Alzie et Student : Le bois des roses


     1


Alzie et Student : Le bois des roses

Chapitre énième de la série des Chroniques différées de Mme Student.

Oud el Warde ou les catacombes d’Alzie

Grenouilles et cigognes

Combien de grenouilles, combien de vers ont dû être nécessaires pour nourrir ces êtres aux ailes magnifiques et aux becs en cimeterres ? Les grenouilles sont le mets préféré de nos cigognes. Sans grenouilles on n’aurait pas de cigognes dans notre cité. Et sans fleuve, pas d’eau non plus, ni de barques pour pêcher le chabel que nos Juifs adoraient Cette alose des Fassis que l’usine électrique à mazout et charbon, du Sebou a anéanti. Faute de dents, les cigognes armées de sabres et d’épées jaunes, claquent de leurs glaives sur les hauteurs des minarets et des rares clochers. Au moins, elles unissent ces deux temples, sous le Ciel qui les agrée. Juchées sur le haut des pylônes électriques et des tours, les oisillons volettent sous le regard serein des pères !

Ruts avares, il n’a suffi que d’une montée, d’un coït éclair, quasiment en l’air, pour atteindre les septièmes cieux et pondre cette radine et éclectique flopée. Deux uniques œufs, cent fois moins que les actes d’une vraie poule ! Une nouvelle génération à chaque couvée. Adam et Ève dans chaque nid. Deux êtres frères, amants et compagnons à vie, hôtes élégants de la voûte céleste, fiers, flegmatiques et narquois.

Voilà que celui-ci, en quête d’un nouvel home, me fait penser à Diogène ! Honoré cher voisin, que viens-tu faire sur le luminaire de la régie qui nous taxe tellement ? N’as-tu pas quelque autre ‘’lustre’’ à qui plaire? Comme à notre lumineux Benky et radiant leader ? Je te vois si gentil, si jeune et si beau…

Il vient juste pour jauger le voisinage, avant d’y construire un nid, là, pour convoleren face de mon balcon. Pour le moment, il ou elle, trône sur une patte, à même le réverbère voisin. Il se laisse passer la nuit en face de ma demeure, placide et sceptique. À titre d’essai. Je ne l’ai pas revu, depuis ce soir de Ramadan, ce zyeuteur ailé. Va épier d’autres chambres ailleurs, je n’ai rien à cacher là-dedans ! Oust, le sniper !

Il doit réfléchir où loger les siens. Dans quel gouvernement, de quel pays ? Lui faut-il attendre les élections parlementaires, avant de filer vers le Nord ? Bien plus loin que l’Yliasses El Omari. Là où filent les hirondelles, messagères de paix ! Vers nos riches voisins ? Mais, on va le repousser comme les réfugiés et les fugitifs des guerres impérialistes. Des guerres par soudards et assassins interposés, des mercenaires de mêmes cultes et d’identiques couleurs et nationalités ! Les émigrés sont en quête de havres et de paix…

Le rat des villes

Le rat des champs, menace-t-il quelqu’un, d’inquiet sur le sort de son magistère ? Ma fille, terrifiée, la main sur le cœur, haletante, vient d’apercevoir un rat ! De gouttière forcément, pas de bibliothèque ! Il vient du lierre du jardin Papa ! Il a sauté de la chambre à coucher de maman vers le caniveau du balcon. Elle a la berlue. Elle prend notre basse-cour pour une grande cause nationale et une grande cour. Hier elle a vu un serpent au jardin et interdit à sa fille d’y remettre les pieds.

Avec tous ces monstres, elle doit être inspirée par notre zoo public et de ses affiches de joutéya* identitaires ! Déjà penser aux futures élections et à leurs conséquents et prochains parlements, en plein Ramadan, c’est un calvaire de plus ! Pas rassuré, je vais l’adresser chez mon ami le cardio qui marie sa fille !  Félicitations ! Et puis chez le psychiatre voisin. Les rats, les ânes et les démons, comme les sorcières, les dragons et les devins, n’y sont pour rien. Mais, ils vont se rallier contre nous. Pour mieux nous absorber ou nous vendre. Les insultes, les paradoxes et les antinomies, s’effacent comme les couleurs dans la nuit des élections.

