Home»Débats»Les Grands Enjeux Géopolitique du Développement Local Au Maroc

Les Grands Enjeux Géopolitique du Développement Local Au Maroc

5
Shares
PinterestGoogle+
 

Les Grands Enjeux Géopolitique du Développement

Local Au Maroc

Article : Didi El Bekkay

 

La géopolitique envoie toujours à l’analyse des grandes questions internationales, comme les tensions entre Etat; à des guerres et groupes terroristes, Mais a partir des 80 plusieurs auteurs et écrivain comme (Yves Lacoste, Béatrice Giblin, Philippe Subra…), ont ouvrant la voie a l’usage d’une démarche géopolitique pour analyser et décrypter les jeux d’acteurs et les enjeux de pouvoir au niveau local auxquels sont directement confrontés les citoyens. Cet article offre une analyse géopolitique locale  sur le Développement local, Les rapports de force des  élus et de partis politiques et leurs stratégies en employant parfois des enjeux identitaires, les conflits liés à l’aménagement du territoire entre partisans  et opposants (écologistes, agriculteur exproprié, opposant politique, etc.), ainsi que la question plus générale de la gouvernance territoriale et les relations entre les différentes strates de pouvoir.

 

  1. Le Développement local

 

Le développement local se concrétise en mobilisant le potentiel  économique (valoriser les ressources naturelles et énergie) et la coordination de ses acteurs locaux (élue, privé, société civile, population…) dans un territoire (commune urbaine ou rurale, région) afin de crée la richesse.

Donc les composantes du développement local sont le territoire les acteurs et la population.

 Le territoire: est un espace physique limité par plusieurs critères géographiques, administratifs, humains, économique culturel, est devenu une unité fondamentale, Dès lors, le développement des territoires, dépend largement de leur capacité à s’adapter et à innover dans un contexte globalisé.

Les acteurs : regroupent l’Etat et ses structures déconcentrées, les collectivités locales, les organismes publics et semi-public ainsi que les acteurs économiques ou secteur prive.

La communauté : est la population qui agissent et réagissent sur le territoire,

 

  1. les jeux de pouvoirs, d’influences et rivalités mêlant élus et autres acteurs locaux

 

Le conflit ou la rivalité se distingue  de la simple tension entre   les acteurs pour defender et contrôler le territoire sous  la logique de défendre leur intérêts, et leurs représentations.

A un conflit élargi  qui se manifeste souvent par la mobilisation  d’un ou groupe d’acteur, contre des projets de taille importante, Le but est alors, soit de faire renoncer à de projets prévus ou déjà en cours, soit d’infléchir la décision et d’y incorporer une partie des arguments et des attentes des opposants, soit et d’y intégrer de nouveaux acteurs.

La stratégie employer par les  élus  pour le contrôle du territoire peut consister en des actions médiatiques, en un recours aux tribunaux, en des violences  et se manifeste souvent  par l’utilisation  des enjeux identitaires. Cela  a été remarqué au Maroc  pendant les dernières élections locales entre PAM et PJD en particulier.

 

  • Les mécanismes qui peuvent renforcer le développement local

 

  1. La décentralisation

 

La décentralisation est devenue, au cours de ces dernières années, un sujet important du débat politique au Maroc .car elle est devenue un élément primordial pour favoriser le développement au niveau local.

Le terme de décentralisation est complexe. Il contient une variété de concepts et recouvre des sens différents.

Selon la Banque Mondiale, la décentralisation consiste en un transfert du pouvoir de l’Etat vers des personnes morales de droit public distinct de lui. C’est aussi un système d’administration dans lequel le pouvoir de décision est exercé à la fois par l’Etat et par des personnes morales autonomes soumises au contrôle, en principe de légalité, des autorités étatiques. Autrement dit, la décentralisation consiste en le transfert d’attribution de l’Etat à des collectivités ou institutions différentes de lui et bénéficiant, sous sa surveillance, d’une certaine autonomie de gestion.

 

  1. La démocratie participative locale.

 

Il n’ya pas une définition précise concernant la démocratie participative  locale mais elle renvoie   a un espace de participation des citoyens au niveau politique , de dialogue et d’interaction entre les différents acteurs , La notion d’espace public renvoie précisément à ce type de cadre de réflexion.  Autrement dit « une gestion participative »

 

L’intelligence locale permet de développer des processus participatifs incluant les citoyens dans l’espace public afin de discuter et de réfléchir sur des stratégies visant à relancer le développement local et à améliorer les conditions de vie des citoyens. L’encouragement des initiatives de collaboration et de la coopération entre les acteurs est une condition à l’instauration d’une démocratie participative favorisant la négociation et la réflexion sur les problèmes de développement entre les acteurs.

