MRE : Un double langage révoltant et inquiétant de Abdelilah Benkirane


    


        ( Abdelkrim Belguendouz )

Lundi 1er août 2016 , la commission des Marocains résidant à l’étranger , relevant du Parti de la
Justice et du développement ( PJD) , organisait à Rabat au siège de la Fondation Mohammed VI de promotion des Oeuvres sociales Education-Formation , un colloque public sur le thème : “MRE :  Identité et double appartenance ” .

Les interventions programmées se voulaient centrées uniquement sur l’identité culturelle et religieuse des MRE et leur double appartenance au plan culturel . Pour les organisateurs , parler également de l’identité nationale des MRE et de leur double appartenance citoyenne était hors sujet , alors qu’en fait , ils voulaient faire de la problématique de la citoyenneté et de la participation politique des MRE un sujet tabou , compte tenu à notre sens , de l’exclusion des MRE du scrutin législatif du 7 octobre 2016 , par le gouvernement dirigé par le PJD .

   La dimensions politique s’est invitée

Néanmoins , lors de la discussion avec la salle , ce point a été soulevé par l’auteur de ces lignes , en montrant en premier lieu que les institutions marocaines chargées de défendre l’identité culturelle et religieuse des MRE étaient défaillante comme le Conseil Européen des Oulémas Marocains . En second lieu , le CCME qui dispose pourtant d’un groupe de travail spécifique sur “Culture , Éducation et Identité ” et dont est membre le responsable de la commission MRE du PJD ( Omar El Morabet ) , n’a présenté aucun avis consultatif pour contribuer à trouver des solutions en la matière . En troisième lieu , il s’agit par rapport aux nouvelles générations de MRE , de se poser la question de savoir si en plus du problème de l’identité culturelle , la non prise en compte réelle de leur identité nationale par le Maroc , avec ce que cela implique comme droits politiques , ne contribue pas pour certains ,  au délitement de leur personnalité , qui est exploité par les extrémistes !?

De même , lorsque Abdelilah Benkirane a rejoint le colloque et a fait son intervention en tant que secrétaire général du PJD sur l’identité culturelle des MRE , nous lui avons posé la question sur l’identité nationale des MRE et la problématique de la citoyenneté et des droits politiques par rapport au Maroc.

Nous lui avons d’abord affirmé que jusqu’à novembre 2011 , nous étions , en tant que citoyen et militant pour les droits multidimensionnels des citoyens MRE , très satisfait des prises de position de l’époque du PJD et de ses parlementaires , qui ont défendu jusqu’au bout leur représentation au sein de la Chambre des députés . Mais depuis qu’il dirige la coalition gouvernementale , Abdelilah Benkirane a changé diamétralement de position , alors que le groupe parlementaire du PJD à la Chambre des représentants a déposé , au même titre que ceux de l’USFP et de l’Istiqlal , une proposition de loi tendant à la députation des MRE . Comment expliquer alors son opposition en tant que chef du gouvernement , alors qu’en tant que chef du PJD , il était pour cette participation !?

   Une réponse en deux temps

La réponse de Abdelilah Benkirane a mis en avant deux éléments que l’on peut résumer de la manière qui suit , en regrettant fortement pour une question de transparence , l’absence de
reproduction de cette réponse par le site officiel PJDiste , qui a édité par ailleurs sur son site , l’exposé préliminaire intégral du SG du PJD :

1 – Lorsque le PJD a quitté l’opposition pour diriger le gouvernement , suite aux résultats des élections législatives du 25 novembre 2011 et concernant ce dossier , le PJD s’est retrouvé à propos de la gestion de ce dossier , confronté à de multiples difficultés réelles , à des problèmes objectifs et à de vraies contraintes , mais sans préciser à aucun moment la nature de ces problèmes . De même , aucune allusion n’a été faite à des efforts entrepris pour dépasser ce qui a été considéré comme des empêchements majeurs .