Les cancrelats

Étendu, ventre en l’air, il est là le cancrelat, sur cette marche d’escalier au marbre ébréché, dans cet immeuble qui fait honte aux résidents. Avec tous les déprimés et les stressés qui ont le cafard, curieux qu’aucun parti politique des nôtres, n’ait pris, la blatte comme emblème ! Afin de rassembler les siens autour de cet animal résistant et le prendre comme symbole de cette ténacité qu’il détient depuis des ères ! Avec toutes ces gens autour de lui en vue du prochain scrutin, les y faire adhérer pour toujours, au PC, le Parti des Cancrelats.

La seule façon rapide en vue de grossir le nombre de son balate*, cet été, est de chercher des électeurs dans tous les coins humides et les antres noires. Autre symbole de ténacité, mais moins intrépide que l’insecte craquant, il y a un mollusque, l’escargot. Ce gastéropode, marche déjà sur le ventre courbé et arrondi en hélice. Il qui mérite qu’on le prenne comme relique électorale afin de se rallier et d’y coller.

Le proprio, un richissime blédard, fellah de grand de taille n’y vit pas pour le soigner. D’ailleurs il est parti, bah, mate. Il a laissé les locataires payer pour des ruines, utilitaires, il est vrai, et des mécréants du civisme, nous arracher de faramineux loyers pour ces vieilles aires.

C’est le hideux cafard qui a embêté de gens, infesté plein de lieux et souillé bien de leurs ‘’ immondices’’ ! C’est la blatte qui plus que les machos et les pervers, terrorise les femmes et les enfants. Bien avant les tyrans, les crocodiles et les Daéchs. Ces créatures qui explosent la nation et vont par-delà encore jusqu’à faire éclater leurs gens au milieu des foules de prieurs !

Ces bêtes, je parle des boudare3*, adaptées depuis les ères antédiluviennes aux bas-fonds où ils règnent et se multiplient, ont précédé l’homme, dit-on.

Avec une résilience époustouflante, ils ont résisté à l’évolution, mieux que les reptiles et plus que tous les insectes, contrairement aux espèces disparues. Ils ont un projet de société, un planning, une pensée politique fondatrice stratégique.

Que dis-je, une prospective avancée bien supérieure à celles des ethnies effacées ou anéanties. Les blattes ont survécu et prospèrent sur les restes dispendieux des hommes évolués, des détritus et des reliefs de nourriture qu’ils recyclent gratuitement ! Les cafards nous regardent périr et nous entre-tuer, ils nous voient nous exterminer dans le sang, malgré nos révolutions régicides, malgré les guerres toxiques aux insecticides que leur livrent les états techniquement avancées et que nous pourvoient les puissances démocratiques.

De la Cop22 aux lèvres charnues

Les pneus énergétiques et les détritus en plastic galvanisent et enflent nos lèvres intrépides et nos généreuses énergies. Et vice versa. A propos des nuisances que nous vendent les nations prospères avec leurs restes énergétiques, inutile de ” micasser ” encore madame la ministre affairée au climat. Pour ne plus user des sacs en plastic, nous irons tous manger dehors, sans rien apporter à nos maisons comme sachets dangereux.

La cop22 est déjà pleine. Dès qu’elle sera passée, on ressortira nos ”micates” de réserve ! On ne peut pas vivre sans ”mica”, me disait à l’Agdal un vieux camarade de fac ! Le rouge était vendu alors dans des ” fioles” en plastique. Des craquantes qu’il faisait péter du pied, une fois vidées de leur substantifique nectar. Chacun sa fantasia ou son ”nachat ‘’.

Amas d’étoiles

Henri avec ces choses immenses et lointaines, les étoiles, avec cette petitesse des molécules que nous sommes, que nous utilisons pour faire fonctionner nos cellules, dites humaines, je reste ébahi.  Je parle de notre être, celui de personnes, incapables de maîtriser et de faire fonctionner sciemment, volontairement, ‘’ ce’’ nous-mêmes. Ces appareils qui constituent nos corps, marchent seuls, dorment, digèrent et se réparent souvent, seuls …Cette conscience d’être fragile, extraordinaire et imparfait à la fois, (comme d’autres animaux)

Nous sommes des otages, en suspens, des autres, des forces supérieures qui nous ont conçus, fait évoluer mal ou pas ! Ceci pour les sens, nos sens, les compréhensions approximatives ou les sciences que nous avons. Nous qui envoyons des sondes spatiales à l’autre bout du système solaire. Mais, pour le reste ? Et pour ce qui est loin, inapprochable ou imperceptible, nous sommes des otages. Des êtres malvoyants, vivant très mal, sans mode d’emploi sciemment défini, par nous et jamais plus loin que nos bouts de nez !