 

Champ d’application : il est indispensable d’impliquer en amont les habitants pour qu’ils puissent exprimer leurs avis et leurs besoins sur les projets qui les concernes afin qu’il facilite la tache  des élus  dans l’exécution de ses projets. La démocratie locale a donc pour rôle de permettre un meilleur fonctionnement de la commune ou de la région, en mettant en relation des élus, les habitants et l’administration. Elle permet d’accroître la cohésion sociale au niveau local car les réunions et les assemblées organisées vont souvent dans le sens d’une intégration sociale.

 

  1. La Gouvernance territoriale

 

La notion de gouvernance a fait l’objet d’étude de plusieurs travaux de recherche de divers auteurs, la gouvernance conçue comme un processus qui permet à des acteurs (publics, privés, societe civile…etc) de se mettre d’accord, au sein d’un territoire donné, sur des objectifs, des actions, et des règles de coopération. En effet, la gouvernance apparait alors comme un élément principal et comme solution pour assurer un développement durable cohérent en harmonie avec les instruments de l’action publique c est a dire l’ensemble des choix et moyens et outils qui permettent de matérialiser et opérationnaliser l’action gouvernementale.

 

  1. Les éléments de la gouvernance territoriale

 

La gouvernance territoriale ne peut être conçue qu’avec  la politique publique et l’action publique  mais d’autre élément sont important qui entre dans sa composition et qui influence sa efficacité comme les lois nationales (code d’investissement, code d’environnement….etc), les lois qui déclinent sur l’ensemble  des territoires ( les lois organiques des communes, region …etc)

Mais il s’agit encore des politiques publiques et les politiques économiques nationales en matière de développement industriel, de services, d’agriculture ou d’énergie par exemple…, politiques sociales concernant le travail, le logement, la santé, l’éducation…, ou encore politiques d’aménagement du territoire, qu’elles soient liées à la question des infrastructures, On n’oubliera pas non plus les instruments financiers (taxes, impôts, contributions des usagers…), qui contribuent à orienter les politiques et les projets entrepris par les acteurs. À un niveau plus local, c’est aussi l’ensemble des documents d’urbanisme qui déterminent la manière d’habiter et d’aménager les espaces, les schémas directeurs et plans de développement régionaux.

2- Les outils de la Gouvernance et situations de gestion

 

Plusieurs institutions internationale  comme la banque mondiale; programme  des Nation Unis pour le développement et groupes de recherches ont proposé un tableau de bord comprenant des indicateurs à suivre pour remédier aux difficultés et avoir une bonne gouvernance qu’on peut l’adapter à la gouvernance locale du territoire a savoir :

 

  1. Renforcer les processus de l’action publique

 

La gouvernance territoriale, un processus de coordination entre les différents acteurs  surtout entre l’Etat centrale et les entités décentralise concernant la politique publique et l’action publique  Pour être efficace, l’action publique  doit commencer  par une conception, mise en œuvre et évaluation   à toutes les étapes du cycle des politiques. C’est le seul moyen d’améliorer concrètement les résultats sur le terrain.

 

  1. Promouvoir une gestion efficace des ressources

 

Une meilleur gestion des ressources   implique de renforcer la mobilisation des ressources intérieures, les moyens humains et financiers avec  L’ouverture et la transparence des technologies de l’information

 

  1. Lever les principaux freins à l’offre de services publics

 

Une meilleure gouvernance commence par identifier les besoins et les problèmes qui affronte la population  et à améliorer les services d’eau, de santé, d’éducation et de transport en prônant l’ouverture, la transparence et l’implication des citoyens afin de desservir les populations démunies et marginalisées

 

  1. Renforcer le partenariat public/privé

 

La gouvernance territoriale, un processus de coordination entre les différents acteurs, ne se limite pas uniquement aux acteurs publics et n’opère pas d’exclusion. Au contraire, la gouvernance propose la création de nouvelles formes de partenariat de type public/privé, vise aussi à faire converger les intérêts général de l’ensemble des acteurs et à associer les logiques publiques et privées. C’est précisément cette convergence d’intérêts qui conduisant à l’émergence des projets de développement local, un cadre réglementaire renforcé et des processus de passation de marchés exempts de collusion et de corruption constituent un cadre institutionnel propice pour inciter le secteur privé à investir et combler ainsi le déficit d’infrastructures.

 

  1. E) La coopération intercommunale

 

La coopération intercommunale est définie comme étant  une collaboration entre des communes  de proximité surtouts en rurale  avec une représentation des communes et non des habitants dans les instances intercommunales.

 

La coopération inter-collectivité est  sollicite pour une bonne gouvernance   et pour trouver les solutions aux  problèmes les plus difficiles auxquels sont confrontés les communes locales  dans la réalisation des projets de proximité.

et la gestion en commun de service d’équipement, d’infrastructures ou à la délivrance de prestations afin de mieux répondre aux besoins de leurs administrés et dans un but de développement local.

 

Etudiant Chercheur

En Géopolitique et Sécurité

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.