Home»Débats»Zizanie au sein d’un grand parti

Zizanie au sein d’un grand parti

0
Shares
PinterestGoogle+
 

Certains amis et camarades proches du parti m’ont contacté pour me reprocher avec véhémence d’avoir écrit mon dernier article ‘’Remue ménage au sein d’un grand parti’’ arguant que j’ai rendu publique une affaire interne du parti qui doit être traitée à l’intérieur du parti et par les membres du parti. J’en conviens que c’est une affaire interne du parti et que je dois avoir honte de l’avoir rendue publique, à ma manière.

Seulement.

En ma qualité de simple citoyen, comme tous les autres simples citoyens d’ailleurs, et simple ne rime pas toujours avec naïf, je n’aurais jamais pris connaissance, ni moi, ni ceux qui sont dans mon cas, des problèmes du parti si certains de ses membres que le parti a frappés par le sceau du reniement et du rejet et bannis de ses rangs, ne se sont pas manifestés pour le dénoncer à cor et à cri. Ils ont d’abord commencé par se lamenter sur le tort qui les a frappés, sur l’injustice qui a fait d’eux des réprouvés après de longs et loyaux services consacrés à la cause, sur leur honneur qui s’en est trouvé affecté auprès de leurs camarades épargnés. Ils ont étendu sur leurs pages Facebook tout le linge sale, avec encore des auréoles et des taches qui ont résisté à un lavage fait dans l’ire et la précipitation, maladroitement étendu au regard des curieux qui ne sont que trop nombreux en pareilles circonstances et pour pareil spectacle. Nous, simples citoyens, nous n’avons fait que bénéficier du droit de regard auquel nous avons été conviés par les membres du parti qui nous ont adressé un malheureux faire part. Nous n’avons tiré aucune réjouissance d’un pareil spectacle ni d’une pareille lecture, tout au plus si nous en avons exprimé un sentiment de dégoût surtout que d’affaire interne du parti, la chose est devenue une affaire de justice, et que les plaignants attendent un verdict qui leur rende ce qui leur a été ravi. Nous ne serons nullement surpris que les plaignants n’étendent avec plus d’ostentation cette fois, sur la corde à linge, soigneusement épinglé, le texte juridique et qu’ils ne nous convieraient à un autre spectacle où les choses seraient tirées au clair.

Qui donc a divulgué les affaires internes du parti ?

Un autre, qui gère un portail électronique, à qui j’ai demandé de publier mon article ‘’Remue ménage au sein d’un grand parti’’, m’a répondu que, vu son contenu, il ne pouvait pas le faire ; ce à quoi, par messages interposés, j’ai répondu que j’avais jusqu’à ce jour cru que le portail dans lequel j’étais habitué à publier quelques uns de mes articles étaient à lui et non au parti en question. Chez lui le personnel et le collectif sont inséparables, que l’un c’est en même temps l’autre. S’il en est ainsi, je sais moi aussi prendre mes distances.

Me voici donc censuré ! A croire que si mon article ne paraissait pas sur son portail, les citoyens n’en prendraient pas connaissance et qu’il bénéficierait de quelques tapes amicales sur l’épaule, seul témoignage d’une gratitude méritée.

Pour ce qui est de l’affaire qui a failli tourner à un incident diplomatique entre notre pays et celui d’un pays étranger à cause d’une double nationalité, la chose est vieille. Les journaux de l’époque en ont parlé avec force détails. Je n’ai que respect pour la victime sauvagement tabassée par les forces anti émeutes et pour celui qui a porté l’affaire devant une instance étrangère. Je compatis avec le premier et plains la gaucherie du second pour avoir mis le parti dans une mauvaise posture. Quoique je ne sois d’accord ni avec celui qui a exhibé sa double nationalité (ou s’est laissé faire dans l’état où il était) dans une affaire purement nationale, ni avec celui qui l’a exploitée à des fins qui nuisent à la souveraineté de l’Etat. Malgré cela, ces deux hommes bénéficient du respect que je dois à leur endroit.

Qu’a-t-on donc à me reprocher ? Puisque c’est une affaire qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive.

En conclusion, et comme tout le monde peut le lire, les membres du parti écartés, peut-être à raison, après tout, vu la façon avec laquelle ils ont pris la chose, continuent à étendre le linge sale du parti sur les réseaux sociaux.

 

 

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

2 Comments

  1. Visiteur
    19/09/2019 at 19:33

    Ne soit pas si surpris Monsieur par ce que la bande des Pjd’istes agit selon une logique qui bannit l’opposition et assaille toute voix reprobatrice pointant de l’index les manières fourbes et hypocrites de anciens militants du parti, nul n’est loin de tes tendances pro-Pjd et de la sympathie que vous avez toujours nourrie à l’endroit de la lampe, ce qui en soit une liberté personnelle et un droit démocratique garanti par la constitution, quoique le jour où vous avez décidé de lever ta voix, ne serait ce qu’un iota, pour dénoncer la gaucherie et surtout les travers de Monsieur AFTATI, vous vous avez trouvé proie à une kyrielle de coups tordus assénés par des vauriens et des pseudo-militants programmés pour desservir l’intérêt des maîtres velus et défendre ces derniers des critiques qui peuvent les atteindre, les souiller, les mettre à poil devant la réalité.

  2. Zaid
    21/09/2019 at 14:35

    Vous avez dit tout ce que vous avez de mauvais sur le coeur en une seule phrase avec tous les travers qu’elle a.
    Prenez votre souffle. Respirez. Vous allez étouffer.
    Sans rancune.

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.