Un trip sur la côte de la capitale

L’Orient et ses finances s’engagent au couchant. Il a un tropisme positif pour nos affaires en toute amitié. Le Maroc est près du golfe. De Salé à Témara, la côte atlantique a la côte depuis que l’hôpital s’est transformé en palace des mille et une nuits. Et toute la ruelle latérale est devenue une large et très longue avenue. Elle s’enrichit sans nous concerner. La capitale et ne cesse de nous avaler, depuis que notre willaya est devenu l’un de ses ruraux quartiers. Harhoura est une ville et le vieux Maroc est un grand pays. Où sont ces tombeaux qu’on pillait de leurs os pour faire de l’anatomie en première année ? Tarik est devenu précocement l’un de leurs hôtes. Il attend qu’on le suive, mais c’est encore trop tôt.

Les tapis volants ont cédé place aux avions dans la quête de voyages et de rêves. Cet industriel, pour plaire à ses associés, en mal de fantasmes au lieu des fanatismes divers, leur offre des tapis de prière électroniques, confectionnés en Corée. Ils y trouvent des femmes en tenue d’Eve, tissées en relief, pour assouvir leurs chimères et leur luxure. Leurs silhouettes affriolantes et flatteuses, leurs formes dodues appétissantes, apaisent leurs appétits charnels, en éloignant d’eux les images d’Al Qods et des minarets perdus sur d’autres terres, volées par d’autres fanatiques, les victimes des SS, impénitents et incongrus !

Prières de Laylat El Qadre

Dieu, tu sais que je t’aime. Tu as fait que je t’aime. Ne te prive pas d’un adorateur sincère, né pour t’adorer, en lui estampant la vie. Laisse-le perdurer plus loin encore et plus longtemps que son corps et son esprit ne peuvent l’espérer. Je garde mes t’huitans* ! Et c’est toi qui gagne, c’était écrit, quand tu l’as décidé. C’est toi qui gagne en amoureux sincères et nombreux.

C’est pour me permettre de palier à ces tentations que je te voue cette prière inattendue, là, ici, en vrac ! Les louanges, l’amour, je ne sais pas le faire. C’est toi qui me les a initiés, inculqués ou permis, pour te chanter mon admiration devant tout cet univers et m’effarer devant tout ce que tu as créé et que je ne puis avoir ni voir ni encore espérer, tout ce qu’il m’est impossible de comprendre et de cerner avec les yeux que tu m’as donnés. Ma langue et mes doigts qui disent et écrivent ton nom, pardonne-leur leurs errements et leurs oublis.

Dieu, merci d’avoir donné mon prénom au prince Ben Rachid ! Par celui du prophète, Ahmed, dans les cieux, tu rapproches mes racines mythiques idrissides à celles de nos cousins alaouites !

Les terriens de la terreur

Nous sommes des sans-terres, des campagnards au sens élémentaire de ceux que les états et les civilisations ont négligé. Des apaches, injuriés, ruinés, ethniquement quasi nettoyés, des âroubis trompés, des indigènes vendus, des aborigènes dé-paysés, comprenez dépossédés de leurs pays, étrangers partout où ils végètent et partout haïs ! Non pas des Sémites, mais des Simiesques, si les singes nous permettent encore cette parenté ! Nous n’avons rien compris, rien su, rien appris : exercice de vie, inutile ! On passe sans comprendre ce pourquoi on est venu et si mal partis. Ce, dès qu’on suffoque pour inspirer la première bouffée. Pris au piège secret de la vie.

On vieillit et on trépasse sans rien avoir retenu. Et on s’oublie. La nuit sans soleil ni plage, elle bouge. C’est le Ramadan. Il faut éviter de boire et de manger en public. Pire de jouer au mécréant, en médisant de la politique, ou des gens qui font la politique et qui défont les politiques !

