Home»Femme»Les États membres de l’Union pour la Mediterranée s’engagent à renforcer le rôle des femmes dans la région euro-méditerranéenne

Les États membres de l’Union pour la Mediterranée s’engagent à renforcer le rôle des femmes dans la région euro-méditerranéenne

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Les ministres des 43 États membres de l’Union pour la Méditerranée (UpM) se sont réunis aujourd’hui au Caire à l’occasion de la quatrième Conférence ministérielle de l’UpM sur « Le renforcement du rôle des femmes dans la société ». Ils ont convenu d’adopter un agenda commun pour renforcer le rôle des femmes dans la région euro-méditerranéenne.
La Conférence ministérielle était présidée par la Ministre jordanienne du Développement social, Hala Lattouf, en présence du Secrétaire général de l’UpM, Fathallah Sijilmassi. Elle fut organisée sous l’égide de la République arabe d’Égypte, représentée par la Présidente du Conseil National des Femmes, Maya Morsy.
Les Ministres ont salué les efforts réalisés par les États membres de l’UpM en faveur de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes et des jeunes filles, et ont souligné l’importance d’affronter les obstacles entravant toujours la pleine participation des femmes dans les sphères publiques comme privées. Ils ont également encouragé la poursuite des efforts de consolidation des progrès réalisés. À cette fin, ils ont adopté une Déclaration comportant des recommandations, actions et mesures concrètes et opérationnelles axées sur quatre domaines prioritaires : accroître la participation des femmes à la vie publique et à la prise de décision, améliorer la participation économique des femmes, lutter contre toutes les formes de violence à l’encontre des femmes et des jeunes filles et s’affranchir des stéréotypes de genre.
Préparé dans le cadre du dialogue régional de l’UpM sur l’autonomisation des femmes par des représentants de l’UpM ainsi que des principales organisations internationales et régionales, un Rapport sur l’avancement de l’égalité des genres dans la région a été présenté lors de la conférence.
Ce rapport montre que des progrès majeurs ont été réalisés dans certains domaines spécifiques en lien avec les droits des femmes et des jeunes filles, notamment dans l’accès à l’enseignement et à la vie publique. Cependant, il révèle également qu’un écart existe toujours entre les efforts législatifs et politiques d’une part, et leur mise en œuvre d’autre part. Les pratiques discriminatoires, les barrières sociales, une protection institutionnelle insuffisante et un accès inégal aux services et ressources ont été identifiés parmi les principaux obstacles à l’égalité des genres dans la région. En outre, la violence à l’encontre des femmes et des jeunes filles constitue un problème majeur dans tous les États membres de l’UpM, où des millions de femmes et de jeunes filles subissent toujours des violences physiques et sexuelles. À cet égard, les ministres ont décidé de soutenir le lancement d’une campagne de sensibilisation régionale destinée à prévenir la violence à l’encontre des femmes et des jeunes filles. Cette campagne sera mise en œuvre par la Commission européenne.
Le Secrétariat général de l’UpM a été chargé de développer un mécanisme de suivi régional portant sur des indicateurs préalablement établis afin de surveiller les progrès réalisés en matière de droits des femmes, ainsi que de promouvoir des projets et initiatives spécifiques à la région dans son ensemble.
En marge de la conférence, le groupe de travail de l’UpM sur la participation des femmes à la vie économique et à la prise de décision devrait se réunir après-midi du 27 novembre afin de discuter des premières étapes à suivre pour mettre en œuvre les recommandations de la déclaration ministérielle dans ce domaine en particulier. En outre, une réunion sur les partenariats et l’engagement aura lieu. Elle comptera sur la participation des principales organisations régionales et internationales, ainsi que des institutions financières travaillant dans le domaine de l’autonomisation des femmes. L’objectif de cette réunion est de souligner l’engagement des acteurs concernés vis-à-vis de l’égalité des genres, ainsi que d’étudier les synergies et la possibilité d’une coordination plus approfondie entre tous les acteurs régionaux clés en vue d’améliorer l’impact sur le terrain.

