Home»Débats»Radioscopie de la régionalisation qui gagne

Radioscopie de la régionalisation qui gagne

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Par BELHALOUMI Abdelrhani
Belhaloumi.a@skynet.be

 

L’amorce du processus de régionalisation avancée au Maroc est une étape importante pour l’avenir du Maroc, en vue de la consécration constitutionnelle de la régionalisation avancée ou sa concrétisation dans une loi.
Même si tous les modèles connus actuellement dans les pays démocratiques ont montré leur limite ; l’élaboration d’un modèle propre au Maroc est une chose on ne peut  plus évidente et obligatoire..
Le rapport  rendu public par  la commission consultative de la régionalisation connaît visiblement  des lacunes, malgré la pertinence d’une partie de son contenu.

 

Une règle d’or : tout découpage  régional doit être orienté  vers le  renforcement de l’unité de l’Etat, de la nation et du territoire, et créer les conditions pour une solidarité nationale entre régions.

 

Une règle d’or : tout découpage  régional doit être orienté  vers le  renforcement de l’unité de l’Etat, de la nation et du territoire, et créer les conditions pour une solidarité nationale entre régions.
Car, au Maroc nous n’avons pas l’équivalent du Comité des Régions de l’Union Européenne. L’assemblée politique du Comité des Régions fait entendre la voix des collectivités régionales et locales dans l’élaboration des politiques et de la législation de  l’Union européenne. La politique régionale européenne est une politique de solidarité: elle consacre plus du tiers du budget de l’Union européenne à
réduire les écarts de développement entre les régions et les disparités de bien-être entre les citoyens. Par le biais de cette politique, l’Union veut:
_ aider les régions à rattraper leur retard;
_ restructurer les zones industrielles en crise;
_ diversifier les économies des zones rurales en déclin agricole;
_ revitaliser les quartiers déshérités des villes
Voici d’ailleurs un aperçu des  modèles européens :
La République fédérale d’Allemagne est composée depuis sa réunification  de seize länder qui comptent bien sûr sur l’économie forte de leur pays pour réduire les inégalités que connaît l’ex-Allemagne de l’Est.
L’Espagne a mis en place 17 communautés (dont Aljozor Alja3faria) et 2 villes autonomes (les Marocaines Sebta et Melilia).

 

L’Italie compte 20 régions,  la Belgique 3 régions, Chypre 3 régions, Le Danemark est divisé en 5 régions, qui se sont substituées aux amter à partir du 1er janvier 2007 ; l’Estonie a 15 régions (Maakond), La Finlande compte 20 régions ( maakunta) ; la Grèce a 13 régions (dont beaucoup en difficulté) ; la Hongrie a réduit le nombre de régions à 13 (au lieu de 19 comitats., avant) ;  l’Irlande a 4 provinces ; la Lettonie a 5 régions ; la Lituanie a 5 régions ; le Luxembourg a 5 régions ; Malte a 3 îles ; les Pays bas ont 4 régions ; la Pologne a 16 provinces  (la voïvodie) ; le Portugal a 7 régions ; la République tchèque est divisée en treize régions (kraje) ; La Grande Bretagne a 14 régions ; la Slovaquie a 8 régions ; la Slovénie a 12 régions ; la Suède n’ pas de régions mais compte 21 comtés.
La France, quant à elle, est divisée  en 27 régions, dont 22 situées en France métropolitaine (en comptant la collectivité locale de Corse) et 5 régions d’outre-mer.

 

Quant au  projet actuel de la commission marocaine (CCR), il  ressemble fort au modèle français. Puisque la France est un Etat unitaire et décentralisé. Les régions, tout en ayant le statut de collectivités territoriales, ne disposent  pas d’autonomie législative, mais d’un pouvoir réglementaire limité.