Les carnages de l’Aïd

Ce sont des fêtes gigognes, nombreuses, subintrantes et en cascade, qui cassent l’économie ou qui l’activent. C’est selon ! Après ce delirium de la journée continue, non généralisée pour être harmonieuse, une fabrique de paresse, légale, voici cette valse des changements d’horaire. Une horreur biologique, un accordéon circadien. Le corps et l’esprit sont désadaptés, désappointés. Et la canicule gonfle l’esprit et les sangs. Si les chaleurs augmentent la lassitude et les faiblesses, le rendement, n’en parlons-pas !

Ces fêtes religieuses, même chez la police blanche et les noirs agnostiques d’Amérique, se scellent dans le sacrifice du sang. Du Bangladesh à la Syrie où l’Irak, qui explosent, schismatiquement, systématiquement et habituellement, (merci aux Bush pour leur boucheries d’Orient), c’est allé, comme une réplique tellurique,  jusqu’en l’Amérique d’Obama maintenant. On leur doit l’inénarrable et cruel Daech. J’oublie Israël et la Palestine, c’est devenu, un leitmotiv causal, barbant ! Je passe outre la Libye, le Tchad, le Mali et le Soudan. Après ce délire de tsunamis, dans les propos de Mme Student sur Alzheimer,  Alzie, pour les intimes, j’en viens au fait de l’instant.

Et c’est venu jusque-là,

La menace terroriste, fanatique, intégriste, exorciste, satanique…Voici un jardiner, pas le célèbre Omar. C’est un assassin, qui au lieu de sentir et de cueillir la rose, nous dégoûte de l’humanité entière. Il vient de tuer, froidement, deux vieux marocains, des juifs sympas de Casa. Sanctions ? Prison à vie, avec prise en charge, rééducation soins et surveillance, coûteuses, à vos frais ? Ou séparation du corps et de l’âme, par injection létale ? Ce que refuseront les médecins…Appliquer la Loi du talion ?

Le mettre en tôle à vie, c’est une sanction. Mais aussi une punition avec une pension ” humaine et démocratique’’ des droits, où l’on se réapprend à devenir humain. Je ne sais pas. Demandons aux psychiatres et aux juristes. Demandons au coupable lui-même, s’il s’agissait de ses parents ou de ses enfants, comment il jugerait ce cas de double meurtre, de vol et de démantèlement des corps de ses victimes ? C’est terrifiant et horrible ! Avec mes condoléances les plus attristées pour la communauté et les leurs.

Un faux plaidoyer

Pour feindre de défendre ce coupeur de coupable…Et puis, avec son avocat nommé d’office, gratuitement, s’il nous dit que c’est la faute de la fête ! Ce sont les dépenses de l’Aïd, post carême religieux, le Ramadan. Et que la vie est chère à cause de Benkirane et du PJD, et qu’il avait besoin d’argent pour plaire à sa femme, n’est-ce pas, et aux siens. Et que, en voulant dévaliser les Juifs, qui étaient sortis, in voulait juste leur dérober un petit chouya. Or, il a été trompé par ces hypocrites ! Ils ne sont pas sortis comme ils le lui avaient dit…Ils faisaient la sieste à deux, comme des gentils !

Ils l’ont trahi, les …. Il a été gêné dans son travail. Il a été surpris par les sournois personnages et il les a trouvés encore là. Et que pour les empêcher d’appeler la police, vous comprenez, ils sont durs ces gars ! Il a été obligé, ‘’le pauvre’’ suspect, de les réduire au silence. Ces vieux chnoques, de fourbes et perfides radins, qui ne payaient jamais assez pour ses courses et ses travaux de jardins. Plus de 22 heures par jour. Comme la jolie ministre !

Je saute sur les détails. Ça lui a demandé du temps, du courage et de l’énergie pour les ranger. Et que pour caser les corps, il a été forcé de les découper et de répartir les parties dans des micates. Des sachets en plastic, interdits depuis ! Mais pas pour les mêmes forfaits ! Il a dû faire plusieurs voyages, dans le noir…

Pour avoir soulevé ces raisons et ces causes, afin d’en appeler à la magnanimité des juges, l’avocat va perdre la face, sinon son arabique latin.

