Lettre 4 : Méthodes d’étude du réchauffement climatique et nécessité de l’orientation écologique


    


Lettre (04) Mohammed DIOURI (Physicien)

La troisième remarque concerne les méthodes appliquées pour l’étude des paramètres actuels du réchauffement climatique et celles employées pour l’étude des prévisions à court, moyen et long terme. Quel que soit le type d’étude, on est amené à faire un traitement des données des mesures effectuées aussi bien pour les mesures directes des grandeurs impliquées que pour les résultats des différents modèles mathématiques de prévision.

19  L’étude des paramètres du réchauffement nécessite une approche statistique par exemple  l’apparition (ou la disparition) des nuages est un phénomène  complexe qui dépend de plusieurs variables et notamment aléatoires (Type, température, Humidité relative, aérosol, vent, zone, flux radiatif etc…). Il subsiste encore d’importantes incertitudes sur  l’importance de l’implication des nuages.

20  La compréhension de l’activité des nuages nécessite un traitement des données de plusieurs paramètres dont la dimension ou la concentration des gouttelettes en fonction du type de nuages et l’établissement des tendances d’évolution de ces derniers qui définissent l’implication réelle des nuages dans le bilan radiatif terrestre.

21  Les prévisions météorologiques du temps sont certaines pour trois jours, presque certaines pour une semaine et moins certaines pour quatre semaines suivant les modèles de prévision et les données de base utilisées. De même pour les modèles relatifs aux changements climatiques, on accordera aux résultats plus ou moins de confiance en fonction de la durée qui est dans ce cas de l’ordre de l’année, d’une ou plusieurs décades.

22  A partir des différents modèles de changements climatiques, La température moyenne globale à la fin de ce siècle sera de, +1 °C ou de +1,5°C,… jusqu’à +6 °C selon la politique environnementaliste globale conduite d’ici-là. On accorde à chaque objectif un certain degré de confiance et donc par définition les prévisions pour la fin de ce siècle sont à caractère probabiliste mais toujours dans le même sens car l’inversion demande plusieurs décades voir quelques siècles.

23 Le réchauffement climatique se définit comme la superposition des effets de l’implication humaine déterministe (car mesurable et donc peu indéterministe) et très croissante ces dernières décades  et de ceux de l’évolution naturelle « presque » indéterministe (car de période très grande) et beaucoup moins importante. A partir de ce constat, le résultat est sans équivoque, un réchauffement climatique surtout anthropogénique de saveur négative.

L’orientation écologique est une nécessité

La quatrième et dernière remarque porte sur l’orientation à suivre pour inverser la tendance actuelle et retrouver le chemin naturel de l’évolution naturelle de notre planète.

24  Observé par le passé (Carottes de glace) le réchauffement climatique a accompagné de façon similaire avancée l’augmentation de la proportion de CO2 atmosphérique.

25  L’augmentation de la proportion de CO2 atmosphérique est une réalité actuelle bien observée, Le CO2 est un gaz à effet de serre GES comme tous les gaz triatomiques et plus est une réalité (H2O premier gaz naturel à effet de serre reste dans une proportion globale constante). Principalement due au surplus de CO2 atmosphérique émis par l’activité humaine, le réchauffement climatique est une réalité.

26 Les émissions des GES en termes de pouvoir de réchauffement global (L’émission d’ 1 kg de méthane CH4 dans l’atmosphère,  produira le même effet, sur un siècle, que celle de 23 kg de CO2) doivent être dans des proportions qui permettent le retour à l’équilibre naturel antérieur à l’utilisation des combustibles fossiles.

27 Le surplus de CO2 atmosphérique généré par l’activité humaine a atteint des niveaux importants. En moyenne globale le niveau atteint (400 ppm) correspond avec les GES équivalents Carbonne à une augmentation de plus de 62% depuis l’avènement de la motorisation utilisant les combustibles fossiles !

28 Par ordre d’importance, les émissions volcaniques, l’activité solaire et les rayons cosmiques, ne sont pas à l’origine du réchauffement climatique terrestre actuel, leurs pics d’implication quand ils apparaissent (voir plus loin) demeurent négligeables devant l’apport des GES.

29  Les différents types de combustibles (Charbon, pétrole, gaz, bois) et les feux de forêt sont à l’origine des émissions de CO2 et équivalents Carbonne dans l’atmosphère et par conséquent au réchauffement climatique actuel.

30  Pour retrouver le chemin naturel de l’évolution naturelle de notre planète, il faut avoir un comportement respectueux de la nature et de la planète, toutes les orientations de saveur positive qui permettent des actions impliquant l’effacement du surplus de CO2 et équivalents Carbonne introduits par l’activité humaine sont prioritaires. L’orientation écologique est une nécessité.

31 L’exemple de l’épaisseur de la couche d’ozone qui retrouve petit à petit son état initial depuis qu’on a stoppé la commercialisation et la production des CFC à l’origine de la destruction de l’ozone est là pour nous rappeler que c’est possible de faire la même chose pour le surplus des GES équivalents Carbonne et retrouver le chemin vers l’équilibre et l’évolution naturels.

Professeur Diouri Mohammed

Faculté des sciences

Département de physique, université MOHAMMED premier

Oujda

A suivre, lettre 5

 

Professeur Diouri Mohammed


 

Dans le même sujetمقالات في نفس الموضوع

 

Commenter أضف تعليقك

Veuillez copier le code ci-dessous dans le cadre rouge à droite.
*



 

Big Sidebar

 

yahoo

 

Facebook + buzz

 
 

Derniers articles

Derniers articles