 

Et  pourtant , le fonds monétaire international, sans qu’il soit contre la régionalisation, ne voit pas d’un bon œil la multiplication des administrations : centrale, régionale et locale. Car, la multiplication des élus,  des fonctionnaires et des administrations génère  un coût énorme et engendre  des problèmes économiques  pour les états: exemple : Grèce, Espagne, Portugal, Irlande  etc…
Quant au  projet actuel de la commission marocaine (CCR), il  ressemble fort au modèle français. Puisque la France est un Etat unitaire et décentralisé. Les régions, tout en ayant le statut de collectivités territoriales, ne disposent  pas d’autonomie législative, mais d’un pouvoir réglementaire limité.
Et on voit bien que la Commission(CCR) a  probablement commis une erreur d’appréciation  et d’analyse . Est-ce dû au manque d’expérience en matière de régionalisation, comme le suggèrent certains observateurs ? En tout cas, la commission (CCR) a  par exemple scindé purement et simplement la région de l’Oriental (1).  Et c’est ipso facto l’équilibre de toutes les régions  qui en sera affecté, si cette  proposition  de découpage  est maintenue. On ne peut appliquer  au Maroc une méthode  importée de régions et de  pays lointains ;  ayant connu des réalités différentes de celle du Maroc.

Le Maroc n’est pas la Bulgarie et ses 28 « oblasti», ni la Roumanie qui s’étend sur plusieurs régions appartenant à des pays voisins.
La Roumanie, l’Allemagne ou l’Italie ont connu des guerres et des processus d’unification progressifs et compliqués. Au Maroc, c’est une autre histoire.
D’où la piste la plus plausible dans ce beau pays ;  est de fusionner des régions existantes et de maintenir d’autres telles quelles.

J’ai pour ma part une proposition modeste ; à savoir la création de maximum 10 régions. Le Maroc pourraient ainsi engranger des économies substantielles avec des régions fortes, et réduire son déficit et ainsi  faire face à l’avenir et aux défis du siècle : enrayer le chômage des jeunes, généralisation de l’infrastructure de base dans régions isolées,  diminuer la criminalité,  faire face au vieillissement de la population , augmenter la qualité de l’enseignement , renforcer l’énergie alternative et la protection de l’environnement etc… Et aussi pour améliorer la gouvernance territoriale, moderniser les structures de l’Etat et promouvoir le développement économique, social et culturel.

NB A  partir du moment où les régions seront fonctionnelles au Maroc, les provinces et les agences de développement  devront   disparaître pour réduire les dépenses.

 

Le Maroc sera doté d’une régionalisation saine qui abolira le communautarisme et le régionalisme qu’on voit apparaître dans certains pays européens : en Italie : avec la Ligue du Nord, en Belgique avec la NVA etc…
LA REGIONALISATION DE L’UNION
NB A  partir du moment où les régions seront fonctionnelles au Maroc, les provinces et les agences de développement  devront   disparaître pour réduire les dépenses.
Voici la liste des 10 régions qui composeront le Maroc (une autre conceprion) :
(Les données et  les chiffres sont à vérifier par rapport  aux chiffres disponibles en  2011) :

 

1ère région : fusion entre 3 régions

Oued-Eddahab – Lagouira- Laayoune-

Boujdour-Sakia El Hamra- Guelmim-Esmara

Avec ses 36.751 habitants, dont 31.148 d’urbains, la région de Oued Ed-Dahab – Lagouira est la moins peuplée du Royaume. Elle comprend une province : Oued Eddahab et une préfecture (Awsard)
Près de 30 % de la population de cette région sont âgés de moins de 15 ans.
Le secteur tertiaire emploie 54 % de la population active, le primaire, lui en occupe 34,5 %.
32,1 % des citoyens de cette région sont des fonctionnaires et 13,1 % sont dans le commerce.
La région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra, occupe la partie centrale des régions sahariennes, limitée au Nord par la région de Guelmim-Es-Semara, au Sud par la région Oued Ed-Dahab-Lagouira, à l’Est par la Mauritanie et à l’Ouest par l’Océan. Elle s’étend sur une superficie de 139 480 km2 soit 19,62% de la superficie nationale.
Administrativement, la région comprend la wilaya de Laâyoune et la province de Boujdour regroupant 14 communes dont 4 municipalités (Laâyoune, El Marsa, Tarfaya et Boujdour).
Guelmim-Esmara

Limitée au Nord par la région de Souss-Massa-Drâa, au Sud par la région Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra et la frontière Mauritanienne, à l’Est par la frontière Algérienne, l’Océan Atlantique et la région Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra à l’Ouest, la région Guelmim Es-Semara s’étend sur une superficie de 133 730 km2 , soit 18,8 1 % de la superficie nationale.
Administrativement, la région est constituée de cinq provinces : Guelmim, TanTan, Assa-Zag, Tata et Es-Semara, regroupant 60 communes dont   11 urbaines et 49 rurales.