Ils vont monter au Ciel, les innocents.

Les étoiles s’estompent et fuient, un silence de tombe emplit les ténèbres. Tintamarres dans les démocraties. Les braconniers du fisc, du fric et des urnes ont pris le pouvoir sur les femmes. Les traîtres, les vendus et les délateurs, les crapules et les lâches, tonnent et tempêtent. Ils deviennent des leaders, tribuns, des gourous après être passé maître es-défense des dealers. Kif-Ache ?

Le vide nous entoure

Tous les habitants de la ruelle sont absents, la maison vide, le coq est muet. Seul sur le balcon, je pense en solitaire à la solitude. Celle de ceux qui sont partis, chacun dans son trou, sans portable, ni livre ou tablette. Privés de sens, silencieux à jamais, privés des leurs, privés de sensibilité, privés d’eux-mêmes…Des riens, seuls, face au néant et au chaos. Et la vie continue pour les restants. L’univers est immense et ses dimensions s’étirent encore vers l’infini où ils se répandent. Il réserve des surprises à notre ignorance. La vie de l’homme ne peut pas être sans lendemains, après son évanouissement et son départ.

Le vent, rapide et frais, pousse les nuages à grande vitesse. Ils s’effilochent et s’effritent, me laissant percevoir quelques étoiles. Je tente de recomposer quelques constellations, avant que la brume ne les cache et me dissuade. Je n’arrive pas à lire dans le ciel. Où sont mes enfants et les leurs ? Je pense à leurs problèmes, à leurs vies, à leurs maladies et à leurs joies…A moi aussi, tant qu’on y est ! Que faut-il penser des nôtres, de cette cité, village

Le vent effrite les nuages et les poussent au-dessus de la tournante, la terre, qui les crée pour faire vivre et s’arroser. Il en est qui persistent et grossissent, d’autres qui deviennent de la buée. Les nuages, enjolivent de leurs bords dentelés le ciel afin de le rendre plus romanesque. Les nuages, écrits comme des lettres chinoises en 3D, qu’il faut être sorcier ou devin, pour les élucider. Ils ne parlent qu’aux cœurs qu’ils attristent ou qu’ils font vibrer.

L’eau et le temps

L’eau vitale, le trône de Dieu. Celui qu’Il meut pour créer la vie. Tu n’as rien à foutre dans une tombe où il n’y a pas d’eau ! Il faut que tu guérisses de la mort ou que tu apprivoises la vie autrement. Il n’y a pas là de piscine ni de PC pour t’occuper. Il n’y aura pas d’activités, pour la forme qui va te porter. L’organisme que tu vas être ou emprunter pour patienter, sera-t-il neuf, ou le tien, tellement vieux macabre, ou trop usité.

Comment sentir le temps, la durée, dans l’inaction et l’ignorance de celle-ci ? Pas d’activités que tu connaisses ni que tu saches faire dans cet intervalle d’attente, peut-être si long…Le temps que les anges reconstruisent tous les morceaux de ces cendres éclatées et de ces amas d’os que cumulent le temps les guerres entre, nous, pour les terres, les biens, les femmes, les idées ou les crédos !

Comment sentir le temps ? Le temps de percer pour revivre, pour se refaire autrement, dans une autre mécanique, en une autre dimension, un autre espace, un autre automate, de carbone, d’azote et d’eau, que tu ne sauras guère mieux piloter que celui que tu portes. Ce gadget. Toi ! Ce toi que tu commandes mal et qui sort, tu ne sais d’où, rien de ses hasards et de ses doutes, avec sa génétique, son planning écrit, son devenir tu ne sais vers où.

Le temps des assassins

Je reviens, avec un leitmotiv vers les mêmes questions et sur les mêmes paradoxes. Faute d’orgasmes revitalisant, prolongeant de ces zombis leur vie, voilà le stress pessimiste des guerres et la peur des idées toxiques masturbées. Peur d’être inutile et de vivre inutilement, un poids inutile. Celui d’un mortel éphémère, barbare, saccageur, assassin et carnassier.