2 – En tant que chef du PJD , il comprend parfaitement la justesse et le bien-fondé des revendications citoyennes et des préoccupations politiques des MRE . Voilà pourquoi , il a même conseillé aux citoyens  MRE de continuer et de persévérer dans leur lutte pour réaliser l’effectivité de  leurs droits politiques par rapport au Maroc .

Était -ce une manière de faire son mea-culpa en tant que chef de gouvernement ? Sur ce point précis , rappelons que cette position du PJDiste Benkirane n’est pas nouvelle . Déjà à la mi-novembre 2011 , face à l’instauration de la procuration pour le vote des MRE , il avait incité ces derniers à intensifier leur lutte jusqu’à la victoire contre cette “insulte” et la réalisation de leurs droits politiques pleins et entiers .

Un complément inachevé

A la fin de la séance , au milieu d’un groupe de diverses personnes qui l’avaient rejoint , nous voulions en savoir plus sur la nature des difficultés et des problèmes qu’il avait évoqués , ainsi que les  efforts qui auraient été entrepris pour dépasser ces contraintes . Tout en quittant la salle , escorté de ses gardes du corps , sa réponse a été très courte : ” D’après vous , si on organise ces élections à l’étranger , qui l’emporterait ? Par ailleurs , savez-vous qu’il y a 800 . 000 Marocains en Israël ; comment pourrait-on faire en ce qui les concerne ? ”

Sur la première question , je lui répondis rapidement que le vainqueur pourrait être le PJD ou bien un autre parti ; seules les urnes le diront , et pour respecter la démocratie , ces élections doivent avoir lieu . Sur la deuxième question , je lui ai fait observer que cette remarque a déjà été formulée comme objection fondamentale par le ministre de l’Intérieur au sein de la Commission parlementaire qui discutait du projet de loi organique relatif à la Chambre des Représentants .

L’échange ne s’est pas poursuivi pour aller au fond des choses , alors que le colloque organisé , était l’espace indiqué pour en débattre avec le public , si la volonté politique des organisateurs était au rendez-vous .  En évoquant les 800.000 Marocains d’Israël , Benkirane a t-il simplement voulu “couvrir” le ministre de l’Intérieur , ou bien cherchait-il à montrer que le responsable du dossier électoral est bien le chef du gouvernement et qu’après tout , certains arguments utilisés pour s’opposer à la députation des citoyens MRE , peuvent bien , contre toute attente , provenir du chef du gouvernement lui même et / ou de certains “patrons” zélés de sa majorité !?

                   Une vidéo accablante en date du 2 août 2016

La perplexité demeure lorsqu’on écoute attentivement la vidéo ci-après , reproduisant l’intervention du secrétaire général du PJD faite le lendemain ( 2 août 2016) au siège du parti , lors de la réunion annuelle des MRE membres du PJD à l’étranger . A la 15éme minute de cette vidéo diffusée sur le site officiel du PJD , Benkirane affirme que la question de la participation politique des MRE n’est pas importante , alors que la veille , il conseillait publiquement aux MRE de poursuivre le combat citoyen et sous-entendu , qu’il en était solidaire !!!

Traduit de l’arabe , Benkirane dit en effet ceci à l’assistance  : ” Il y a de nombreux frères qui me posent chaque fois la question sur le droit de vote et la représentation politique ( sous-entendu des MRE ) . Ne vous tracassez pas par rapport à ce sujet . Bien entendu , que vous en parliez dans les média pour faire de l’animation , créer une dynamique de débat et mettre en relief votre revendication , c’est bien , mais ceci n’est pas important…” !!!

