Home»Correspondants»PARITE DANS LE SECTEUR DE L’EAU: Formation sur l’intégrité dans le secteur de l’eau au profit de femme marocaine à l’Université Al Akhawayn d’Ifrane

PARITE DANS LE SECTEUR DE L’EAU: Formation sur l’intégrité dans le secteur de l’eau au profit de femme marocaine à l’Université Al Akhawayn d’Ifrane

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Dans le cadre de son projet sur l’intégrité dans le domaine de l’eau, financé par le Stockholm International Water Institute, SIWI, l’Université Al Akhawayn à Ifrane organise une série d’ateliers de formation et de sensibilisation pour différents secteurs cibles au Maroc.
En effet, après avoir réussi un premier atelier organisé en faveur de la société civile et des médias du 6 au 9 mai 2015, l’Université Al Akhawayn a organisé un second atelier de formation sur l’intégrité dans le secteur de l’eau au profit de la femme marocaine active aussi biebn dans le secteur associative que dans l’administration et dans la domaine de la recherche scientifique.
Une quinzaine de jeunes femmes venant de Casablanca, Fès, Rabat, Errachidia, Azrou, Ifrane et d’ailleurs se sont retrouvées autour d’une même table pour débattre positivement de l’intégrité dans le domaine de l’eau considérée comme une denrée essentielle à la vie et suivre avec intérêt des communications présentées par  Dr. Jacks Kalpakian professeur à l’Université Al Akhawayn qui a abordé la Gestion Intégrée des Ressources en Eau , l’intégrité et l’évaluation des risques à l’intégrité, la transparence liée au genre et Mme Narjiss Lamarti chef de service de la qualité de l’eau à l’Agence du Bassin Hydraulique du bassin de Loukkos àTétouan qui a traité de la Gouvernance de l’eau, l’intégrité dans le secteur de l’eau, les répercussions de l’intégrité sur le volet économique, social et environnemental et la transparence dans le secteur de l’eau.
Par la même occasion, les participantes à ce deuxième atelier de formation sur l’intégrité dans le secteur de l’eau ont été invitées à participer à des exercices animés par les deux intervenant sus cités abordant des sujets sur l’approche Genre, le Role-play de l’intégrité, la Cartographie des risques à l’intégrité et sur la responsabilité et les moyens susceptibles de la renforcer
A rappeler que l’Université Al Akhawayn d’Ifrane a été sélectionnée partenaire national du programme de renforcement des capacités sur l’intégrité de l’eau dans la région du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA) pour la période 2014-2017. Dans ce cadre, Al Akhawayn avait organisé un atelier de partage sur l’intégrité dans le domaine de l’eau, qui se tiendra le 5 septembre 2014 à Ifrane.
Pour avoir mené plusieurs travaux sur le sujet, l’Université Al Akhawayn d’Ifrane a été sélectionnée partenaire national du programme de renforcement des capacités sur l’intégrité de l’eau dans la région MENA pour la période 2014-2017. «Ce projet rentre dans le cadre des activités de recherche-développement menées par l’université et de son ouverture sur le monde socioéconomique et la société civile» avait déclare Dr Ahmed Legrouri, professeur des sciences de l’environnement à Université Al Akhawayn,. Il avait ajouté que «La sélection vient suite au projet lancé par Université Akhawayn d’Ifrane, sur “l’intégrité dans le domaine de l’eau”, réalisé en réponse à l’appel d’offres international de l’Institut international de l’eau de Stockholm (SIWI)».
Afin de répondre à ces défis, SIWI a lancé un programme de renforcement des capacités dans le domaine de l’intégrité dans la gestion des ressources en eau, à travers l’évaluation des risques liés à ce sujet. C’est dans ce cadre que l’Université Al Akhawayn d’Ifrane mène, en concertation avec les différents acteurs nationaux travaillant dans le domaine de l’eau, une étude nationale visant à identifier les principaux risques pour l’intégrité de l’eau. Une première initiative de ce projet consiste en un atelier de concertation et de partage.
Rappelons aussi que la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) est fondée sur une vision globale qui tient compte de la dynamique des ressources en eau au sein des espaces naturels que sont les bassins hydrographiques ou les aquifères, avec une implication de l’ensemble des acteurs du domaine de l’eau dans un nouveau cadre de gestion, permettant de concilier au mieux l’ensemble des usages pour le développement continu d’une région ou d’un pays, tout en préservant les besoins des générations futures.
La Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) signifie donc une :
Ø    Approche intersectorielle intégrant objectifs écologique, économique et social pour atteindre des bénéfices multiples et transversaux.
Ø    Prise en compte des aspects technique, social et politique, y compris les résolutions de conflits, des demande et usage dans les différents sens économique, environnemental ou géopolitique.
Ø    Intégration intersectorielle, intégration des usages, intégration des demandes, intégration aussi bien avec l’environnement que les populations.
Ø    Gestion cordonnée de l’eau, des terres et des ressources connexes.
Ø    Participation des acteurs en vue de faciliter une large appropriation et de les responsabiliser. Implication active des personnes affectées et des groupes d’intérêt dans la résolution des conflits, promotion de la durabilité pour mobiliser davantage de ressource et gestion socialement responsable des ressources qui bénéficie à l’ensemble des composantes de la société et associe de nouvelles méthodes institutionnelles.
Ø    Approche systémique qui reconnait aussi bien les composantes individuelles que les interactions entre elles et que toute perturbation d’un système entre une modification des autres.
Et de ce fait, la GIRE repose sur des principes clés tels que :
ü    L’eau douce est une ressources limitée et vulnérable, essentielle au maintien de la durabilité de la vie, de l’environnement et du développement.
ü    La mobilisation et la gestion de l’eau doit être basée sur une approche participative impliquant usagers, planificateurs et décideur politiques à tous les niveaux. L’eau est bien une question dans laquelle tout le monde est acteur et l’approche participative est le meilleur moyen d’atteindre un consensus durable et un accord commun.
ü    La femme joue un rôle central dans la provision, la gestion et la préservation de l’eau.
ü    L’eau représente une valeur économique dans tous ses usages concurrentiels et doit être reconnue comme un produit économique. Sa gestion doit ainsi refléter la valeur des différents usages en pratiquant des prix qui répondent au coût de ses provisions.
MOHAMMED DRIHEM

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.