Des centaines de gens, innocents, qui en prière, qui à l’école, qui au marché, sont explosés chaque matin. Sert-on à quelque chose, cannibales sanglants que nous sommes ? Tous les concepts, toutes les espérances, tous les crédos et leurs éthiques mensongères, qui tentent de faire de nous des humains, avec de faux alibis et de fallacieux espoirs, se désagrègent et se confondent. Ils nous mentent. Nous sommes des monstres insatiables, des assassins innommables !

Ça vous arrive de penser à ces drames ? De penser au sort de l’homme et au sens de la vie, au sens de l’humain, en voyant ces haines, ces injustices, ces guerres et ces meurtres, ces bombes, ces boucheries et ces catacombes ? Non ne déprimez pas, vivez ! Vivez jusqu’au bout, malgré les peurs, les drames et les conflits !

Vivre sans laisser mourir…

La vie n’est pas seulement une drogue qui vous pousse à la consommer ! La vie est une routine, qui vous toxique, une accoutumance, à laquelle on devient accro. C’est facile d’y être coincés. On en redemande, même si on n’en est pas satisfait, pour se refaire, se corriger, s’améliorer, ou simplement la prolonger. C’est existentiel. Seul l’amour de la vie peut expliquer la vie !

Et pourquoi cette résurrection et cette renaissance ? Pour prolonger la vie, les Hindous avec leur connaissance du karma peuvent nous expliquer, la métempsychose. Pourquoi ce besoins de réincarnation ? L’existence d’un être qui tombé en poussières, qui est parti à jamais, laisse un vide autour de soi. Mais l’intéressé, lui-même, ne s’en lasse pas !

Et ça fait un poids, beaucoup de boulot, toutes ces vies des humanoïdes, qu’il faut ressusciter depuis qu’ils existent sur terre ? Et puis, celles des autres êtes, sur les autres planètes, vous y penser ? La rallonger la vie, pourquoi faire donc ? Pour Le louer, le bon Dieu !

En a-t-il besoin ? L’admirer, certes, est une façon de Le louer de Le remercier du don d’existence et de vie. Parce qu’on aurait pu ne pas naître du tout, ne pas exister. Lui, Il est nécessaire pour te l’expliquer ! Et te faire mieux appréhender ou justifier ce pourquoi Il est là et qu’Il t’a créé, toi et les autres, dans ce milieu ! Car c’est Lui qui a tout fait. Cet univers, cet espace, cette vie, ces créations et ce cosmos, que tu ne sauras jamais totalement percer.

A l’écoute de la vie banale

Déjeuner au requin, jus de 5 fruits et salade chez Sonia. Je lui tends le phone pour souhaiter bonne fête à sa mère. Le plombier qu’elle m’a indiqué, ne viendra pas. C’est la faute des fêtes. Je laisse le compteur couler à ma perte. Malgré mon ignorance en matière de conduites et d’eaux, je laisse la rhéologie au vestiaire. Si elle fait la fortune cardiologues, je suis obligé néanmoins d’ausculter le mélangeur !

Je tends l’oreille et la colle sur le robinet. La fuite des eaux s’entend encore, malgré mes acouphènes. Le pot de liane-aurore, rote et les bulles d’air sortent de ses profondeurs. Je les entends s’éclater dans un bruit de lèvres qui se ferment et se décollent. L’eau d’arrosage qui se déverse sur la cour, dessine des nappes sur le sol, à son tour. Quelles règles, quelles lois physiques suivent-elles pour faire des dessins que j’interprète comme des faits de hasards ? Sans signification aucune pour la logique mathématique qui est la mienne, si ce n’est de prendre le râteau, pour la sécher et d’user de la serpillière.

Deux pieds, quatre ailes et une queue ! Ainsi est l’homme, un corps le porte sur deux pieds, deux anges zélés témoignent de ses actes bons ou mauvais et un diable, qui le pousse de derrière et de travers. Ça fait beaucoup de zouaves, deux comptables transparents et un agitateur occulte, pour un simple homo sapiens qui passe un audit sur terre et tellement d’épreuves et de contraintes, pour son bout de chair.

Les limites des sciences

Science & vie de ce juillet 2016 écrit en couverture ‘’Pourquoi on ne saura jamais dans quel univers on vit vraiment.’’