Voilà donc un flagrant délit de double langage qui montre bien la conviction profonde du secrétaire général du PJD , qu’il fait partager bien entendu au chef du gouvernement , qui se soumet lui même au lobby farouchement hostile à la participation politique des MRE et fait en sorte que les militants de son propre parti à l’extérieur du Maroc, abandonnent volontairement ou sacrifient leurs droits constitutionnels ( et ceux des autres citoyens MRE qui ne sont pas affiliés au PJD )  , parce que dans son esprit , il s’agit  d’une question insignifiante , mineure et sans aucune valeur …!!! En d’autres termes , on peut parler du droit de vote en terme de “Com” , mais lorsqu’il s’agit de passer à la concrétisation effective de ce droit , il faut alors tout oublier et abandonner la revendication de ce droit , sans doute comme nous l’avons interprété’, pour sauvegarder en quelque sorte , les intérêts supérieurs du PJD …Cette attitude est révoltante et inquiétante à la fois .

Dés lors , si la Jaliya vit actuellement dans une atmosphère d’amertume et de désenchantement par rapport au Maroc , et non pas uniquement par rapport à la crise dans les pays d’immigration , contrairement au discours  de certains responsables ministériels ou institutionnels , on comprend mieux les raisons de sa nouvelle exclusion arbitraire  du processus démocratique , au mépris de la Constitution et en violation flagrante de divers discours royaux , dont celui du 6 novembre 2005 . En procédant ainsi , le chef du gouvernement et chef du PJD , n’est-il pas objectivement en position solidaire avec ceux qui pratiquent “Attahakkoum” sur la Jaliya !? Pourquoi cette transgression opérée par le gouvernement , justifiée par des dirigeants institutionnels dont ceux du CCME et du CNDH et incitée par certains milieux qui perçoivent les citoyens MRE comme un “danger” !? L’opinion publique a le droit de savoir . Le silence citoyen n’est pas de mise .

             Reddition des comptes nécessaires

Plus important encore : pourquoi certains responsables violent-ils en toute impunité les dispositions constitutionnelles et pourquoi certains n’appliquent pas les directives royales contenues dans des discours officiels et qui s’imposent à eux , sans que , publiquement , la reddition des comptes ne soit exigée d’eux !? L’attente pour l’effectivité des droits politiques constitutionnels des citoyens MRE a trop duré , avec des prétextes fallacieux de divers gouvernements et institutions consultatives . Par ailleurs et de ce fait , la crédibilité de l’Etat et de ses institutions est de plus en plus mise en cause , ce qui est très grave pour l’avenir du pays et de sa composante à l’étranger , dont certains voudraient qu’elle coupe en pratique politiquement avec le Maroc , pour ne garder fondamentalement que la relation économique et quelques liens au plan cultuel !!! Cette option nettement perceptible chez les gestionnaires du dossier de la comm est très dangereuse et nous devons une nouvelle fois , tirer la sonnette d’alarme ! Les enjeux sont hautement nationaux et stratégiques .

Quelques mots pour terminer , à l’adresse de ceux qui me reprochent mon “immixtion” ” dans les affaires intérieures de la Jaliya et qui se mêle de choses qui ne le regardent pas . Je n’ai jamais agi et ne suis jamais intervenu en tant que représentant de la  communauté marocaine résidant à l’étranger ou parlant en son nom . Mais en tant que citoyen engagé , vivant pleinement le sentiment d’appartenance à la communauté nationale marocaine , que l’on me laisse le droit et même le devoir d’être de manière responsable  et sans aucun calcul , solidaire avec les droits multidimensionnels  de mes concitoyens MRE , dont leurs droits politiques par rapport au Maroc , qui appartient à tous les Marocains , qu’ils vivent à l’intérieur ou à l’extérieur des frontières nationales du Maroc .

Ici l’intégralité de la vidéo du 2 août 2016

Rabat , le 14 août 2016

Abdelkrim Belguendouz
Universitaire à Rabat , chercheur en migration

Abdelkrim Belguendouz


 

Dans le même sujetمقالات في نفس الموضوع

 

Commenter أضف تعليقك

Veuillez copier le code ci-dessous dans le cadre rouge à droite.
*