement historique le conseil communal de la ville, le Pacha, le délégué provincial du haut commissariat sis à Missour, les acteurs associatifs, les directeurs des établissements scolaires, la directrice du complexe culturel 2 octobre, le directeur de la maison de l’étudiant.. ., beaucoup ont décliné poliment la convocation, d’autres n’ont pas pu se rendre sur place en raison de leur déplacement pour couler des moments de vacances . Grosso modo, la présence était honorable.
Les festivités ont débuté cet après-midi après la prière d’Alassr, par la psalmodie du coran, l’allocution du haut commissaire Mr Mustapha Laktiri, lue par le délégué provincial pour la première fois, car cet espace a été inauguré récemment. Dans ce speech historique le premier responsable a mis l’accent sur la portée de cette fête, sur le lien entre le sultan et le mouvement national, sur la grogne et l’indignation du peuple marocain qui s’est soulevé contre le colonisateur qui a touché le père de la nation à travers cette décision unilatérale qui vise l’exil du sultan et la famille royale. Le haut commissaire a mis l’accent sur les enseignements que nous devons tirer de cette grandiose  épopée  en vue de continuer le combat farouche initié par feu Mohamed 5 et le défunt compagnon et fondateur du développement de la nation le roi Hassan 2, et le souverain Mohamed 6 qui ne lésine pas sur les moyens pour construire un Maroc démocratique prospère et un pays moderne capable de se mettre au diapason des patries les plus émergents .
Après cette allocution historique, l’animateur a donné le coup d’envoi à cette activité culturelle qui est en fait, la présentation de 4 exposés.
Le premier exposé intitulé : «  la contribution de la femme marocaine dans la résistance armée contre la colonisation étrangère » est  une intervention de la responsable de l’espace historique de la résistance et de la libération, de son vrai nom, Amina Alouarit . La chercheuse a abordé l’engagement de la femme marocaine rurale dans la résistance armée( ElHri, Bougafer, Anoual…) en prodiguant les soins aux blessés, en octroyant les informations utiles à la direction des résistants, en cherchant l’eau, les provisions, en attaquant l’ennemi dans le cadre des opérations de la guerre de la guérilla.
Une deuxième intervention signée par la plume du professeur Ahmed Karbach porte le titre éloquent : «  les positions de quelques institutions religieuses vis-à-vis de l’occupant colonial » Le professeur a mis l’accent sur le rôle de premier plan joué par les savants religieux et les leaders de quelques institutions religieuses qui se sont résolument engagées dans ce processus de lutte acharnée contre l’envahisseur étranger qui a pénétré sur une terre d’islam et qui a pillé les richesses et les potentialités d’un peuple.
Tombe à point nommé mon humble intervention intitulée : «  le rôle de la littérature de la résistance contre l’impérialisme étranger »
Dans cet exposé, j’ai souligné le rôle prépondérant joué par la littérature de la résistance en particulier la poésie avec des noms qui ont marqué la littérature marocaine comme Allal Al Fassi, Abdelwahad Salmi, Almokhtar Soussi…qui ont sensibilisé les citoyens, revendiqué l’apport des rassemblements, de l’action politique et syndicale et exigé du peuple de faire preuve de résistance anti-colonialiste en vue d’asséner un coup fatal au colonisateur et à son autorité.
En matière théâtrale, figure des noms comme le martyr Mohamed Alkari, Almahdi lamnii. .. dans le roman, on a pu jeter la lumière sur quelques ténors comme Driss chraibi et son Passé Simple qui s’inscrit dans le cadre de la littérature maghrébine d’expression française destinée à un lectorat étranger pour le rallier à défendre notre cause légitime.
La dernière intervention a été lue par le professeur d’histoire Mr Amhamed Ghalem et qui porte le titre : «  la révolution du roi et du peuple : l’événement et les significations »
Si Amhamed a abordé l’historique de cette épopée, le lien qui a lié le peuple à son Sultan en particulier après la déportation de notre leader national et premier libérateur et les raisons qui ont abouti à la réussite fulgurante de cette révolution qui s’est soldée par le retour triomphal de notre Sultan, l’amorce des négociations, l’avènement de l’indépendance et la formulation du premier gouvernement post-indépendance.
Les exposés ont suscité un débat houleux et passionnant parmi l’assistance qui a apprécié l’apprêté des combats, l’acharnement de la résistance, la bravoure des résistants, l’audace du Sultan, les valeurs de fidélité  , de témérité, de solidarité , d’un esprit de sacrifice sans égal et de patriotisme  pour recouvrer l’indépendance et la souveraineté de notre pays.
Au final, le Fqih du quartier où se trouve l’espace de la mémoire historique a pris l’initiative de se recueillir sur la mémoire des martyrs, des résistants et  implorer Dieu l’omniprésent en vue de préserver la vie de notre souverain et d’assurer la prospérité et le développement à notre pays sous la conduite éclairée et clairvoyante de notre roi.
La commémoration de cette fête est une occasion en or pour inculquer les valeurs du patriotisme, du citoyenneté et d’attachement entre le trône Alaouite et le peuple vaillant du Maroc en vue d’illuminer l’esprit de la nouvelle génération, la réconcilier davantage avec son propre histoire et leur montrer les sacrifices énormes consentis par nos ancêtres pour déjouer les plans impérialistes et bâtir un pays démocratique et préserver cet élan patriotique.
Khalid Barkaoui
Professeur à l’école primaire Okba Bnou Nafia
Outat El Haj

Khalid Barkaoui


 

Dans le même sujetمقالات في نفس الموضوع

 

Commenter أضف تعليقك

Veuillez copier le code ci-dessous dans le cadre rouge à droite.
*



 

Big Sidebar

 

yahoo

 

Facebook + buzz

 
 

Derniers articles

Derniers articles