Que pensent les émirs et les monarques, des pharaons monothéistes puis des livres saints, depuis l’antiquité à nos jours ? Que pensent le pape et les grands théologiens ? Les chefs d’états des pays développés, qui déterminent les guerres et la paix, ceux qui envoient des missions dans l’espace et dont les savants connaissent l’univers comme moi ma poche.

Si personne de crédible n’a encore déterminé, démontré, vu ou montré, voire simplement étayé (scientifiquement et de façon palpable) la nature réelle de l’âme ou celle de l’esprit, les apostats, malgré les livres saints, malgré les crédos sincères, vont rester dans leurs doutes, leurs errements, ou carrément leur nihilisme activiste et athéismes conquérant. Ils représentent une partie énorme de l’humanité qui s’oppose de façon radicale aux croyants, de toutes les religions et les races confondues !

Si personne ne sait ce qui adviendra de la terre et des humains, les scientifiques parlent de l’extinction de toutes les étoiles, un moment de leur vie, et celles de leurs planètes avec. Les trous noirs nous appellent et aspirent. Sur le plan physique en tant que planète, ou sur le plan religieux, après le cycle de la fin du monde, de la résurrection et autre suite au paradis ou en enfers. Si les extraterrestres comme les anges et les démons ne sont pas naturellement rencontrés.

La duplicité du credo entre l’évolutionnisme, scientifiquement démontré et les religions du livre qui stipulent le façonnement divin de l’homme. Dans les livres de la tradition Dieu n’a pas dit nous avoir fait de ses mains, mais Il nous a fait quand même. Quelle est cette voie, que je cherche, qui nous fera approcher les sciences de la foi ? Sans verser dans le doute ni les détails de la fabrication de l’homme à partir de l’eau comme toute chose et de l’argile, la terre de notre planète.

La vie vient de l’extérieur de la Terre. La science parle aussi de molécules protéiques, (ou du même type) qui ont insufflé ainsi la vie dans les mers. Ce bien avant que les êtres formés par ces protéines, n’évoluent pour aller sur terre, respirer autrement et se mouvoir. Qui avec des pieds et des mains ou des ailes pour les plus évolués. Les autres, restés entre les virus, les cellules, les multicellulaires, les différent êtres dit inférieurs des deux règnes.

Consultations

Elle dit qu’elle va refaire sa vie. Un foyer recomposé. Elle est malade, stressées. Son mari est malade au loin. Elle est dirigée chez le cardio, le pneumo, le radio et psychiatre ? C’est-à-dire son médecin de famille. Elle a délivré un certificat de longue durée. Elle sera certainement renvoyée pour avoir été trop fière, stressée, stressante et hautaine. De quoi devra-t-elle vivre de mendicité ? Dieu y pourvoira. Lui, il est divorcé, d’une peste hargneuse et méchante et attend sa mutation. Il veut une mutation. Il veut un certificat. Mais, il s’est trompé de banque et de médecin pour payer.

Celles-ci sont venues faire des certificats contre leurs maris. Frappeurs ou radins, buveurs invétérés, jouisseurs, par réaction au chantage du sexe, avec autrui. Je tente de les apaiser pour l’amour de leurs enfants et je reste, quoique enclin à les aider, très mesuré dans mes certificats et IPP. Malgré les résultats des coups observés. Je les adresse à l’association de soutien des femmes battues.

Les catacombes d’Eros

L’autre est démarchée par un client de l’usine. De prime abord elle raconte sans dire ce qu’elle veut. Un macho de la sécurité, qui veut la masser et la pétrir, comme une pâte pour se la faire et la refaire. Elle fait blédard, selon lui, avec sa djellaba, me dit-elle. Elle est sortie avec lui durant le Ramadan, mais elle me confie qu’elle a refusé à ses avances de se laisser monter. Comment réagirait-il, si jamais, ils se mariaient ? Que penserait-il, cet homme pas mal, de 55 ans, une fille de 12 ans, qui a sa maison et sa voiture, son boulot, d’une femme divorcée , qu’il veut pour femme, mais qui se laisse si vite convaincre de coucher, hors mariage ? La consultation dure.