Mohammed Drihem
Déclaration ministérielle de l’UpM sur le renforcement du rôle des femmes dans la société
Déclaration
Projets labellisés par l’UpM

Le Secrétariat général de l’UpM travaille activement avec l’ensemble de ses partenaires au sein de la région pour promouvoir l’autonomisation des femmes grâce à des projets et initiatives à impact régional. En voici quelques exemples :
Former des citoyens responsables : promouvoir l’éducation civique afin de prévenir la violence à l’école, en particulier à l’encontre des jeunes filles et des femmes.
L’objectif du projet est d’influencer les politiques et les législations en vue de promouvoir les principes de développement inclusif et durable, le renforcement du rôle des femmes et l’égalité des genres, ainsi que de prévenir la violence contre les femmes et les jeunes filles à travers une égalité d’enseignement pour une citoyenneté à part entière dans les écoles. Les autorités de l’éducation nationale, notamment les ministères de l’Éducation, sont pleinement engagés dans la mise en œuvre du projet.
Promouvoir l’autonomisation des femmes pour le développement industriel inclusif et durable dans la région MENA.
Avec un budget total atteignant les 4,5 millions d’euros, ce projet est promu par l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) et financé en partie par le gouvernement italien. Son objectif est d’encourager l’inclusion économique des femmes en exploitant l’immense potentiel des femmes entrepreneurs en Algérie, en Égypte, en Jordanie, au Liban, au Maroc, en Palestine et en Tunisie, ainsi qu’en créant les conditions nécessaires à la croissance durable et inclusive.
FAM : « Femmes d’avenir en Méditerranée »
Ce projet s’adresse aux jeunes femmes qui présentent un fort potentiel et sont originaires de pays du Sud de la Méditerranée. Son objectif est de renforcer leurs compétences en leadership grâce à un programme de formation intensif dispensé par Sciences Po Paris.
LEURS DECLARATIONS
Citations et interventions

Hala Lattouf ; Ministre jordanienne du Développement social, , a déclaré : «Le processus ministériel de l’UpM sur le renforcement du rôle des femmes dans la société est un outil majeur pour la promotion et le soutien des droits des femmes et de l’égalité des sexes aux niveaux régional et national. La Jordanie a été témoin de trois vagues migratoires depuis le début de ce millénaire. Nous devons travailler ensemble pour protéger et soutenir les femmes et les jeunes filles, et nous devons collaborer étroitement pour éradiquer la violence, quelle qu’en soit la forme, faite envers les femmes et ainsi construire un avenir pour elles, leurs familles et leurs enfants dans lequel elles se sentent en sécurité et habilitées à jouer leur rôle légitime dans la construction d’un nouvel avenir.»
Fathallah Sijilmassi ; Secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée pour sa part a annoncé que: « Le développement humain est un facteur déterminant de stabilité et de sécurité dans la région méditerranéenne et les femmes jouent un rôle fondamental à cet égard. La conférence d’aujourd’hui constitue un pas en avant dans la mise en œuvre d’un agenda positif et commun en faveur de l’autonomisation des femmes dans la région, notamment au travers de la mise en place d’initiatives, de plateformes de dialogue et de projets concrets à impact régional. »
La Présidente du Conseil National des Femmes d’Égypte, Maya Morsy, a déclaré : « L’Égypte a toujours ouvert la voie à la coopération entre les pays des deux rives de la Méditerranée, avec à l’esprit la volonté d’atteindre le bien-être de la société et le développement. Nous sommes très heureux d’accueillir la quatrième Conférence ministérielle de l’UpM car les cadres régionaux existants et l’UpM jouent un rôle important dans le renforcement du rôle des femmes dans les sociétés. Nous sommes réellement attachés à assurer les progrès en vue d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD), et en particulier l’objectif 5, « Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles », en partageant et en proposant des solutions innovantes qui briseraient le plafond de verre pour les femmes dans la région. »
Pour Mariya Gabriel ; Commissaire européenne à l’Économie et à la Société numériques,: « La réunion ministérielle de l’Union pour la Méditerranée a pour objectif principal d’accentuer l’importance du renforcement du rôle des femmes dans la société. Nous avons l’intention de travailler en étroite collaboration afin de joindre l’action à la parole, au travers d’un dialogue efficace sur les politiques relatives aux femmes et la mise en œuvre des mesures contenues dans notre déclaration. L’égalité entre les femmes et les hommes et la promotion de la femme ne sont pas seulement une question de droits de l’homme, mais sont une composante essentielle de la démocratie et du développement. Des progrès remarquables ont été réalisés dans la région en ce qui concerne les droits des femmes et des jeunes filles. Tous les pays de l’UpM ont intégré l’égalité des sexes dans leurs cadres législatif, constitutionnel et international. Cependant, tous nos pays font encore face à des obstacles considérables: la violence, la discrimination, les stéréotypes, les plafonds de verre, etc. Nous devons travailler ensemble pour éliminer toutes les barrières qui empêchent les femmes de développer pleinement leur potentiel.»

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.