2ème région :  fusion entre 2 régions :

Chaouia-Ouardigha- Marrakech-Tensift-Al Haouz

 

Avec 1.554.241 habitants, dont près d’un million de ruraux et 594.812 urbains, la région de Chaouia-Ouardigha est formée de trois provinces (Settat, Benslimane et Khouribga).
Le secteur primaire domine l’activité de cette région avec l’emploi de près de la moitié de la population active. Les secteurs tertiaire et secondaire détiennent les proportions suivantes : 33,4 % et 17,1 %.
Marrakech-Tensift-Al Haouz

La région de Marrakech-Tensift-Al Haouz, l’une des 16 régions du Royaume, fut crée suite à la promulgation de la loi n° 47/96 relative à l’organisation de la région et au décret n° 2.97.246 du 17 août 1997 fixant le nombre des régions, leur ressort territorial ainsi que le nombre de conseillers à élire.
Géographiquement, la région est limitée au Nord par les Régions de Chaouia Ouardigha et Doukkala-Abda, à l’Ouest par l’océan atlantique, à l’Est par la Région de Tadla-Azilal et au Sud par la chaine montagneuse du Haut Atlas (Région Souss-Massa-Daraâ).
Elle s’étend sur une superficie de 32114 km2, soit l’équivalent de 4,5% du territoire national.
Administrativement, la Région comprend 3 Préfectures (Marrakech Menara, Marrakech Medina, et Sidi Youssef Ben Ali) et 4 Provinces (Al Haouz, Chichaoua, Kelâat Es-Sraghna, Essaouira); soit 16 Cercles englobant 216 communes (198 communes rurales et 18 communes urbaines) soit à peu près 14% de l’ensemble des communes à l’échelon national.
En 1994, la population de cettte région a été de 2.724.204 habitants soit 10% de la population nationale, avec une densité démographique de 85 habitants par km2 contre 36,6 habitants par km2 pour l’ensemble du pays.
En 1997, l a population de cette région était estimée à 2.832.000 habitants dont 36,8% de population urbaine.

 

3e région :

L’Oriental

Formée de cinq provinces (Jerada, Berkane, Taourirt, Figuig, Nador) et de la préfecture d’Oujda-Angad, la région de l’Orientalcompte 1.768.691 habitants dont 975.978 citadins.
Le secteur tertiaire arrive en tête, en termes d’emploi, avec 42 % de la population active, suivi du primaire (34 %) et du secondaire (21,4 %).
L’Oriental compte 3 aéroports internationaux à Nador, Oujda et Bouarfa,  des MRE très nombreux et est  la seule  région disposant d’une  ligne ferroviaire  reliant  le Maroc à l’Algérie de Bouarfa à Oran.

4e région :Grand Casablanca

Avec plus de trois millions d’habitants, dont seulement moins de 150.000 ruraux, la région du Grand Casablanca, qui regroupe 8 prefectures (Casablanca-Anfa, Aïn Sebaa-Hay Mohammadi, Aïn Chok-Hay Hassani, Ben Msik-Sidi Othmane, Al Fida-Derb Soltane-Al Mechouar de Casablanca, Sidi Bernoussi-Zenata et Mohammedia) est un centre urbain par excellence.
L’activité économique de la région est dominée par le secteur tertiaire (54,6 % des emplois), suivi du secondaire (40,5 %).