Elle me confie encore. Il veut la moderniser et se l’approprier. Elle ne semble pas aimer ce deal et laisser son grand lit et la chambre qu’elle vient d’acheter, malgré ses difficultés ! Elle veut rester libre dans son ambiance. Elle hésite et sent comme si elle faisait ses adieux à sa ville, ses amies et son boulot. Reverra-t-elle son toubib et ses sœurs, si elle change de de ville et de traiteur ? Je lui délivre un certificat de repos pour une semaine, quelques conseils et un calmant. La psychothérapie ne marche pas pour ces cas.

Psychosociologie du couple

J’ai dit l’autre jour à des amis qu’il faut créer une matière nouvelle et l’administrer comme instruction dans les lycées. Des cours pour expliquer la vie, le mariage, les relations, les devoirs, les erreurs. Pas du point de vue biologie, religion ou sexualité, mais surtout du côté de droit et des devoirs, non seulement civiques, mais les conjugaux, des mesures de réflexion, avant de devenir maris et femmes, des parents, c’est à dire des éducateurs, sans formation antérieure ! Ces deux fonctions et matières doivent être conçues pour améliorer la santé et la solidité des couples, en leur évitant le maximum d’erreurs. Les 2/3 des couples divorcent, dit-on !

De même qu’il faut créer et former des médecins, des psychologues du couple, pas des psychiatres, mais des cadres avisés, versés, dans le soutien et la thérapie psycho-sociale, pour aider les familles en difficulté à dépasser leurs problèmes, sur tous les plans afin d’éviter les rixes et les incompréhensions, de tous les ordres.

Conclusion et confusion 

Moi et l’univers. J’ai soulevé et pensé à quelques problèmes humains que j’ai cités et ceux de quelques bêtes qui s’agitent autour de moi. Ésope et Jean De la Fontaine ne sont pas loin. Je vois cette station de bus, d’en face, ces attentes et ces départs, ces immeubles d’en face, leurs fenêtres, leurs ombres et ces milliards de cités, pareilles dans le monde.

Si tu passes par Maps ses cartes de la Chine à l’Amérique, tu comprendras. Leurs rues, leurs arbres et leurs fenêtres, sont juste devant toi. Tu imagineras le nombre des âmes qui y vivent. Inutile de songer à leurs pensées, à leurs visions du monde, là où ils sont actifs ou à quoi ils sont soumis. Effarement et inquiétude, devant le nombre des objets, des feuilles d’arbres et de la vie qui y est appendue.

J’ai en mémoire ces hirondelles qui cherchent leur pitance dans le ciel d’en face. Ces mers, ces avions et ces nuages. Une terre, puis les autres planètes et les soleils. J’ai pensé au jour premier de la création de l’univers. Le Big-bang, tiens ! Et de là à la capacité nécessaire de cet ‘’X ‘’qui a fait tout ça !

Ses règles imprescriptibles, ses destinations et ses hasards. A tous ceux qu’il a dû créer pour faire marcher et surveiller cette machinerie époustouflante et l’application des lois du départ. Je ne suis sorti avec aucune conclusion. Juste de l’admiration et de la confusion et beaucoup d’autocritique et de petitesse. Et puis humblement, terrifié par notre petitesse, de bestioles furtives. Et nos heurs et misères. Nos élections, nos erreurs, nos sables, nos guerres, nos crédos, nos délires et nos caractères. Que des vanités ! Et plus, cette futilité et cette sorditude*!

Dr Idrissi My Ahmed, Kénitra le 10 Juillet 2016

DR IDRISSI MY AHMED


 

Dans le même sujetمقالات في نفس الموضوع

 

1 Commentaires sur cet articleتعليقات حول المقال

  1. DR IDRISSI MY AHMED
     

    Je félicite le patron et le webmaster pour la présentation de cette longue chronique.
    Le lecteur, bienvenu, trouvera dans les archives et sur le forum de Oujdacity.net d’autres écrits et épisodes de la série des ” Chroniques différées de Mme Student ” Bonne lecture. A plus !

     

Commenter أضف تعليقك

Veuillez copier le code ci-dessous dans le cadre rouge à droite.
*



 

Big Sidebar

 

yahoo

 

Facebook + buzz

 
 

Derniers articles

Derniers articles