Home»Débats»Hakim Boulouiz / Un oujdi remporte un concours mondial de la photographie

Hakim Boulouiz / Un oujdi remporte un concours mondial de la photographie

0
Shares
PinterestGoogle+
 

L’artiste Hakim Boulouiz vient de remporter le premier prix de la photographie de rue (section professionnelle) du prestigieux concours mondial Fine Art Photography Awards (FAPA) pour sa série intitulée Wax Dolls (poupées de cire). 

 

Cette édition 2015 du Fine Art Photography Awards établie à Londres a reçu plus de 3000 participations de 77 pays à travers le monde. Les vinqueurs ont été sélectionnés par un jury internationnal composé de : Qingjun Huang, Carolyn Guilde, Klaus Kampert, Pini Hamou, Rupert Vandervell, Pongsatorn Soukhoum, Kilian Schönberger, Peter Kool, Lara Zankoul et GMB Akash.

 

 

http://fineartphotoawards.com/winners-gallery/fapa-2014/professional/street-photography/gold-award

 

 

En ce qui concerne son œuvre, Hakim explique que la ville s’agrandit jour après jour. Le territoire se modernise. Le quotidien s’accélère, alors le corps urbain vit des nouvelles expériences. Il se faufile entre publicité, vitrines, couleurs, ombres et lumières. Par et à travers l’architecture le corps se redouble. Il devient objet de regard au même titre qu’une poupée de cire (Wax Doll). « Je voulais m’arrêter sur le corps urbain par le regard photographique. La ville (ou ma ville) – car reproduite par mon appareil photo- ne bâtis plus des images lisses dites de carte postale. Ma ville devient « contemporaine »…elle baigne désormais dans une division digne d’un jeu de puzzle.» explique l’artiste né et scolarisé jusqu’au baccalauréat à Oujda. 

 

 

 

A propos du gagnant:

 

Hakim Boulouiz est un expert dans l’esthétique urbaine avec une formation pluridisciplinaire. Après un diplôme d’architecte, un diplôme d’étude approfondie en urbanisme et aménagement du territoire et un diplôme de réalisateur de film, il obtient un doctorat de l’Université de Genève. Sa thèse avait analysé la relation ambivalente entre l’urbain et l’art cinématographique. Hakim est fasciné par l’ordre et le désordre des villes, par les couleurs, par le plein et le vide, par l’ombre et la lumière…De par la nature de ses préoccupations, il consacre une passion particulière à la poétique de l’espace et son rapport à la condition humaine. Hakim vit et travaille en Suisse. 

 

 
MédiocreMoyenBienTrès bienExcellent
Loading...

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.