Près du tiers de la population de cette région (30 %) sont des jeunes de moins de 15 ans. Pour la tranche d’âge 15-59 ans, 63,5 % sont en âge d’activité, alors que le 3ème âge (60 ans et plus) représente 6,5 % de la population.
En matière d’habitat, le milieu urbain est dominé par le type marocain (moderne ou traditionnel), qui loge 60,2 % des ménages de la région. 47 % de ces ménages sont des locataires et plus du tiers est propriétaire de leur logement, en milieu urbain. Dans le monde rural, 81 % des ménages sont propriétaires (51,3 %) ou logés gratuitement (29,7 %). Quant au pourcentage des logements reliés au réseau public de distribution de l’eau courante, il se situe autour de 82,5 % des ménages en milieu urbain et de 6,4 % en milieu rural. S’agissant de l’électricité, les ménages qui en bénéficient s’élèvent à 85,1 % en milieu urbain et à 17,7 % dans le monde rural. Concernant la taille moyenne des ménages de la région, elle est de 5,4 personnes (5,4 dans les villes et 5,5 personnes dans les campagnes). Lindice synthétique de fécondité (nombre moyen d’enfants par femme) est de l’ordre de 2,2 enfants dans cette région. Ce chiffre demeure très faible par rapport à celui relevé au niveau national (3,3 enfants) et s’élève à 3,3 rural contre 2,2 dans les agglomérations urbaines.
.

5e région : fusion entre 2 régions :

Rabat-Salé-Zemmour-Zaër- Gharb-Cherarda-Beni

Hsan

Avec près de 2 millions d’habitants, dont près des trois quarts sont urbains, la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër est constituée de 3 préfectures (Rabat, Salé, Skhirat-Témara) et de la province de Khemisset.
Le taux d’urbanisation de cette région (78,6 %) dépasse largement la moyenne nationale (51,4 %). Le secteur tertiaire domine l’activité économique (56 % d’emplois) et le quart de la population (25,2 %) travaille dans le secteur secondaire.
Gharb-Cherarda-Beni Hsan

Issue de l’ancienne région économique Nord-Ouest, la région du Gharb-Chrada-Beni Hssen couvre une superficie de 8.805 km2, soit 1,2% de la superficie totale du pays et comprend deux provinces : la province de Kénitra (4.745 km2) et la province de Sidi Kacem (4.060 km2. Ces deux provinces sont subdivisées e 61 communes rurales et 12 communes urbaines.
Elle est limitée au Nord par la région de Tanger Tétouan, au Nord-Est par la région de Taza-Al Hoceima-Taounate, au Sud-Est par la région de Fès-Boulmane et la région de Meknès-Tafilalt, au Sud par la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër et à l’Ouest par l’Océan Atlantique.

6e région : fusion entre 2 régions :

Doukkala-Abda- Tadla-Azilal

 

Les provinces d’El Jadida et de Safi sont les deux composantes de la région Doukkala-Abda, avec une population de 1.793.458 habitants, dont les deux tiers vit en milieu urbain.
L’agriculture et ses dérivés occupent 56,6 % de l’activité économique de cette région. Cette proportion est respec+tivement de 24
La région de Tadla-Azilal regroupe les provinces de Béni-Mellal et Azilal et compte près de 1,3 millions d’habitants, avec une population urbaine représentant la moitié de celle rurale.
L’agriculture représente la principale activité économique (près de 60 %) alors que 10,6 % de la population sont employés dans le commerce, contre un peu moins de 7 % dans l’industrie et l’artisanat.

7e région : fusions entre 2 régions

Fès-Boulemane- Taza-Taounate-Al Hoceima

Constituée d’ une préfecture  (Fès- Dar-Dbibegh),et de trois  provinces (Boulemane,  Sefrou et Moulay Yacoub),  la région de Fès-Boulemane se distingue par une population aux deux tiers urbaines : 913.888 d’urbains sur un total de 1.322.473 d’habitants. Les secteurs tertiaire, secondaire et primaire détiennent respectivement 38,7 %, 33.,4 % et 26,1 % de l’activité économique de cette région.
Avec 6,6 % de la population totale du pays, soit 1.719.837 habitants, la région de Taza-Taounate-Al Hoceima comprend trois provinces : Province d’Alhoceima, province de Taza et province de taounat,  et se distingue par son caractère rural (21,6 % d’urbains). Lesecteur primaire domine l’activité économique de la région (près de 70 % de lapopulation active). Viennent ensuite les secteurs tertiaire et secondaire avec respectivement 19 % et 9,6 %.

