Home»Débats»Moins d’étudiants pour les universités françaises !!

Moins d’étudiants pour les universités françaises !!

0
Shares
PinterestGoogle+
 

La hausse des frais d’inscription dans les universités françaises va certainement dissuader les jeunes marocains qui rêvaient de quitter le bled pour aller ‘’continuer’’ leurs études en France. Les frais de scolarité ont passé de 170 à 2770 euros pour la licence et de 243 à 3770 euros pour le master. Ce qui signifie, de manière plus simpliste, que les études en France seront désormais 16 fois plus chères que par le passé. Aux frais de logement, de nourriture et déplacement auxquels les parents avaient consenti à faire face pour le bien de leurs enfants, ils se heurtent à présent aux nouveaux frais de scolarité. Il est certain que les parents en ont plus qu’ils ne peuvent en porter et que cette mesure est accablante pour les étudiants qui avaient échafaudé de construire leur avenir sur un rêve qu’il voit s’écrouler comme un château de cartes. La déception est grande.

Cependant, cette mesure a de nombreux aspects positifs aussi bien pour le pays que pour les parents. En effet, les demandes d’inscription dans les universités françaises et les départs massifs d’étudiants pour la France augmentaient d’année en année et de manière inquiétante. Ce flux nécessitait des dépenses pour les parents et constituait une véritable hémorragie en devises pour le pays. Toute inscription dans une université française exigeait de lourdes charges :

Diplôme de type (DELF, DALF, TCF…) exigé et délivré par l’institut français (entre 800 et 1600 dirhams) ;
Frais de dossier de Campus France (1900 dirhams) ;
Frais de dossier de visa à payer aux services du consulat français (910 dirhams),
Dépôt dans une banque de l’équivalent de 12 mensualités de 7000 dirhams chacune (84000 dirhams/an).

Tout cet argent en devise allait dans les caisses de la trésorerie française. Comme on peut le remarquer, la France, à travers l’Institut Français, a mis en place tout un système dont le but est de soutirer le maximum d’argent aux parents et de devises au pays. Mais la voracité de la France, son avidité, son appétit, sa boulimie ne semblent pas avoir été faits pour être assouvis par quelques milliers de dirhams. Certaine que rien ne pourra apaiser son insatiable faim, elle cherche de grosses prises, de gros gibiers, et il n’y a rien de mieux que de trouver un nouveau système pour faire payer les étudiants étrangers sur le sol français après leur avoir fait payer chez eux.

La mesure entreprise par la France va sûrement avoir un impact négatif sur les étudiants qui avaient nourri de beaux rêves. Certains d’entre eux se sont déjà fait avoir : ils ont déjà passé le test du TCF et payé les 1600 dirhams. Il est trop tard pour eux pour demander à être remboursés. Les autres se bousculent devant les instituts français pour demander l’annulation de la passation du test et la récupération de leur argent, car après tout, une chose est claire : jamais leurs parents n’auront assez de moyens pour financer leurs études avec les nouveaux frais d’inscription.

Beaucoup de choses sont certaines, du moins à ma connaissance :
Les universités françaises nous prennent notre devise en argent liquide et nos meilleurs étudiants,
Très peu d’étudiants partis continuer ou finir leurs études en France reviennent au bled avec des diplômes de haute qualification ;
La plupart des étudiants abandonnent leurs études à mi-chemin, grillent leur visa, travaillent en noir, se marient ou vivent dans la clandestinité, pour ne plus revenir au pays.
Les universités marocaines sont en quelque sorte responsables de ce flux migratoire de nos étudiants vers la France en particulier à cause d’une certaine phobie qu’elles ont fait naître en eux : manque de rigueur, boycott des cours ou des examens, grèves et sit in, violences provoquées par des factions rivales (extrême gauche, courant salafiste, courants amazigh…)

Dans l’attente d’accueillir plus d’étudiants que par le passé, les universités marocaines doivent redorer leur blason.

Zaid tayeb

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

1 Comment

  1. Zaid Tayeb
    24/11/2018 at 06:48

    Cirrection : Dépôt dans une banque de l’équivalent de 12 mensualités de 7000 dirhams chacune (84000 dirhams/).
    7000 au lieu de 700

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.