8e région :

Tanger-Tétouan

La région de Tanger-Tétouan regroupe deux Wilayas : Wilaya de Tanger-Asilah, avec une Préfecture : Fahs-Bni Mkada et Wilaya de Tétouan avec une préfecture : Préfecture de Tétouan et deux provinces : Province de Chefchaouen, et province de Larache. Sur une population de 2.036.032 d’habitants (7,8 % de la population totale), le monde urbain prédomine (1.137.963) soit 55,9 %.
La principale activité économique est représentée par l’agriculture, l’élevage, la forêt et la pêche (43,5 %) suivis du commerce (14,4 %) et de l’industrie et l’artisanat (13,7 %).

9e région :

Souss-Massa-Draa

Bordée par l’Océant à l’Ouest, la région de Guelmim-Smara au Sud, et par la régions de Marrakech-Tensift-Al Haouz et de Tadla-Azilal au Nord, à l’Est par l’Algérie et la région de Meknès-Tafilalet, la région de souss-Massa-Draâa s’étend sur une superficie de 70 880 km2, soit 9,9% de la superficie totale du Maroc.
Elle regroupe, sur le plan administratif, la wilaya d’Agadir (les préfectures d’Agadir Ida Outanane, d’Inezgane Aït Melloul la province de Chtouka Aït Baha) et les provinces de Tiznit, Taroudant, Ouarzazate et Zagora.
Administrativement, la région est constituée de cinq provinces : Guelmim, TanTan, Assa-Zag, Tata et Es-Semara, regroupant 60 communes dont   11 urbaines et 49 rurales.

10e région

Meknès-Tafilalet

Formée des préfectures Meknès-El Menzeh et Al Ismaïlia et de quatre provinces (El Hajeb, Ifrane, Khénifra et Errachidia), la région Meknès-Tafilalet avoisine les deux millions d’habitants, moitié rurale et moitié urbaine.
L’activité économique de cette région reste dominée par le secteur tertiaire (43,2 %). Le milieu rural y représente près de 76 %
La 11e région fictive sera celle composant les Marocains résidant à l’étranger, et au sein de leur futur Conseil  des MRE élu, ils aideront et investiront  dans les régions les plus solidaires, et suivront le développement du Maroc.

Conclusion : Il ne faudrait pas non plus passer d’un Etat décentralisé à une régionalisation centralisée, c’est-à-dire qu’on concentre toutes les institutions régionales dans une grande ville et exclure le reste de la région.
La répartition des sièges et l’équilibre entre les MRE, les villes , les campagnes et  les villages de toutes les régions,  est la seule issue pour la réussite de la régionalisation de l’union.
Interdiction des drapeaux et des symboles qui sapent l’unité nationale, avec le maintien d’un seul et unique drapeau, le drapeau national.
Une taxe environnementale à charge des industriels au Maroc pour financer les politiques régionales en matière d’environnement. Eet une autre taxe à charge des banques pour combattre la pauvreté dans les régions.

(1)
(1)Et  pourtant c’est une région qui a été tracée et étudiée depuis le 20e siècle, La France avait relié vers 1929 Bechar (en Algérie actuellement)  à Bouarfa, puis Bouarfa à Oujda et Oujda à Oran.
Les grands patrons industriels le savaient ;
C’étai la région la plus riche au Maroc, et à l’époque la France avait triché avec la GB en lui disant que c’était le Maroc non utile  pour mieux l’exploiter seule.
La mine de Bouarfa était cotée à la bourse de Paris , elle faisait partie de la Compagnie minière du Pas –de- calais ( et à al fin, les mineurs de cette région n’ont pas eu de préavis).
La mine de Jerada , c’’est l’URSS qui avait installé l’usine qui fonctionnait avec le charbon pour produire l’électricité
Sidi Boubker- Touissit
Jbel Laklakh –Bouarfa où il y’avait aussi de l’or.

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.